Plein ecran

Conséquence de l’arrivée de migrants : 123 garçons pour 100 filles chez les 16-18 ans en Suède

Jan
2016

Les agressions sexuelles d’une centaine de femmes en Allemagne ont suffi à lancer une polémique sur la disproportion du nombre d’hommes parmi les réfugiés.

Cela a été « une soirée globalement calme ». Le jugement particulièrement minimaliste de la police de Cologne puis ses trois jours de silence complet, avant un aveu embarrassé sur les graves incidents qui ont marqué la soirée du réveillon du 1er janvier, non seulement dans la grande cité du nord de l’Allemagne, mais aussi dans quatre autres villes du pays, ont enflammé les esprits comme jamais depuis le début de la crise migratoire. […]

Tout ce que l’on sait aujourd’hui provient du témoignage des victimes, qui parlent de leurs agresseurs comme d’hommes de type arabe ou nord-africain.

D’après les statistiques de l’Organisation internationale pour les migrations établies pour les onze premiers mois de 2015 sur l’ensemble des migrants, toutes provenances confondues, plus de 69 % sont des hommes, contre 13 % de femmes et 18 % de mineurs. Parmi ces derniers, la moitié sont sans famille connue. Enfin, dans cette même population, 90 % sont de jeunes hommes. […]

Par ailleurs, parmi les mineurs sans famille – dont 90 % sont des garçons –, la quasi-totalité de ceux qui se présentent dans les pays européens se voit accorder le droit d’asile, pour des raisons humanitaires évidentes. Mais la conséquence démographique est inquiétante : ainsi, la Suède vient de s’apercevoir que, dans sa population de 16 à 18 ans, le ratio est aujourd’hui de 123 garçons pour 100 filles. […]

Le Point

Attaque contre les militaires à Valence : Raouf revendique un acte terroriste (Màj)
Ivan Rioufol : "Les dirigeants restent paniqués à l’idée de désigner et combattre l’ennemi intérieur"

Commentaires

Accueil
Menu