Please disable your adblock and script blockers to view this page.
Plein ecran

Attentat déjoué (MàJ : l’un des 2 terroristes serait un ancien militant socialiste d’après RMC)

19/04

19-04-2017

RMC | Brunet & Neumann

Clément Baur, éducation catholique, ancien membre des MJS (Mouvement des jeunes socialistes) – Eric Neumann


18-04-2017

Un plan de Marseille, un Coran, un drapeau de Daesh

Pour l’heure, les enquêteurs estiment qu’il est trop tôt pour établir « avec précision le jour, la ou les cibles visées ou les circonstances de leur passage à l’acte ». Pour autant, un plan de la ville de Marseille au mur a été découvert dans l’appartement conspiratif qu’occupaient les deux suspects depuis le 1er avril. « C’est une zone de combat, ce sont des gens qui sont en train de se préparer », estime Dominique Rizet, spécialiste police-justice de BFMTV. Une GoPro – laissant penser que les deux individus s’apprêtaient à filmer leurs crimes – un Coran, un drapeau de Daesh et des photos d’enfants victimes de bombardements en Syrie ont également été retrouvés.

BFMTV


Conférence de presse de François Molins sur l’attentat déjoué

C’est dans la vidéo que Mahieddine cherchait à transmettre à Daech que l’on voit un drapeau du groupe djihadiste, un pistolet-mitrailleur et la une d’un quotidien affichant l’image d’un candidat à l’élection présidentielle.

« Dans l’appartement où ont été interpellés les deux hommes, ont été découverts 3 kilos de TATP, des Uzi, une grenade artisanale, un sac de boulons, des mèches, des produits chimiques de conditionnement mais aussi des bouteilles d’acétone et d’eau oxygénée, des appareils numériques, un drapeau de l’EI, un plan de Marseille accroché au mur. »

Clément B. se serait, selon François Molins, radicalisé en 2007, au contact de membres de la communauté tchétchène de Nice. En mars 2015, ses proches ont signalé sa disparition, jugée inquiétante. C’est à son contact que Mahiedine M. se serait particulièrement radicalisé, les deux hommes s’étant connus en prison en 2013 pour des faits de droit commun.

19 h 40 : Le procureur de Paris, François Molins, s’exprime : « Ce matin, deux individus ont été interpellés. Ces deux interpellations sont intervenues dans le cadre d’une enquête en flagrance, des chefs d’association de malfaiteurs terroriste en vue de commettre des crimes d’atteintes aux personnes et acquisition détention transport d’armes et munitions de catégories A ou B, éléments destinés à composer un engin incendiaire ou explosif et fabrication d’éléments pour composer un engin incendiaire ou explosif. Les éléments recueillis attestent que ces deux hommes se préparaient à mener une action violente et imminente, sans que l’on puisse déterminer le jour, la cible visée ou les circonstances du passage à l’acte. »

« Le 5 avril 2017, une enquête préliminaire a été ouverte sur les agissements de Mahiedidne. Une perquisition a été menée à son domicile de Roubaix en décembre 2016, un drapeau de Daech a été retrouvé et un homme ayant donné une fausse identité était présent : Clément B. Après cette perquisition administrative, Mahieddine avait précipitamment fui son domicile. Le 4 avril, il avait adressé au commissariat de Roubaix sa carte bancaire et sa pièce d’identité car « je n’en ai plus l’utilité, je vais bientôt me rendre, je vis d’amour et d’eau fraîche, je médite, salut ». Il se préparait à envoyer une vidéo d’allégeance ou de revendication à l’organisation Etat islamique. »

« Des réquisitions auprès d’une société de covoiturage ont permis de savoir que les deux individus ont regagné Marseille de manière séparée, en plusieurs trajets, depuis Nancy à la fin du mois de mars, avec des cartes prépayées et sous fausses identités utilisées par Mahieddine. Des avis de recherche ont été délivrés. Ce matin, les enquêteurs de la DGSI ont réussi à localiser l’appartement conspiratif dans le 3e arrondissement de Marseille, loué par Clément B. et payé en liquide. Mahieddine M. a été interpellé à 10 h quand il sortait de l’immeuble, Clément B à 10h35 dans la cage d’escalier. » […]

Le Progrès


Les deux hommes avaient déjà été condamnés et étaient fichés S

Les deux hommes, âgés aujourd’hui de 29 et 23 ans, se sont connus en prison en 2015 quand ils ont partagé la même cellule pendant deux mois. Le premier, dont le casier judiciaire fait état de 12 mentions, avaient été condamnés à quatre ans de prison pour trafic de stupéfiants, le second à quatre mois pour détention et usage de faux documents administratifs. Connus pour leur radicalisation, ils étaient fichés S depuis 2016 et 2015.

BFMTV


Mahiedine M. avait notamment été condamné à 3 ans de prison pour trafic de stupéfiants

Mahiedine Merabet, avait fait l’objet d’un article dans nos colonnes en 2013 après une condamnation pour trafic de stupéfiants.

La Voix du Nord


Des armes et des explosifs retrouvés

Au cours des perquisitions, les policiers ont découvert une arme de poing, un fusil mitrailleur et des produits chimiques qui servent à la fabrication d’explosifs de type TATP, selon les informations de franceinfo. Les suspects se trouvaient dans un appartement de la rue Crimée, près de la gare Saint-Charles, au 7e étage d’un immeuble « correct et bien entretenu », selon les résidents interrogés par franceinfo. […]

France TV Info


Les deux hommes soupçonnés de préparer un attentat «imminent» ont été arrêtés grâce aux services de renseignement britanniques, selon l’entourage de François Fillon. « L’information initiale vient des services britanniques qui auraient capté des données sur deux individus connus des services de renseignement », a indiqué au Figaro une source proche du candidat.

La semaine dernière, les candidats à la présidentielle ont été avertis des risques terroristes qui pesaient sur la campagne. « Seul François Fillon a fait l’objet de mesure de protection renforcée », a toutefois nuancé la même source. « C’était le cas aux meetings de Montpellier et de Nice ». Un dispositif de sécurité exceptionnel, mettant en œuvre des unités d’intervention du Raid et des tireurs d’élite, avait été mis en place à cette occasion.

(…) Le Figaro


Deux hommes de 23 et 29 ans, soupçonnés de préparer un attentat « imminent » ont été arrêtés aujourd’hui à Marseille, à cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle.


Les deux hommes sont « soupçonnés d’un passage à l’acte imminent ». Ils ont été arrêtés par la DGSI dans le cadre d’une enquête en flagrance ouverte à Paris pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste. Le ministre de l’Intérieur doit faire une déclaration à 12h30 sur la sécurité de l’élection présidentielle.

(…) Le Figaro

Bonne Dégaine

Aidez-nous à administrer ce site

 

 


 

Abonnement mensuel

 

Abonnement hebdomadaire

Commentaires

X