Plein ecran

Grande-Synthe : le camp de migrants incendié après une rixe entre Afghans et Kurdes (MàJ : 1.500 personnes à reloger ; 3,1 millions d’euros partis en fumée)

11/04

11/04/17

En mars 2016, le camp de Grande-Synthe avait ouvert ses portes aux migrants.

Ce jour est à marquer d’une pierre blanche. Pour la première fois, une association humanitaire, habituée aux horizons lointains, ouvre en France un camp pour les migrants. Après des mois de survie sous des tentes, dans la boue, les 1 050 exilés en transit à Grande-Synthe (Nord) vont pouvoir, ce lundi 7 mars, rejoindre un lieu de vie répondant aux normes internationales.

[…] A Calais, l’Etat – qui s’est rendu à l’évidence, en août 2015, qu’il lui fallait offrir des abris – a opté pour un alignement de 125 conteneurs de 12 places, chauffés, numérotés. A Grande-Synthe, MSF joue les cabanons de bois rangés par microquartiers. 213 abris chauffés y sont à la disposition de groupes de quatre personnes. A Calais, cinq mois et plus de 15 millions d’euros ont été nécessaires pour abriter 1 500 personnes. Quand, dans la commune proche de Dunkerque, une fois obtenu le feu vert préfectoral, les humanitaires ont ouvert un camp en moins de deux mois pour un coût de 3,1 millions d’euros. […]

2,5 millions d’euros devraient être nécessaires pour faire fonctionner le lieu en 2016. « Une somme que la commune ne peut prendre en charge et qui devrait être financée par l’Etat», estime M. Carême. […]

Le Monde


Après des bagarres, un violent incendie a ravagé les 300 chalets en bois du camp de La Linière, qui abritait quelque 1.500 migrants.


10/04/17

Une rixe, apparemment entre deux ethnies, a fait au moins trois blessés lundi par armes blanches. À 21 heures, le camp de la Linière était en flammes.

Le camp de la Linière, à Grande-Synthe (périphérie de Dunkerque), était en flammes ce lundi soir vers 21 heures. Au moment de la relève des unités de CRS à l’entrée du camp, une rixe apparemment entre deux ethnies a nécessité l’engagement des forces mobiles pour séparer les belligérants. Les policiers ont dû faire usage de 21 grenades lacrymogènes et d’une grenade de désencerclement. L’incident a fait au moins trois blessés par armes blanches.

[…]

Le Figaro

Aidez-nous à administrer ce site

 

 


 

Abonnement mensuel

 

Abonnement hebdomadaire

Commentaires

X