Plein ecran

Etats-Unis : des camps de détention sont prêts en cas d’insurrection

Août
2009

Il existe un délicat problème de préoccupation majeure que les responsables du gouvernement des Etats-Unis ne souhaitent pas révéler à l´opinion publique américaine; il s´agit notamment du fait que des camps de détention ont été aménagés et sont prêts pour l´internement des citoyens en cas de troubles insurrectionnels de grande envergure.

Dans le cadre de l´Exercice de Niveau National 2009 (NLE 09), organisé par la FEMA, les éventuels événements déclencheurs pourraient être l´effondrement de l´économie, les fermetures généralisées des banques, les troubles sociaux de grande ampleur ou une épidémie de grippe.

Ce dernier point a amené le Républicain Paul Broun (R-Ga.) à affirmer le 11 août que le gouvernement « pourrait utiliser la pandémie ou une catastrophe nationale comme prétexte pour proclamer la loi martiale. »

Le célèbre chercheur Michel Chossudovsky a abordé ce problème le 19 mars dans un article intitulé « Préparation des troubles civiles en Amérique: Législation relative à l´aménagement des camps de détention dans les bases militaires »

« Comment le gouvernement des Etats-Unis fera-t-il face à une catastrophe sociale imminente ? Le moyen choisi, hérité de l´administration Bush, consiste à renforcer l´appareil de la Sécurité Intérieure et à militariser les institutions civiles des Etats. »

Procède-t-on effectivement à la conversion des bases de l´armée en camps de detention ? Dans son journal d´information publié en septembre 2008, le Républicain. Ron Paul (R-Tex.) n´y est pas allé de main morte. « Certes nous savons que les centres de détention sont déjà prêts, [le gouvernement] veut maintenant légaliser la construction des camps de la FEMA au sein des installations militaires. Il utilise, pour cette raison, le prétexte de la situation nationale d´urgence. »

L´écrivain conservateur et ancien candidat à la présidence, le Pasteur Chuck Baldwin, confirme cette idée, le 11 août dans son article intitulé Pourquoi construit-on des camps d´internement ? « Des fonctionnaires de l´armée m´ont dit que la plupart des bases militaires qui étaient fermées récemment sont en train d´être transformées en « centres de détention » de grande capacité »
Pour balayer ces accusations, certaines personnes affirment que les « bases rénovées » serviront simplement à la détention d´immigrants illégaux. Une récente information parue dans le journal Idaho Observer, numéro de juin indique : « En janvier 2006, l´on a révélé que Kellogg, Brown & Root (KBR), filiale d´Halliburton, avait remporté un contrat de 385 millions de dollars pour la construction des centres de détention destinés à accueillir «en cas d´urgence un afflux massif d´immigrants. »

Mais l´argument, selon lequel leur seul but est simplement d´accueillir les immigrants illégaux, ne tient pas puisque les Etats-Unis pratique une politique d´ouverture des frontières depuis trois décennies. D´un autre côté, il existe probablement des groupes de personnes ciblés, à savoir,les détracteurs du Nouvel Ordre mondial, les défenseurs du second Amendement, les dissidents, les personnes qui refusent de prendre part au programme de vaccination obligatoire, les chrétiens, ceux qui protestent contre les taxes et ceux que le gouvernement considère comme « extrémistes » et « ennemis de la nation » conformément à un récent rapport du Département de la Sécurité Intérieure portant sur les « terroristes locaux d´extrême droite. »

Pour montrer qu´ils veulent à tout prix mettre en œuvre ce programme, Bob Unruh a révélé une évolution inquiétante le 7 août au World Net Daily : « Une campagne publicitaire lancée par le truchement d´un site de l´armé américaine annonce le recrutement des spécialistes en « détention et confinement de personnes » ; elle a sonné l´alarme dans tout le pays. »

Que comporte spécifiquement ce poste? La description est claire: « Les spécialistes en “Internement/Recasement (I/R) dans l´armée sont principalement responsables des activités quotidiennes dans une caserne/établissement correctionnel ou dans une structure de détention ou d’internement. »

La loi présentée par le représentant Démocrate Alcee Hastings de l´Etat de Floride (D-Fl.) en vertu du HR 645 autoriserait le Département de la Sécurité Intérieure à aménager au moins une demi-douzaine de centres nationaux d´urgence en vue de l´emprisonnement à grande échelle des citoyens américains dans les installations militaires. En outre, la loi HR 645 permettrait la création d´un cadre comparable à celui de Guantanamo après la proclamation de la loi. A ce point, les lois « Posse Comitatus Act » deviendraient inexistantes, car l´ensemble des détenus seraient placés sous la juridiction militaire. Par voie de conséquence, il serait plus difficile au détenu de faire valoir ses droits constitutionnels de bénéficier d´un jugement équitable et/ou d´une représentation légale.

