Plein ecran

Avignon (84) : Hakim se rebelle durant son arrestation et blesse un policier

J-4

Interpellé un matin d’octobre dernier dans une boulangerie d’Avignon alors qu’il faisait l’objet d’une surveillance téléphonique, Hakim, originaire d’Aubignan, a juré avoir pris les policiers de la police judiciaire d’Avignon pour des « ennemis qui voulaient le tuer« .

Alors que le policier, partie civile dans cette affaire, lui met les menottes, Hakim parvient à se dégager et à prendre la fuite, blessant le fonctionnaire qui s’est vu prescrire 21 jours d’ITT. « C’était des cagoulés, je croyais qu’on voulait me tuer, j’ai eu l’occasion de m’enfuir, je suis parti » explique-t-il à la barre hier, extrait de sa cellule.

« Depuis quand la PJ porte-t-elle des cagoules ? » interroge la présidente du tribunal qui peine à croire les explications du prévenu. Hakim a couru menottes au poignet et s’est réfugié un moment dans la salle d’attente d’un cabinet médical.

Jusqu’au 5 novembre, Hakim était « en cavale » entre Avignon et Aubignan. Il se savait recherché par la PJ dans le cadre d’un vaste trafic de stupéfiants d’ailleurs récemment démantelé par la PJ à Carpentras et aux alentours. Il est finalement interpellé pour le trafic de stupéfiants. Concernant les violences pour lesquelles il comparaissait hier, il minimise. « Les faits sont d’une très grande violence. Les policiers avaient les brassards et le prévenu n’a pas du tout coopéré » argumente l’avocate du policier blessé. « Avec son pedigree (20 mentions au casier judiciaire) la question de savoir si des gens lui veulent du mal peut être posée » avance son avocat, Me Baumhauer, qui demande à ce que le caractère intentionnel des violences ne soit pas retenu. « Ses propos ne sont pas crédibles et son attitude est désinvolte » juge la procureure Le Flao.

Hakim a écopé de 20 mois de prison assortis d’un mandat de dépôt.

La Provence

Bonne dégaine

Commentaires

Les commentaires ont été archivés.
X