Plein ecran

Montpellier : le suspect récidiviste qui a braqué, frappé et tiré sur le buraliste remis en liberté

Juin
2015

Un braqueur présumé de 19 ans nie avoir visé le buraliste quartier Malbosc à Montpellier avec son arme. Comme il nie l’avoir violenté. Il a été remis en liberté.

« On est écœurés, je ne trouve pas les mots… On n’a même pas été avertis qu’il avait été libéré, c’est inadmissible. » Le buraliste du quartier de Malbosc à Montpellier n’en revient pas : l’individu de 19 ans soupçonné de l’avoir braqué et violenté est libre. Mis en examen le 23 mai dernier pour vols avec arme et tentative de meurtre, il a été placé sous contrôle judiciaire par le juge des libertés et de la détention (JLD) le 28 mai.

« C’est une mauvaise nouvelle pour la justice et pour les Montpelliérains, c’est quelqu’un de dangereux qui a tiré avec un 6-35 que l’on remet en liberté », tempête Me Félix Allary, l’avocat des commerçants. En garde à vue, devant les policiers de la PJ, le suspect a reconnu en grande partie les faits. Il avait braqué une première fois le tabac le 19 janvier : le visage dissimulé par un masque des « Anonymous », sous la menace d’une arme, il s’était fait remettre le tiroir-caisse par l’employée, soit un butin de quelques centaines d’euros. Et quatre mois plus tard, le 21 mai, il a récidivé, au même endroit !

« C’est quelqu’un de dangereux qui a tiré avec un 6-35 que l’on remet en liberté« , tempête Me Félix Allary, l’avocat des commerçants

« Il est entré vers 19 h, il a tiré en l’air pour faire fuir les clients, ensuite il me vise et me dit : « Tu as 30 secondes pour me donner la caisse », raconte la victime. Il était très calme. Il correspondait au signalement du premier braqueur. Je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose sinon il allait revenir. » Il simule alors un malaise et ceinture l’agresseur lorsqu’il passe derrière le comptoir. Il récolte des coups de crosse. Mais il le certifie : à deux reprises, il a entendu le « clic » de l’arme, un pistolet 6-35 pointé vers lui, sans qu’aucun projectile ne parte. « Il m’a visé alors que j’étais au sol et en sang et il m’a dit en partant : ‘Je reviendrai te tuer’. »…

Midilibre

Orly : la justice ordonne la réintégration d'un salarié islamiste en tant qu'agent d'escale
Manuel Valls reçoit une pétition contre l'insécurité signée par plus de 25.000 Asiatiques

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu