Plein ecran

Sisco : les Maghrébins ont agressé tout le monde (Màj : 3 avocats au secours des Marocains)

Août
2016

23/08/2016

Trois avocats volent au secours des Marocains impliqués dans la rixe qui secoue la Corse depuis plus d’une semaine, apprend Yabiladi auprès de la famille Benhaddou. Il s’agit de Me Ouadie Elhamamouchi et Me David Maheu du barreau de Seine-Saint-Denis, ainsi que Me Marilyne Kopilow du barreau de Paris. […]

« Mes collègues et moi avons été touchés par le traitement médiatique non équilibré de cette affaire », déclare à Yabiladi Me Ouadia Elhamamouchi, rejoignant le raisonnement du Consul du Maroc à Bastia qui, au lendemain du scandale, dénonçait également un traitement médiatique partial. […]

Il ne comprend également pas que « certains politiques aient attribué le rôle d’agresseurs aux frères », alors que les faits et les responsabilités ne sont pas encore clairement définis. […] « Si les gendarmes n’étaient pas intervenus, on aurait assisté au lynchage d’une famille » […]

Depuis la semaine dernière, le silence du Maroc dans cette affaire suscite de nombreuses interrogations. Joints par nos soins, différents ministres ont soit esquivé nos questions, soit n’y ont pas du tout répondu. De son côté, la famille se dit aujourd’hui « un peu rassurée » grâce à l’engagement de Me Elhamamouchi et ses confrères. Toutefois, elle reste bouleversée. « Les enfants ne dorment pas. Tout le monde ici est traumatisé. On ne pouvait pas s’attendre à une telle chose. C’est terrible », déclare  une source familiale, soulignant que la famille pense à consulter un psychologue.

La prochaine audience est fixée au 15 septembre et Me Elhamamouchi, quant à lui, se dit confiant pour le dénouement de cette affaire. « J’ai confiance en la justice française, même si je sais que cette affaire pourrait faire l’objet de pressions politiques ».

Yabiladi

Merci à hipopo75


19/08/2016

Le placement sous contrôle judiciaire, assorti de l’interdiction de retourner à Sisco, s’applique à deux des trois frères, Jamal Benhaddou, 29 ans, plaquiste domicilié à Furiani au sud de Bastia, et Abdelillah Benhaddou, 38 ans, plaquiste. Leur sont reprochées des violences en réunion, avec des couteaux et des pierres.

Le troisième frère, Mustafa Benhaddou, 33 ans, ouvrier du bâtiment au chômage vivant à Furiani, a lui été placé en détention jusqu’au procès. Il doit répondre de violences en réunion, et notamment d’usage d’un fusil harpon, de jets de pierre et de menaces au couteau. Un quatrième frère, Hohcine, en situation irrégulière, est actuellement en fuite.

Le Point

Merci à ULTIM ATOM


18/08/2016

Le procès des 5 hommes impliqués dans une rixe dans une crique de Sisco, en Haute-Corse, est reporté au 15 septembre. Ils devaient être jugés en comparution immédiate pour « violences en réunion« , ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Bastia.


5 hommes, 2 villageois de Sisco et 3 autres personnes d’origine maghrébine « avec un comportement de caïds« , seront jugés ce jeudi en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Bastia pour leur implication présumée dans une rixe ayant fait samedi dernier 5 blessés. Hier, les 2 Corses gardés à vue ont été remis en liberté sous les acclamations.


[…] Les trois frères, Jamal, Abdelillah et Mustafa Benhaddou, de nationalité marocaine, sont poursuivis pour violences en réunion avec armes. Samedi 13 août, ils sont soupçonnés d’avoir fait usage d’armes blanches -couteau et fusil-harpons- à l’encontre de villageois de Sisco, blessant grièvement un père et son fils, qui se sont constitués parties civiles aux côtés de deux autres victimes. Un quatrième frère recherché Un quatrième frère, Houcine Benhaddou, soupçonné lui aussi d’être impliqué dans la rixe, n’a pas comparu cette après-midi. En situation irrégulière, il avait donné une fausse identité aux forces de l’ordre lors de son audition lundi. « J’ai demandé aux gendarmes de la section de recherche de le retrouver », a déclaré le procureur de la République, Nicolas Bessone. […] France 3


 

 17/08/2016

L’origine des incidents entre « une famille maghrébine » et des habitants du village de Sisco dans le Cap Corse samedi, incombe « à l’évidence » à « des membres de la famille », a déclaré mercredi le procureur de la République de Bastia, Nicolas Bessone. « Ils on voulu, dans un logique de caïdat, s’approprier la plage et la privatiser », a déclaré M. Bessone lors d’un point de presse, ajoutant: « ils ont multiplié (…) des incidents avec un certain nombre de personnes: jets de pierre (…), tensions très fortes, insultes, menaces ».


