Plein ecran

Roye (80) : Blocage de l’A1 par des « Gens du voyage », 500.000 euros de dégâts (MàJ : 10 interpellations)

Nov
2015

23/11/2015

Une enquête avait été ouverte pour « vol en réunion », « entrave à la circulation de véhicules » et « dégradation par incendie ». Dix personnes ont été placées en garde à vue ce lundi. Des mises en examen devraient suivre, mais « pas aujourd’hui », selon le parquet.

France Info

01/09/2015

Blocage de l’A1: un représentant des « gens du voyage » parle d' »un appel au secours ». Joseph Dorkel (22 années passées derrière les barreaux) est le patriarche du clan Dorkel, une des familles les plus « craintes et respectées » de la communauté yénich. Sa famille a joué dans le film de Jean-Charles Hue « Mange tes morts : Tu ne diras point ».


______________________________________________________________________

31/08/2015

La manifestation aura coûté cher. La Sanef (Société des autoroutes du nord et de l’est de la France) évalue à un demi-million d’euros les pertes causées par le blocage de l’A1 Paris-Lille de vendredi soir à samedi midi par des gens du voyage. « Au total, on estime notre dommage à environ 500.000 euros : 100.000 euros de dégâts divers et 400 000 euros de péage car on a dû ouvrir les barrières », confie  Arnaud Quémard, le directeur d’exploitation du groupe Sanef, lundi 31 août.

La facture pourrait encore s’alourdir

Les gens du voyage avaient décidé cette action spectaculaire pour contraindre les autorités à accepter que le fils d’une des victimes de la fusillade survenue mardi 25 août à Roye, incarcéré à la maison d’arrêt d’Amiens, puisse assister lundi aux funérailles de son père.

La facture pourrait s’alourdir, car la Sanef va devoir mener prochainement une expertise pour déterminer si la structure de l’autoroute a été endommagée. « C’est une réparation d’urgence. Dans les semaines qui viennent, on devra peut-être faire une réparation en profondeur », explique Arnaud Quémard. La Sanef a fait part de son intention de porter plainte « dans les jours qui viennent », ce qui permettra « à la justice de déterminer les responsabilités ».

L’A1 est l’une des autoroutes les plus fréquentées d’Europe, avec 70.000 véhicules par jour, dont 4.000 par heure en période de pointe.

France TV Info
__________________________________________________________

30/08/2015

La préfète de la Région Picardie, Nicole Klein, revient pour Le Figaro sur sa décision de ne pas faire intervenir les forces de l’ordre contre les gens du voyage ayant bloqué l’autoroute A1 en plein retour de vacances. Une passivité vivement critiquée à droite et au Front national.

Alors que les critiques fusent à droite et au Front National après le blocage du vendredi 28 août au soir au samedi 29 août de l’autoroute A1 par des gens du voyage, au niveau de Roye (Somme), Nicole Klein, préfète de la région Picardie, évoque pour Le Figaro sa décision de ne pas intervenir. Elle revient également sur les sanctions qui pourraient intervenir à la suite des dégradations constatées. La soixantaine de manifestants ont érigé des barrages en brûlant des pneus, des palettes et des arbres qu’ils avaient tronçonnés.

LE FIGARO- Pourquoi les forces de l’ordre ne sont-elles pas intervenues?

Nicole KLEIN– Ma décision ne s’est pas limitée à la situation de l’autoroute A1. Je peux comprendre l’exaspération des automobilistes, mais il n’y avait pas de vie en danger. En revanche, une intervention aurait pu avoir de graves conséquences sur le plan de l’ordre publique sur la ville de Roye. Dans cette commune de 3 000 habitants, qui a été le 25 août le théâtre d’un drame au cours duquel quatre personnes été tuées, dont trois parmi les gens du voyage et un gendarme, la situation est tendue. Une intervention aurait pu donner lieu à des débordements et mettre en danger une population endeuillée.
J’ai pesé le pour et le contre, en attendant la décision de la cour d’appel d’Amiens, qui a finalement autorisé samedi un détenu à assister à l’enterrement de son père. Ce que demandaient les gens du voyage. Si la réponse avait été négative, j‘aurais fait intervenir les force de l’ordre.

(…) Le Figaro

29/08/2015


Le président de l’application des peines accepte la demande des manifestants : le fils de la victime sera autorisé à assister aux obsèques lundi, sous escorte. Une autre personne est également dans le même cas. On ignore son identité. Le courrier Picard


La mobilisation continue ce matin, les manifestants allument des feux à divers endroits…


L’autoroute A1 est bloquée dans les deux sens au niveau de Roye (Somme) depuis vendredi soir par une manifestation de gens du voyage, et la situation pourrait ne pas se débloquer avant une décision de justice attendue à 10h00 samedi. Outre des feux de pneus, de paille et de palettes bloquant totalement la circulation dans les deux sens de l’une des autoroutes les plus fréquentées d’Europe, la soixantaine de manifestants, munis de tronçonneuses, n’hésitaient pas à couper des arbres environnants ou utiliser des poubelles pour alimenter d’autres feux, notamment sur des ronds points situés près d’un camp de gens du voyage, sous le regard médusé de touristes, parfois restés bloqués des heures dans leur voiture. […] Source


 

28/08/2015

Depuis 21h30, des gens du voyage bloquent l’autoroute A1 juste après la sortie vers Roye (80) dans le sens Paris-Lille à l’aide de pneus enflammés. Ils réclament que le fils incarcéré de l’une des victimes de la fusillade puisse assister lundi aux funérailles de son père.

