Plein ecran

Paris : les clandestins du lycée Jean Quarré devront partir mais « il est hors de question qu’ils se retrouvent à la rue »

Sep
2015

Le tribunal administratif de Paris a ordonné aux migrants qui squattent le lycée Jean-Quarré à Paris de quitter les lieux dans un délai d’un mois, faute de quoi ils pourront en être expulsés de force, selon une décision prise hier.

Mais pour la La Ville de Paris « quitter les lieux de façon sèche n’est pas une option et il est hors de question qu’ils se retrouvent à la rue ».

Le tribunal enjoint les occupants à « libérer sans délai les locaux« . « A défaut de déférer à cette injonction dans un délai d’un mois (…), la Ville de Paris pourra requérir le concours de la force publique pour procéder à leur expulsion« , précise-t-il.

La Ville de Paris avait saisi en référé le tribunal administratif, considérant que ce lycée désaffecté n’était pas « adapté » à l’hébergement d’une population estimée à environ 500 personnes, qu' »il existe un risque grave de sécurité ainsi que des problèmes d’hygiène » et que « des faits de violence et d’insécurité ont été constatés« .

La mairie souhaite transformer les locaux en « centre d’hébergement adapté à l’accueil de réfugiés avant le début de la période hivernale », le 1er novembre, et veut réaliser auparavant des travaux. Elle assure que les occupants éligibles à l’asile en France seront hébergés pendant un mois le temps d’effectuer leurs démarches. […]

source

S. Hazareesingh : "Tout ce qui est 'autre' est représenté comme une menace pour 'l’identité française'"
En 2014, 37,2% des nouveaux-nés en France étaient originaires d'Afrique

Commentaires

Accueil
Menu