Plein ecran

Une policière : « On défend des institutions auxquelles on ne croit plus »

Oct
2016

Des Parisiens qui agitent des tissus au balcon, applaudissent les policiers qui défilent : la manifestation nocturne de policiers vendredi dans la capitale avait des airs de 11 janvier 2015, quand les Français avaient clamé leur attachement aux forces de l’ordre lors d’une marche contre le terrorisme.

Pour Joséphine, 30 ans dont six comme gardien de la paix à Paris, les Français vivent la même chose que les policiers : « Nous aussi on est désespérés (…) On défend des institutions auxquelles on ne croit plus. On est là pour rallumer la flamme« , veut-elle croire.

Eclairés par les phares des voitures bloquées par leur avancée à contresens en pleine rue de Rivoli, les brassards orange fluo des policiers ressortent dans la nuit. Plusieurs centaines de fonctionnaires progressent au milieu des voitures pour rallier la place de la Bastille depuis l’Hôtel de ville. Pour la cinquième soirée consécutive, ils crient leur « ras-le-bol » et réclament plus de moyens et des peines plus sévères pour les agresseurs de policiers, treize jours après l’agression de quatre des leurs à Viry-Chatilllon (Essonne).

Les klaxons enthousiastes des Français au volant et les sonnettes de vélo se confondent avec les cornes de brume et les sifflets des fonctionnaires qui manifestent en civil. Il est minuit passé. Les fêtards sortent des bars pour s’agglutiner sur le trottoir, lever leur verre de bière aux policiers et les applaudir.

Un « Bravo ! » jaillit d’une fenêtre en hauteur. Les manifestants lèvent la tête et applaudissent.Les premières notes de la Marseillaise retentissent depuis une terrasse de café, et ils entonnent l’hymne national. […]

« J’ai été surpris de voir que beaucoup de gens nous soutenaient… Je pensais qu’on aurait plus de marques d’hostilité« , confie Thomas, gardien de la paix de 25 ans qui ne veut pas donner son vrai nom : « La population a réellement compris ce qui se passait. Elle a vu ce qui dysfonctionnait au niveau du service public« . […]

Le Point

Devenir Français : Malika Sorel Vs Magyd Cherfi
Malaise policier : la tentation du vote FN

Commentaires

Accueil
Menu