Plein ecran

Autriche : des personnalités conservatrices appellent à faire barrage à l’extrême droite

Nov
2016

Plusieurs personnalités conservatrices autrichiennes ont appelé dans un « manifeste » à barrer la route au candidat d’extrême droite Norbert Hofer (FPÖ) à la présidentielle du 4 décembre, évoquant notamment le spectre d’un « Öxit ».

Le texte, souscrit notamment par l’ex-commissaire européen Franz Fischler et par l’ancien vice-chancelier Wilhelm Molterer, tous deux membres du parti chrétien-démocrate ÖVP, souligne que le chef de l’Etat se doit d’être « prévisible ».

« L’Autriche doit rester un partenaire européen et international fiable » afin de conserver son dynamise économique, précisent les signataires, qui indiquent avoir opté pour le candidat écologiste libéral Alexander Van der Bellen alors que M. Hofer, 45 ans, n’a pas exclu l’organisation d’un référendum sur l’avenir européen de l’Autriche.

« Nous ne voulons pas être confrontés à des spéculations sur une sortie de l’Autriche de l’Union européenne (Öxit), ni à la tentative de dissimuler le bleuet derrière le crucifix« , souligne cet appel.

M. Hofer, 45 ans, s’est récemment attiré les critiques de milieux chrétiens pour avoir fait figurer la mention « Avec l’aide de Dieu » sur ses affiches électorales. Le bleuet, qu’il a arboré par le passé, est considéré comme un signe de ralliement de nostalgiques du nazisme.

Le président autrichien doit être un garant du « vivre ensemble », et « cela est incompatible avec les discours de peur, de haine et la recherche permanente de boucs émissaires », souligne le manifeste.

L’ÖVP, tout comme le parti social-démocrate du chancelier Christian Kern n’ont pas donné de consignes de vote officielles pour le scrutin, mais plusieurs de leurs personnalités ont déjà indiqué avoir choisi M. Van der Bellen, « à titre personnel« .

Le candidat écologiste l’avait emporté d’une courte tête face à M. Hofer en mai, dans un scrutin annulé ensuite en raison d’irrégularités formelles.

Le Figaro

Arzon (56) : manifestation anti-migrants après l'agression d'une sexagénaire. MàJ : "Les identitaires effraient plus que les migrants" (Le Parisien)
Patrick Buisson : "L’élection de Trump, c'est le cri de révolte des enracinés du local contre les agités du global"

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu