Plein ecran

Carcassonne (11) : Une famille agressée à la sortie d’un cinéma, une bande de 30 individus tabassent le père

13/06

Le couple impliqué donne sa version des faits du Pont-Rouge où un ado avait indiqué avoir été tabassé après une scène de cinéma.

« Avec mon mari, nous étions allés au cinéma avec nos quatre enfants, âgés de 4 à 13 ans. À la sortie de la séance, j’ai signalé à quelqu’un de la sécurité le comportement de ces jeunes. On s’est retrouvé face à eux à la sortie du cinéma. L’un deux s’est adressé à moi et m’a menacé. Mon fils est alors intervenu. En retour, il a pris deux coups de poing, et j’ai ensuite été frappée au visage ».

Un épisode qui ne colle clairement pas avec la version livrée par Warren, dans L’Indépendant. Qui assurait alors avoir seulement bousculé l’autre ado, avant que le père de famille ne s’en prenne à lui. Si le père de famille est bien intervenu, il n’a, nous assurait-il vendredi, jamais frappé l’ado de 15 ans. « J’ai vu rouge. Mais je ne l’ai pas tapé, j’ai seulement défendu ma famille. Je lui ai couru après et je lui ai fait un croche-patte pour le stopper. Je l’ai ensuite retourné pour lui dire qu’il n’avait pas à frapper ma famille ». (…)

Quelques instants plus tard, une patrouille de la Bac et la police municipale interviennent. Après avoir déposé leurs enfants à leur domicile, le couple rallie alors le commissariat pour déposer plainte. C’est là qu’ils vont subir un déferlement de « violence » de la part des proches des trois ados, déjà sur les lieux. « Ils sont tombés à 30 sur mon mari, à trois sur moi« . Finalement extraits de la mêlée par la police, ils intégreront le commissariat avec des côtes fêlées, un trauma crânien ou encore une entorse cervicale.

Aujourd’hui, alors qu’ils se sont vus prescrire tous deux un arrêt médical de 30 jours, le couple, respectivement professionnelle de santé et animateur auprès d’associations et d’écoles s’inquiète de la tournure prise. « Il y a maintenant des menaces de mort sur les réseaux sociaux. Nous avons déscolarisé nos enfants, et nous avons stoppé nos activités professionnelles ». Avec aujourd’hui deux attentes : rétablir leur vérité, et que « les choses s’arrêtent, enfin« .

L’Indépendant 

Merci à romain

Aidez-nous à administrer ce site

 

 


 

Abonnement mensuel

 

Abonnement hebdomadaire

Commentaires

X