Plein ecran

Hans-Werner Sinn : « L’accueil des migrants incompatible avec l’Etat providence »

Jan
2016

Les États-providence sont fondamentalement incompatibles avec la libre circulation des personnes d’un pays à l’autre, si les nouveaux arrivants ont immédiatement et pleinement accès aux prestations sociales de leur pays d’accueil. Par Hans-Werner Sinn, président d’honneur de l’institut de conjoncture Ifo
(…)

L’enjeu est essentiel. Les États-providence se définissent par le principe de redistribution : ceux dont les revenus sont au-dessus de la moyenne paient plus d’impôts et cotisent plus qu’ils ne reçoivent en retour des services publics, tandis que ceux dont la rémunération est inférieure à la moyenne paient moins qu’ils ne reçoivent. Cette redistribution, qui draine les ressources publiques nettes vers les ménages à faibles revenus, apporte une correction sensible à l’économie de marché, sorte d’assurance contre les vicissitudes de la vie et la dure loi du prix de la rareté, qui caractérise le marché et n’a que peu à voir avec la justice sociale.

Les États-providence sont fondamentalement incompatibles avec la libre circulation des personnes d’un pays à l’autre si les nouveaux arrivants ont immédiatement et pleinement accès aux prestations sociales de leur pays d’accueil. Lorsque tel est le cas, ce pays fonctionne en effet comme une trappe à allocataires, où l’on s’installe en raison des prestations ; il attire les migrants en plus grand nombre qu’il ne le serait économiquement souhaitable puisque ces derniers y reçoivent, outre leur salaire, une subvention sous forme de transferts publics. On ne peut espérer d’autorégulation efficace des migrations que dans la mesure où les migrants ne perçoivent que leur salaire.
(…)

La Tribune

Merci à mmathe

Jean d'Ormesson : «Il serait normal que l’islam soit représenté à l’Académie française»
Manuel Valls n'a vendu que 410 exemplaires de son livre

Derniers articles

Commentaires

Accueil
Menu