Plein ecran

Déchéance de nationalité : des politiques prêts à faire des apatrides au nom de « l’égalité » entre Français

Déc
2015

Après Jean-Pierre Chevènement et Nathalie Kosciusko-Morizet mercredi, c’est Jean-Vincent Placé qui a plaidé jeudi pour «une mesure qui soit réellement égalitaire pour l’ensemble des Français» afin d’éviter une distinction entre binationaux et « Français uniquement Français ».

Si de nombreux responsables s’accordent à dire qu’une telle réforme créerait «deux catégories de Français», les positions divergent quant aux réponses à apporter face à cette inégalité devant la loi. […]

Ainsi certains parlementaires en appellent à un abandon pur et simple du projet, quand d’autres plaident pour que l’on aille au contraire encore plus loin. C’est le cas du sénateur écologiste Jean-Vincent Placé, qui souhaite que la France révise ses engagements internationaux afin de pouvoir créer des apatrides. «Je pense qu’il faut trouver une mesure qui soit réellement égalitaire pour l’ensemble des Français. (…) Je souhaite qu’on réfléchisse à étendre la déchéance de nationalité aux Français uniquement Français», a-t-il lancé sur Europe 1.

Un propos déjà défendu par le souverainiste Jean-Pierre Chevènement, invité mercredi de la matinale d’iTélé. «Si on veut aller plus loin, il faut dire que y compris les Français nés en France peuvent être déchus de leur nationalité. Mais à ce moment-là, on fait des apatrides. À ce moment-là, il faut revoir les conventions internationales. Je demande qu’on y réfléchisse. Mais ça aurait un sens. (…) Je ne dis pas que je le souhaite, je dis qu’il faut y réfléchir», a glissé l’ancien président du Mouvement Républicain et Citoyen.

Idem pour l’ex-vice présidente des Républicains, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a elle aussi porté cette idée dans un billet de blog publié mardi. «Je trouve personnellement assez cohérente la déchéance de nationalité pour tous ceux, Français de naissance ou pas, binationaux ou pas, qui auraient commis des actes terroristes. Je l’ai dit début décembre (…). Est-on encore Français, quand on porte les armes contre la France, qu’on professe la haine contre elle, et qu’on assassine ses enfants ?», estimait-elle, dans un post repéré par Le Lab.

Source

L'hymne officiel de Pegida devient N°1 des ventes (Màj : Amazon va reverser aux réfugiés ses recettes)
Crise des migrants : "En avril, ça va recommencer massivement"

Commentaires

Accueil
Menu
X