« Globalement, la version avancée par les jeunes est corroborée », indiquait hier soir une source proche de l’enquête. Le soir des événements, à chaud, les jeunes gens avançaient tous la même version sans aucune divergence sur le déroulement chronologique des faits et faisant état de détails identiques. Le lendemain, dimanche, à l’occasion d’un rassemblement devant les grilles de la mairie de Bastia, cette même version était une nouvelle fois avancée par une jeune femme de dix-sept ans qui appartenait au groupe pris à partie. De jeunes gens. Selon un touriste rencontré à Sisco, témoin de la scène et entendu près de trois heures par les enquêteurs de la gendarmerie, signe de l’importance accordée à ses déclarations : « Ils [les familles d’origine maghrébine, ndlr] voulaient simplement privatiser la plage, ils n’ont pas accepté que des photos de l’endroit soient prises ». […] Corse Matin D’après nos informations, plusieurs personnes d’origine maghrébine impliquées dans ces violences sont connues des services de police : « Quelques procédures ont été établies à l’encontre de ces individus. De la délinquance des banlieues, du droit commun », admet une source proche de l’enquête qui n’entend pas en dire davantage. […] Corse Matin


 

14/08/2016

Communiqué de Gilles Simeoni, Président du Conseil exécutif de Corse, et Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse.



Rassemblement à Lupino devant l’immeuble des jeunes Maghrébins impliqués dans la rixe de Sisco : « On est chez nous ! »

Environ 500 personnes se sont rassemblées ce matin à Bastia au lendemain d’une violente rixe dans une crique en bord de mer à Sisco (Haute-Corse) qui a fait quatre blessés.

Une jeune fille mineure, témoin des affrontements, s’exprimant au mégaphone devant les personnes rassemblées, a indiqué que la rixe avait éclaté alors que plusieurs femmes qui se baignaient en burkini étaient prises en photo par des touristes. Des insultes ont été proférées par un groupe de jeunes gens d’origine maghrébine, selon la jeune témoin. Plusieurs hommes plus âgés, d’origine maghrébine, sont alors arrivés, munis de hachettes, s’en prenant à un groupe de jeunes gens corses, âgés de 15 à 18 ans qui étaient sur la plage, selon ce témoignage. « Mon frère a été tabassé, il est choqué pour toujours », a déclaré l’une des manifestantes. Des parents des jeunes gens sont à leur tour intervenus et deux d’entre eux ont été blessés avec des harpons, a indiqué la jeune fille. […]

Le Figaro

Témoignages sur l’origine de la rixe entre Corses et Maghrébins à Sisco


Une rixe a éclaté aux alentours de 18h30 dans une crique au niveau de la sortie Nord de Sisco, vendredi 13 août.
Deux groupes de jeunes sont impliqués dans l’altercation : des Corses résidant dans la commune de Sisco et des jeunes issus de la communauté musulmane.

Parmi les deux groupes, cinq jeunes ont été blessés à l’arme blanche.Ils ont été transportés en urgence à l’hôpital. Leur pronostic vital n’est pas engagé.

Apprenant la nouvelle de cette rixe, une centaine d’habitants de Sisco se sont attroupés sur les lieux, provoquant d’importants mouvements de foule.

Une trentaine de personnes ont mis le feu à trois véhicules appartenant aux jeunes Maghrébins.

40 gendarmes et 30 CRS ont été dépêchés sur place. La circulation a été coupée dans les deux sens au niveau de Sisco.

On ignore à ce stade les causes qui ont déclenché la rixe.

France 3 Régions

___________________________________________________________________________

Une rixe s’est produite en fin d’après midi sur une plage de Sisco.

La situation actuellement très tendue sur place serait également due aux origines maghrébines de certains belligérants. Il y aurait un blessé.

Corse Matin

(merci à Domi et SPQR)

Turquie : attentat lors d'un mariage, 53 morts et au moins 100 blessés (Màj)
Reims (51) : le camp d'été "interdit aux Blancs" aura bien lieu

Derniers articles

Commentaires

Accueil
Menu