Plein ecran

Décès du journaliste Emmanuel Ratier (MàJ vidéo)

Août
2015

20/08/2015

Décès d’Emmanuel Ratier, documentaliste de l’extrême droite. Homme-orchestre de la mouvance, cet ancien de «Minute» entretenait de foisonnants fichiers sur sa famille politique et les activités des «lobbies».

Figure familière à l’extrême droite, le journaliste Emmanuel Ratier est décédé mercredi à l’âge de 57 ans d’un accident cardiaque. Inconnu du grand public, cet ancien du journal Minute avait aussi collaboré à Valeurs Actuelles et au Figaro Magazine. Il s’était également fait le documentaliste de sa famille politique, publiant depuis 1996 sa propre lettre confidentielle Faits et Documents. Cette publication bimensuelle était devenue une petite institution à l’extrême droite, utilisée même par des spécialistes extérieurs à la mouvance.

Jeudi, de nombreuses figures de son camp saluaient la mémoire de l’essayiste – dont Jean-Marie Le Pen, en instance de jugement par le bureau exécutif du Front national :

La mort d’Emmanuel RATIER. est une perte immense pour la cause nationale. Affectueuses condoléances à sa famille et ses amis. — Jean-Marie Le Pen (@lepenjm) 20 Août 2015

Faits et Documents comprend portraits, «indiscrets» politiques ou encore une veille sur l’activité des «lobbies». Cette dernière rubrique accorde une attention particulière aux organisations juives et franc-maçonnes. Si Faits et Documents se caractérise par un ton factuel et un niveau d’information assez remarquable, elle laissait transparaître les convictions de son auteur.[…) Quant à la méthode, c’était un homme assez prudent avec une réelle capacité professionnelle de journaliste, en dépit d’erreurs mineures».

Rapprochement avec Alain Soral

Ces dernières années, Emmanuel Ratier s’était rapproché du polémiste antisémite Alain Soral, participant notamment à alimenter le site de son organisation Egalité et Réconciliation. Animateur sur Radio Courtoisie, l’antenne «de la libre parole et du pays réel», Ratier dirigeait également la librairie Facta, dans le neuvième arrondissement de Paris. […] Emmanuel Ratier était lui-même l’auteur d’une volumineuse Encyclopédie politique française et plus récemment d’un ouvrage sur La face cachée de Manuel Valls qui a connu un certain retentissement au sein de sa famille politique. […]

Le défunt entretenait enfin une très riche documentation personnelle sur de nombreuses personnalités, associées ou non à l’extrême droite. Des dossiers parfois mis à disposition de ses amis politiques ou de journalistes, même représentants de cette «presse du système» honnie. […]

Libération


20/08/2015

Le 26 juin 2015, Emmanuel Ratier était l’invité d’Henri Dubost dans le Libre Journal de l’Identité sur Radio Courtoisie, il était accompagné de Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia. Le sujet du débat : l’oligarchie et la désinformation.


19/08/2015

Emmanuel Ratier, né le 29 septembre 1957 à Avignon (Vaucluse), est mort le 19 août 2015 au terme d’une sortie en spéléologie. Il était journaliste (depuis 1981), politologue et éditeur, spécialiste de la prosopographie des milieux dirigeants ou influents en France.

Il a publié pendant 30 ans une lettre confidentielle bimensuelle, Faits & Documents, qui comporte principalement des portraits biographiques détaillés portant sur des informations précises compilées dans la presse, et des analyses des tendances politiques. Ces recherches lui ont permis de rédiger un Dictionnaire biographique des personnalités politiques françaises qui a eu deux suppléments.

Diplômé du Centre de formation des journalistes de Paris, il a intégré l’Institut d’études politiques de Paris, où il était militant à l’Union des étudiants de droite.

Il a ensuite travaillé pour différents journaux, dont Le Spectacle du Monde, Le Figaro Magazine, National Hebdo, Le Crapouillot, Valeurs actuelles et Minute dont il fut rédacteur en chef chargé des grandes enquêtes.

Après avoir dirigé Magazine hebdo, auquel il avait contribué avec Jean-Claude Valla de 1989 à 1996, ayant succédé au défunt Yann Moncomble à la tête de la maison d’édition, il fonde en 1996 sa propre revue, un bimensuel de 12 pages intitulé Faits & Documents et sous-titré Lettre d’informations confidentielles d’Emmanuel Ratier.

À partir de fin 2005, il est propriétaire de la librairie Facta à Paris. Il s’agit de l’une des dernières librairies d’extrême droite à Paris. À partir de mai 2008, il anime son propre Libre Journal sur Radio Courtoisie un mercredi soir par mois, après y avoir animé la première partie de celui de Claude Giraud pendant plusieurs années. Emmanuel Ratier a écarté la théorie du complot absolue sans pour autant remettre en cause l’existence de groupes cherchant à accumuler le pouvoir :

« Je ne me considère pas du tout comme complotiste, c’est-à-dire que, d’après les informations dont je dispose […], je n’ai jamais trouvé aucun document récent, ou jamais eu d’entretien avec des personnalités haut placées, qui me permettraient de démontrer qu’il y ait une espèce d’organisation pyramidale, qui serait dirigée par un marionnettiste puissant qui aurait fait du monde un théâtre où il manipulerait les gens à sa guise. Je pense plutôt qu’il y a un système de cercles concentriques, avec des satellites autour, qui regroupent des gens puissants ou qui cherchent à avoir plus de pouvoir. Et bien sûr, et ça peut paraître une évidence, des groupes de pression et des lobbies. »

Wikipedia

Syrie : des enfants "belges" posent kalachnikov en main
UE : Cazeneuve anonce une réunion sur la "crise migratoire"... en octobre

Commentaires

X
Accueil
Menu