Plein ecran

Label de l’infaux en ligne : FDeSouche, RT et Sputnik en orange, toute la presse française en vert…

25/01

« Parodique, totalement faux, peu fiable ou fiable », choisissez votre camp. A partir du 1er février, Les Décodeurs du Monde proposeront une extension, financée par le fonds Google, censée permettre aux internautes de mieux se repérer en ligne, et séparer les bons et les mauvais sites d’info. Comment ça va marcher et quelle est la définition, au juste, d’un site « pas fiable » ? Mode d’emploi, à quelques jours du lancement du « Décodex ».

C3B7WqpXEAIBylC

L’idée est née en décembre 2015, alors que Les Décodeurs du Monde commençaient à être débordés par les fausses infos et rumeurs qui se multipliaient sur le net après les attentats du 13 novembre. « Si on déconstruit les intox une par une, on ne va pas s’en sortir », se souvient Samuel Laurent, responsable de la rubrique. Pour s’en sortir, les équipes du Monde ont donc pensé au « Décodex », un outil censé permettre aux internautes de mieux se repérer sur le net. Comment ? En leur indiquant les sites fiables et ceux qui le sont moins, directement dans leur navigateur ou via un moteur de recherche intégré au site des Décodeurs. Pour financer ce projet, Le Monde fait appel au Fonds pour l’innovation numérique de la presse, aussi appelé « Fonds Google ». Le dossier est accepté. Pour quel montant ? Laurent évoque une somme de 50 000 ou 60 000 euros, mais ne saurait dire exactement.

Concrètement, à quoi ressemblera « Décodex », qui devrait être lancé le 1er février ? L’outil se déclinera en trois utilisations possible. Un moteur de recherche, appelé « Vérificator », sera mis en place sur le site des Décodeurs. Le principe est simple : il suffit de rentrer l’adresse d’une page web ou le nom d’un site et « Vérificator » vous dira si cette source est fiable, ou non.

(…) Arrêt sur image

Commentaires

X