Plein ecran

Manif de policiers : Le directeur ordonne une enquête (MàJ : Chefs d’équipe de la BAC 91 convoqués)

Oct
2016


Jérôme Bonnet : « Les policiers ne peuvent pas manifester lorsqu’ils sont en service ou en uniforme »


Le directeur de la police nationale a ordonné une enquête sur la manifestation sauvage de policiers dans la nuit de lundi à mardi sur les Champs-Élysées à Paris, où les forces de l’ordre ont exprimé leur mécontentement envers le gouvernement.

Un comportement « inacceptable » pour le directeur de la police

Dans un communiqué, le directeur de la police nationale Jean-Marc Falcone dénonce le « comportement inacceptable » des policiers qui, malgré leur devoir de réserve, ont manifesté dans certains alors qu’ils devaient être en service ou avec des véhicules de la police. « Ces modalités de l’expression publique des policiers étaient contraires à leurs obligations statutaires. Par ce comportement, ils fragilisent la police nationale et fragilisent aussi chaque policier », écrit-il.

Une enquête a été confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) afin de « déterminer et de préciser les manquements individuels aux règles statutaires », précise-t-il.

« La question des sanctions viendra après »

« La question des sanctions viendra après », a précisé sur RTL Jérôme Bonet, le porte-parole de la police nationale, tout en assurant que la colère qui s’est exprimée dans la nuit « est comprise ».

(…) Ouest France



500 policiers manifestent en pleine nuit sur les Champs-Elysées


L’appel à la mobilisation a été relayé toute la journée de lundi par SMS, mails ou coups de téléphone. Les policiers de l’Essonne avaient déjà manifesté de la sorte à Evry au cours du week-end. Dans la nuit de lundi à mardi, vers minuit, une centaine d’entre eux, rejoints par 400 autres policiers venus de toute l’Île-de-France ont exprimé leur mécontentement à l’entrée de l’hôpital Saint-Louis (Paris X) où est toujours hospitalisé l’adjoint de sécurité grièvement blessé le 8 octobre par un jet de cocktail Molotov à l’entrée du quartier de la Grande Borne à Viry-Châtillon (Essonne).

(…)
Particularité de ce rassemblement, il a été organisé sans organisation syndicale. Un autre policier tempête : « Vous les avez entendus réagir les syndicats quand Cazeneuve a parlé de sauvageons ? Des gens qui lancent un cocktail molotov sur les policiers pour les tuer, ce ne sont pas des sauvageons, ce sont des criminels. » Il reprend : « La patrouille visée était composée d’un adjoint de sécurité et d’un gardien de la paix, c’est illégal. Normalement, il doit y avoir deux gardiens par patrouille, c’est dans les textes. »

Le Parisien


Oise : un Kurde tue le petit ami français de sa fille, la famille de la victime dénonce l'inaction de l'Etat
Un attentat coûte entre 2.500 et 82.000€ aux terroristes

Commentaires

Accueil
Menu
X