Plein ecran

Saint-Brieuc (22) : les enfants métis de la rédac chef de « Elle » victimes de propos racistes (Maj : le coupable arrêté)

10/03

10/03/2017

Le témoignage bouleversant de Katell Pouliquen, que nous avions relayé dans nos colonnes et sur notre site internet, avait ému des milliers d’internautes, mi-février. Cette journaliste bretonne, rédactrice en chef du magazine Elle à Paris, était en vacances à Saint-Brieuc.

Le 10 février, alors qu’elle faisait ses courses au Leclerc de Plérin, un homme a interpellé ses enfants métis, âgés d’à peine plus de 12 ans, dans les rayons : « Partez d’ici, sales nègres ».

Après une plainte déposée contre X par la mère de famille, les policiers du commissariat de Saint-Brieuc ont enquêté pour retrouver cet homme. Grâce à des recoupements (témoignage d’un vigile, vidéosurveillance, carte de fidélité du magasin), ils ont retrouvé sa trace. […]

Ouest France

Merci à cgrave


14/02/2017

Dans un message, publié samedi 11 février sur son compte Facebook, Katell Pouliquen ne masque pas son exaspération. Mère de deux enfants métis, la rédactrice en chef du magazine Elle s’inquiète d’une libération de la parole raciste à l’approche de l’élection présidentielle. Le texte a été partagé à plus de 1 500 reprises.

« Toujours, je loue leur double culture, je leur explique que, plutôt qu’être ‘moitié / moitié’, ils sont deux fois plus riches, plus forts, plus beaux. 200% plutôt que 50. »

 

Je les amène voir Swagger, et sans doute ce jour-là saisissent-ils comme ils sont privilégiés. Protégés ? On vit dans le 18ème des Abbesses, enclave bobo encore un peu popu dès qu’on approche les boulevards de Pigalle ; absolument bourge quand on dévale la rue des Martyrs acheter son mille-feuille à 5 euros. L’école maternelle est une ZEP qui fonctionne. Emile est ami avec Rayan, Elliott, Louison, Aboudlaye. La routine.

Mes enfants sont chez eux dans le quartier, le manège, Jacky le boucher, Marie-Rose la libraire… Partout, ils sont chez eux. Nulle part ici, leur peau n’est un sujet. Les rues racontent le métissage. La France multiculturelle progresse. Celle que j’aime.

 

Je suis Bretonne. J’ai quitté Saint Brieuc après mon hypokhâgne. Puis ce fut Rennes (khâgne), Paris (sciences politiques), Lille (École de journalisme). J’ai terriblement voulu fuir cette Bretagne que je chéris tant aujourd’hui. M’arracher à la promiscuité, au regard des voisins, à l’absence poisseuse d’intimité. Je voulais vivre libre. Aucun compte à rendre.

J’ai choisi ma vie, j’ai choisi Paris. Je reviens souvent en Bretagne et, à chaque halte chez ma mère, je me retrouve à faire les courses. On dit « faire le plein chez Leclerc ».

« Partez d’ici, sales nègres ». L’uppercut est donné par un homme d’une soixantaine d’années, flanqué de sa femme muette. Mes fils s’amusaient au rayon foot. Ils adorent le Leclerc, immense terrain de jeu où ils peuvent courir, essayer les ballons, les tablettes et même regarder tranquillou Bein Sports sur des écrans géants. […]

francetvinfo.fr ; Texte complet sur Facebook

Merci à yabonlaseku

Aidez-nous à administrer ce site

 

 


 

Abonnement mensuel

 

Abonnement hebdomadaire

Commentaires

X