Les forces de l’ordre ne sont pour le moment par intervenues. «On essaye d’être pragmatiques pour éviter un effet boule de neige […] Le but est de contenir les manifestants sur l’autoroute et au niveau du rond-point» devant le camp, a confié un porte-parole. La préfecture préfère «poursuivre le dialogue» avec les manifestants.

France3

26/08/2015

Au lendemain de la fusillade de Roye, dans la Somme, le tireur est toujours hospitalisé au CHU d’Amiens. Il n’a donné aucune explication sur son geste.
Cependant, le profil du suspect se précise : « Il s’agit bien d’un homme de 73 ans qui n’a pas d’antécédent judiciaire. Il n’appartient pas à la communauté du voyage de Roye même s’il en a adopté le mode vie. Depuis quatre ans, il vivait dans une caravane sur cette aire, où il était connu pour des problèmes liés à l’alcool« .

____________________________________________________________________________ Les gendarmes semblent dépassés par la vive tension qui règne autour du camp Un photographe du Courrier Picard a été pris à partie et deux journalistes d’Europe 1 et de RTL ont été frappés. Le journaliste d’Europe 1 a donné des nouvelles de son état de santé sur Twitter. Il évoque une côte cassée et un doigt fracturé, mais « ça va aller », rassure le reporter. Selon l’AFP, des gens du voyage exigent de pouvoir rentrer dans le camp dont les forces de l’ordre, venues avec des chiens, leur interdisent l’accès. Une voiture a même tenté de forcer un barrage, selon un adjoint au maire de Roye, une commune de 6.200 habitants. Au moins quatre personnes, dont un nourrisson de six mois, ont été tuées, mardi 25 août, par un homme armé lorsqu’il a ouvert le feu sur une aire occupée par la communauté des gens du voyage, à Roye, dans la Somme. Trois des victimes – un homme, une femme et un bébé de 6 mois – ont été froidement abattus, selon la préfecture. Un gendarme est également mort après avoir été blessé lors de l’intervention des forces de l’ordre. Les trois blessés graves sont l’homme qui aurait ouvert le feu, un autre enfant en bas âge et un gendarme, tous hospitalisés au CHU d’Amiens. L’enfant gravement blessé était en arrêt cardiaque en début de soirée et a été mis sous assistance ventilatoire, précise la préfecture. Selon le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, le tireur présumé, « passablement ivre », est entré dans le campement et « a tué froidement un bébé de six mois (…) un homme d’une quarantaine d’années [et] sa belle-fille » avant que les gendarmes ne s’interposent, la gendarmerie se trouvant près de l’aire où séjournaient les gens du voyage. Le suspect, qui était armé d’un fusil de chasse, « fait partie au sens large de la communauté des gens du voyage », a ajouté le procureur de la République d’Amiens, Bernard Farret. Source


Cazeneuve exprime « sa gratitude aux gendarmes qui se sont interposés« . Manuel Valls annonce la mort du gendarme :


 

Les journalistes pris à partie

Selon notre envoyée spéciale, la tension est telle qu’aucun journaliste ne peut s’approcher du camp. Un journaliste d’Europe 1 qui a tenté de le faire s’est fait malmener, exfiltré en urgence par les gendarmes. Une journaliste de RTL a elle aussi été prise à partie. Un peu plus tôt dans la journée, des individus présents autour du camp s’en sont pris à des journalistes du Courrier picard et à une équipe de télévision. Les gendarmes ont été obligés d’accompagner les journalistes afin qu’ils récupèrent leur voiture et de mettre en place une déviation pour que les automobilistes ne passent pas à côté du camp. Pour calmer la situation, la communauté locale des gens du voyage devait être reçue sur place par M. Farret. On redoute que l’ambiance soit aussi tendue au centre hospitalier d’Amiens où a été hospitalisé le tireur présumé. Source Sur place, un journaliste du Courrier picard a été victime de menaces et poursuivi. Peu avant 19 heures, alors qu’il prenait une photo d’un hélicoptère au décollage, cinq à six membres de la communauté des gens du voyage l’ont enjoint à « dégager » avant de le menacer de représailles. Le journaliste du Courrier picard a alors réussi à les semer en courant pour rejoindre sa voiture et filer. Le courrier Picard


Cet après-midi à 16h30, les gendarmes sont intervenus pour une fusillade à Roye, en Haute-Somme, à l’est du département, sur un terrain occupé par la communauté des gens du voyage, près d’Intermarché.

Selon la Préfecture de la Somme, la fusillade a fait trois morts. Un homme, une femme et un enfant en bas âge, tous trois de la communauté des gens du voyage. Quatre autres personnes ont été grièvement blessées : l’auteur de la fusillade, un enfant et deux gendarmes. De nombreux militaires ont été orientés vers la zone de la fusillade.
Tout le secteur autour d’Intermarché a été bouclé.
Le courrier Picard


La commune de Roye, au sud-est de la Somme, est en pleine ébullition.


Pour des raisons encore inconnues, des coups de feu ont retenti derrière la gendarmerie de la ville, dans la zone d’activités, près de la sortie d’autoroute. La fusillade impliquerait des gens du voyage.
Gendarmes et pompiers, soutenus par des hélicoptères militaires survolant la zone, sont sur place.

Le Courrier Picard

Le Sunday Times l'affirme: "Au moins quatre terroristes sont arrivés en Belgique parmi les migrants"
"Mon fils est converti à l'islam, il est jihadiste... pacifique"

Commentaires

Accueil
Menu