Plein ecran

Baraka city : Najat Vallaud-Belkacem avait été prévenue (Màj

Jan
2016

31/01/2016

(…)Devant la polémique, Najat Vallaud-Belkacem a réassuré de son indignation lundi sur Facebook, avant de se défendre à nouveau mardi à l’Assemblée, en ces termes : “Ma règle est simple : on ne débat pas contre les ennemis de la République, on les combat (…) Mon combat est total, il exclut tout dialogue artificiel et toute mise en scène, je regrette qu’on lui ait offert une tribune”. “Mise en scène” : l’accusation à l’endroit de l’émission est directe.

Une semaine après la fameuse séquence, “Le Supplément” de ce dimanche 31 janvier a donc souhaité répondre à la ministre, en réfutant toute mise en scène :

“Pour la ministre nous avons voulu faire du buzz et la piéger avec une mise en scène en invitant un homme dont elle ignorait tout. Pourtant, 24 heures avant l’enregistrement, nous avons averti Najat-Vallaud-Belkacem par écrit du contenu de l’émission. D’ailleurs, selon nos informations, un conseiller de son cabinet a été chargé de faire des recherches sur cette association… Elle sait donc qu’Idriss Sihamedi sera présent et qu’un reportage sera consacré au jeune humanitaire Moussa et à l’ONG qui l’emploie, Barakacity”.

Contrairement à ce qu’elle a pu laisser entendre, Najat Vallaud-Belkacem n’a donc pas été prise de court… Sur le plateau, l’animateur du « Supplément » achève de dédouaner son émission en répondant à la question : “Fallait-il inviter Idriss Sihamedi ? Notre réponse est oui, évidemment oui, tout simplement parce que nous avons la conviction que notre travail ne se pratique pas en se voilant les yeux, et nous continuerons a recevoir des hommes et des femmes dont les convictions peuvent heurter après avoir rappelé le contexte mis en perspective, posé les questions… Il en va de la connaissance de notre pays et de la qualité du débat démocratique”.

(…) Marianne


24/01/2016

Refusant de serrer la main aux femmes ou de condamner l’État islamique, le dirigeant de l’association humanitaire islamique Barakacity, Idriss Sihamedi, a livré ce dimanche midi sur Canal + une vision très personnelle de l’islam « normal ». En présence d’une ministre de l’Education très gênée, jusqu’à en oublier de rappeler les fondamentaux de la République…


Le journaliste Claude Askolovitch prend régulièrement la défense de cette association :

Littérature : il tombe amoureux de la femme de ses rêves, mais elle vote pour l'extrême droite
Calais : un CRS blessé par un projectile dans des heurts avec des migrants

Commentaires

Accueil
Menu