Please disable your adblock and script blockers to view this page.
Plein ecran

Banlieues : ces musulmans sous la pression de l’islam radical (Le Monde)

17/02

Dans certaines villes de banlieue, un « contrôle social agressif » incite la communauté musulmane à respecter les rites et les codes d’un islam rigoriste. Mais des résistances s’organisent selon Le Monde.

Dans le salon de son appartement d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), à la décoration « un peu arabisante », sourit-elle, Nadia Benmissi peste contre les « intellos ». Les uns, estime-t-elle, tout en servant une part de galette des rois et une bolée de cidre, pêchent par angélisme, au nom du sacro-saint multiculturalisme. Et ne prennent pas la mesure de la « gangrène » islamiste. Les autres ont une fâcheuse tendance à la caricature, à tout confondre, à assimiler tous les musulmans à des salafistes. Elle, qui se sent « Française avant tout » et « citoyenne de culture musulmane ensuite», ne trouve pas sa place dans ces discours, ni dans les pages des livres. […]

Pour l’ex-mufti de Marseille, Soheib Bencheikh : «C’est devenu un phénomène de mode, un courant, un mouvement lié à la bravoure, à l’idée d’être fidèle à ses origines. Mais ça va passer…»

« Vous pouvez vous promener en minijupe et manger un sandwich au jambon pendant le ramadan, il ne vous arrivera rien !, nous affirme Nadia Benmissi. En revanche, si vous êtes d’apparence maghrébine, vous aurez des problèmes. Car ce sont les musulmans que les salafistes veulent soumettre. Mais aujourd’hui, les Maghrébins se réveillent. » […]

Alors qu’il déjeunait tranquillement à la terrasse d’un café du centre-ville de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), pendant le ramadan avec un ami « blanc » , Medhi (le prénom a été changé), la trentaine, entend soudain des cris venant d’une voiture arrêtée au milieu de la rue. Deux jeunes s’adressent « uniquement» à lui et l’insultent – « mécréant», « mauvais musulman» – avant de redémarrer aussi sec. « J’ai une gueule de musulman mais je n’en suis pas un, tempête-t-il. Et même si j’en étais un, qu’on me foute la paix ! » C’est ce que le patron d’un restaurant, situé à quelques dizaines de mètres du café où s’est déroulée cette scène, a répondu à une bande de jeunes en kamis (vêtement long porté par les hommes) venus lui demander, en 2016, d’arrêter de vendre de l’alcool dans son établissement.

A Saint-Denis, comme ailleurs dans certaines banlieues, ce type de comportement se multiplie, nourri par une propagande omniprésente. Dans une librairie musulmane du centre-ville de Saint-Denis, par exemple, les étagères sont remplies de livres pour enfants (la vie des prophètes en dix volumes, le Coran pour les plus jeunes…) et d’ouvrages du type coaching de couple.

[…]

Le Monde

Bonne Dégaine

Aidez-nous à administrer ce site

 

 


 

Abonnement mensuel

 

Abonnement hebdomadaire

Commentaires

X