Please disable your adblock and script blockers to view this page.
Plein ecran

Les trolls sur Internet, nouveaux colleurs d’affiches du FN (Le Monde)

31/03

Anonymat, images de grenouilles et humour « limite » : une jeune génération d’internautes s’est appropriée les codes de l’extrême droite américaine.

A partir du 31 mars, Le Monde publie une série d’articles sur les nouvelles formes du militantisme d’extrême droite sur Internet. Aujourd’hui, l’émergence d’une nouvelle génération de sympathisants bercés par les codes et l’humour provocateur du Web.

« C’est une guerre culturelle. Nous nous sommes imposés comme la nouvelle contre-culture », fanfaronne Chepamec, étudiant de Sciences Po à l’origine de plusieurs salons de conversation en ligne très prisés des jeunes marinistes. Il fait partie de la nouvelle génération de sympathisants du Front national, des militants souvent hors les murs, guère encartés, mais très actifs. Certains sont baptisés Pepe Le Pen, Général Pepenochet, ou encore Kim-Jong-Unique. Comme lui, la plupart refusent de donner leur véritable identité, préférant des pseudonymes décalés provocateurs.

Ce sont les nouveaux colleurs d’affiches du FN, des internautes qui n’ont jamais connu l’odeur des autoroutes et de la colle, mais manient à la perfection l’usage des mèmes, ces images faites pour être partagées sur Internet, et l’humour corrosif qu’ils qualifient eux-mêmes de « politiquement incorrect ». Ils ont pour terrain de jeu les forums anglophones comme 4chan et Reddit, leurs équivalents français comme la section Blabla 18-25 [pour les 18-25 ans] du site Jeuxvideo.com, ou encore les réseaux sociaux comme Twitter, où c’est là qu’ils engagent le débat, souvent caustique, avec leurs cibles politiques. Leurs signes distinctifs ? Une casquette « Make France great again », un « 1825 » accolé à leur pseudonyme, et surtout, un dessin de grenouille verte en image de profil.

« Peut-on accuser une grenouille de nazisme ? »

A l’automne 2016, au moment de l’élection de Donald Trump, la figure cartoonesque de Pepe the Frog, batracien au regard subtilement méprisant, est devenue le nouveau porte-étendard de cette jeune génération éprise de provocation et ivre de victoire. « C’est un mème facile à modifier, qui représente le courant de la droite patriote, et de plus, une mythologie s’est greffée dessus », explique Keksafe_Frog, un Niçois de 19 ans sans emploi, en référence aux explications humoristico-ésotériques qu’en ont fait les utilisateurs de 4chan. […]

Durant l’élection de Donald Trump, le recours à la culture Web et à son humour au vitriol a permis de rajeunir l’image d’un mouvement longtemps honni. La fachosphère française s’est mise à bonne école, à l’image de Pierre Sautarel, co-rédacteur du site d’extrême droite FdeSouche, ancien colleur d’affiches et militant traditionnel qui a lancé une ligne de vêtements « Pepe the Frog » pour séduire ce nouvel électorat jeune et épris de moquerie. « Ce ne sont pas des geeks, ils se sont emparés de Pepe the Frog comme d’un moyen d’apparaître plus modernes qu’ils ne sont », resitue David Doucet. […]

Le Monde

Bonne Dégaine

Aidez-nous à administrer ce site

 

 


 

Abonnement mensuel

 

Abonnement hebdomadaire

Commentaires

X