S´il existe des gens pour douter de ce scénario, ils n´ont qu´à analyser, de nouveau, les propres mots du Président Obama, dans un discours prononcé aux Archives Nationales à Washington, D.C. En ces lieux, il a parlé de la « détention prolongée » pour tous ceux qui représentent une menace pour la Sécurité des Etats-Unis.

Même les journalistes des media libéraux, y compris Rachel Maddow de MSNBC ont été déconcertés par les implications de cette affirmation. Cette dernière s´est interrogée sur « les possibles crimes à venir » qui semblaient implicites dans son plan. D´autre part, Rachel Maddow a eu des soupçons par rapport au soutien que le président apporte à l´idée d´un monde de « Big Brother » à la Georges Orwell via l´utilisation de l´ « incarcération préventive » afin de maintenir indéfiniment en prison certaines personnes sans accusation.

En définitive, dans le prolongement de la politique de George W. Bush, Obama a juré de « réformer les normes qui s´appliquent à notre Etat de droit » (par exemple, la détention militaire prolongée et le refus du habeas corpus).

Obama et ses représentants ont indubitablement tracé une ligne sur du sable. Le Département de la sécurité Intérieure dispose même d´une « Opération dite EndGame » qui propose la « suppression de tous les ‘terroristes potentiels’. »

Comment réalisera-t-on cet objectif? Quelle définition donner au terme « terroriste » ? Glenn Cannon, responsable de la FEMA, a reconnu le 13 février 2008, à l’agence de presse Associated Press qu´ils « cherchent un moyen d´utiliser un train de passagers pour mettre hors de danger les personnes âgées et les malades durant une situation d´urgence. »

Mais ces trains pourraient-ils ne transporter éventuellement que les personnes du troisième âge, les invalides ou est-ce pour un projet beaucoup plus sombre?

Le 4 février 2008, Lewis Seiler et Dan Hamburg (D-Calif.), ancien membre du Congrès ont mis à la disposition du San Francisco Chronicle un scénario qui donne des frissons: « depuis 1999, le gouvernement a signé une série de contrats avec KBR, filiale d´Halliburton et soumissionnaire unique, pour la construction des camps de détention dans des lieux gardés secrets sur le territoire des Etats-Unis.

Le gouvernement a également signé des contrats avec plusieurs autres entreprises pour la construction de milliers d´autorail, dont certains seraient équipés de chaînes, manifestement pour le transport des détenus.

Les informations de cette nature tirent la sonnette d´alarme, surtout lorsque nous nous apercevons que les Etats-Unis traînent une longue histoire de détention de ses propres citoyens.

En 1838, le Président Martin Van Buren a autorisé un internement massif des indiens Cherokee.

Pendant la Guerre de Sécession, les prisons construites sur ordre d´Abe Lincoln étaient remplies de détenus « soupçonnés de déloyauté envers le gouvernement. »

Pire encore, pendant la première guerre mondiale, le Président Woodrow Wilson a jeté en prison plus de 100 000 Américains soupçonnés d´être des opposants ou des pacifistes.

En 1939, le FBI a établi un “Custodial Detention Index,” tandis que Franklin Delano Roosevelt a signé l´Ordre Exécutif 9066 du 19 février 1942, qui autorisait l´incarcération non seulement de Japonais, mais aussi des Américains, notamment, les orphelins, et toute personne considérée comme un « dissident ».

Plus récemment, le 20 août 2006, Allen Roland de Global Research a décrit l´une des lois les plus horribles jamais adoptées : « Grâce au Rex 84, un nombre non révélé de camps de concentration ont été mis en marche à travers le territoire des Etats-Unis en vue de la détention des dissidents et d´autres personnes constituant potentiellement une menace pour l´Etat. »

L´Opération Garden Plot est étroitement liée à cette action. Le prêtre activiste Frank Morales qualifie cette opération de « plan d´ensemble en vue de supprimer l´opposition démocratique aux Etats-Unis.»

En réalité, il a été appliqué en 1992 à l´occasion des émeutes de Los Angeles. Pour finir, l´ Opération Cable Splice est destinée à « la prise de contrôle, dans le calme, des gouvernements des Etats fédérales et des municipalités » par la FEMA et les autres agences fédérales.
Traduction française: http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2717
Source: American Free Press (Jim Tucker)

http://www.americanfreepress.net/html/camps_for_dissidents_190.html

Merci à SPOILER

Vincent Moscato poursuivi par Saint-Etienne pour «injures raciales»
L'ex-clandestin qui connaît tous les ministres

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu