Plein ecran

Thierry Mariani témoigne de sa rencontre avec Bachar El Assad en Syrie

10/01

Le député français Thierry Mariani témoigne au micro de Laurence Ferrari de son voyage en Syrie où il a rencontré Bachar El Assad.
– I-TELE, 10 janvier 2017, 18h40

 
Extraits :

Moment tendu entre Thierry Mariani et Laurence Ferrari lorsqu’il évoque la libération d’Alep : « Ne vous énervez pas monsieur Mariani, je vous parle tranquillement »

 
Thierry Mariani : « Je suis allé en Syrie voir la réalité. Il est utile de dire aux Français ce qui s’est réellement passé à Alep. »

 
Thierry Mariani : « Le devoir des parlementaires, c’est de s’informer et de regarder la réalité. Je peux lire Le Monde et Libé et avoir une opinion définitive sur la Syrie. Je préfère me rendre sur place et comprendre ce qui s’est réellement passé, même si on me blâme. »

 
Thierry Mariani : « La France est-elle plus sûre depuis la politique étrangère qu’on mène en Syrie ? Bien sûr que non. C’est devenu un foyer pour tous les intégristes qui tuent à Bruxelles, Nice, ou à Paris. »

 
Thierry Mariani : « J’ai vu des Syriens qui ont leur gosse à l’université à Paris et disent «La France était notre allié, on nous a trahis» »

 
Thierry Mariani : « Ce qui m’a touché, c’est qu’on se trompe. Notre ennemi, ce sont les intégristes, les djihadistes. On veut qu’Assad tombe et qu’on ait une nouvelle base pour les terroristes ? »

 
Thierry Mariani : « Pour rétablir la paix en Syrie, Bachar El Assad compte beaucoup sur la conférence d’Astana qui est organisée par les Russes, avec les Turcs, les Iraniens. Aucun occidental n’est invité car nous sommes hors-jeu. Tout le monde regarde la France avec déception, on ne fait plus partie du jeu. »

 
Thierry Mariani : « Bachar El Assad se bat dans certaines zones contre Daesh. Alep était tenu par Al Qaida, c’est la 2ème ville, la capitale économique, la priorité depuis longtemps était de la reprendre. Al Qaida ne sont pas des rebelles modérés, il n’y avait que Laurent Fabius qui croyait qu’ils étaient modérés. »

 
Thierry Mariani : « 15% d’Alep est détruite, 20% endommagée, 65% intacte. La ville n’est pas «anéantie». Aujourd’hui à Alep, j’étais à la messe arménienne avec les Chrétiens. Je peux vous dire qu’ils criaient de joie parce qu’ils ne sont enfin plus bombardés. »

 
Thierry Mariani : « Les djihadistes ont dynamité le plus grand hôpital d’Alep (…) Il y a en France une sorte d’illusion sur ces «rebelles» »

 
Thierry Mariani dit qu’il ne suffit pas que Bachar El Assad disparaisse pour rétablir la paix, rappelant le précédent de Saddam Hussein en Irak.

Bonne Dégaine

Commentaires

X