Plein ecran

Quand l’ex-chancelier allemand Helmut Kohl, décédé hier, louait la politique migratoire de son « ami » Viktor Orban

17/06

L’ex-chancelier conservateur Helmut Kohl, père de la réunification allemande, est mort ce vendredi (16 juin 2017) à 87 ans, selon le quotidien Bild dont la direction était très proche de cette figure de l’histoire de l’Allemagne contemporaine. Il est décédé «ce matin dans sa maison de Ludwigshafen», dans le sud-ouest du pays, a indiqué le journal. (Le Figaro)


(Rediff du 19/04/2016)

Dans la préface de l’édition hongroise de son dernier livre, Helmut Kohl estime que le Vieux Continent ne peut pas accueillir des millions de personnes. Un article de notre partenaire Der Tagesspiegel.

Helmut Kohl, qui a rencontré le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán le 19 avril, ne s’est pas privé de critiquer l’ouverture des frontières européennes aux réfugiés. « La solution se trouve dans les régions affectées, pas en Europe. L’Europe ne peut être le nouveau foyer de millions de personnes dans le besoin », écrit l’ancien chancelier allemand dans le préface de l’édition hongroise de son ouvrage, « Aus Sorge um Europa » (Par soucis pour l’Europe, non traduit en français), dont une version abrégée a été publiée dans Der Tagesspiegel le 17 avril.

Cet acteur important de la réunification allemande a même été plus loin, en se rapprochant de Viktor Orbán, un des opposants les plus acharnés de la chancelière sur la question de sa « politique de portes ouvertes ». Sur les questions européennes, « je sais que mon ami Viktor Orbán partage mes opinions », a-t-il en effet déclaré. Le 19 avril, il entend accueillir chez lui le Premier ministre hongrois, dont les opinions choquent en Europe. (…)

Euractiv

Aidez-nous à administrer ce site

 

 


 

Abonnement mensuel

 

Abonnement hebdomadaire

Commentaires

X