Plein ecran

Les APL ne seront pas supprimées mais baisseront de 5 € pour tous (MàJ)

22/07

L’aide personnalisée au logement (APL) ne sera pas supprimée, a précisé le gouvernement à France 2 amis va diminuer de 5 euros pour tous les bénéficiaires dès le 1er octobre.

Au premier trimestre 2017, l’APL a bénéficié à 2,6 millions de foyers, dont 800 000 étudiants, et coûte 18 milliards d’euros par an au budget de l’Etat.

Pour expliquer cette décision, le gouvernement avance que la baisse de cette aide avait été actée sous le quinquennat Hollande mais que « rien n’avait été mis en œuvre ». Sa suppression n’est, en revanche, pas prévue, précise Matignon.

L’objectif de cette mesure est de parvenir à « une baisse de trois points de dépenses d’ici à 2022 », précise le journal Le Parisien.

Une baisse de 5 euros par mois et par ménage représenterait ainsi une économie mensuelle de 32,5 millions d’euros, soit 97,5 millions sur les trois derniers mois de l’année en cours.

Le Monde


Environ 800 000 étudiants sont concernés par cette aide. Cette piste d’économies envisagée par le gouvernement risque de causer la grogne des allocataires.

Pour les étudiants, la période estivale va souvent de pair avec la recherche d’un logement. Autant dire que le timing choisi par le gouvernement pour l’annonce de la baisse ou de la suppression possible de l’APL, l’aide personnalisée au logement destinée à réduire le montant des loyers, n’est pas des plus heureux. Et ce d’autant plus, révèle LCI, qu’elle pourrait intervenir dès septembre.

Jeudi, à l’Assemblée nationale, lors du débat d’orientation des finances publiques pour 2018, Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, a réaffirmé la volonté du gouvernement de réduire à tout prix les dépenses publiques. «Tous les objectifs du gouvernement sont liés à la réduction du poids des dépenses publiques», a martelé le ministre. Dans sa ligne de mire : les aides personnalisées au logement, qui représentent 20 milliards d’euros de dépenses en 2016 pour l’Etat. Elles constituent l’aide principale dont disposent les étudiants pour s’acquitter de leurs loyers, soit 40% des aides au logement. Elles ont été touchées par plus de 2,6 millions de foyers au premier trimestre 2017, pour une aide moyenne de 225 euros par allocataire.

L’objectif d’une telle mesure pour le gouvernement ? Parvenir à une baisse de trois points de dépenses d’ici à 2022, sur les 56,4% du PIB que représentent les APL. «Trop de dépenses, donc trop d’impôts, trop de déficits et trop de dette», a résumé Gérald Darmanin. L’information de LCI sur l’imminence de l’application de la mesure a logiquement suscité quelques vives réactions d’étudiants, encartés ou non dans un syndicat, sur Twitter.

Le Parisien

Merci à poupoupidou

Commentaires

X