Plein ecran

Tentez la Joualle : le compagnonnage des plantes au service de nos jardins

Mar
2015

Les fermiers du sud de la France, avec la joualle, et les Indiens précolombiens d’Amérique centrale avec la milpa, ont pratiqué pendant des siècles un système de culture qui minimise le travail du paysan, utilise de façon optimale les ressources naturelles, favorise la biodiversité et protège l’environnement. Histoire d’une redécouverte et conseils pratiques, pour le bonheur de la biodiversité et la beauté de vos jardins !

Extrait du Livre d’Heures du Duc de Berry des frères Limbourg : Le mois de Juillet

La joualle : un compagnonnage harmonieux des plantes cultivées

La joualle, joala en occitan [1], est un très ancien système de culture qui remonte au début de l’époque gallo-romaine. Elle associe sur une même parcelle de la vigne poussant sur des arbres fruitiers et plusieurs autres cultures intercalaires réalisées entre les rangées d’arbres : légumes, blé, fourrage, betteraves, pommes de terre ou tabac.

Contrairement à l’agriculture intensive du 20e siècle, cette technique enrichit au lieu d’appauvrir le sol, élimine naturellement le besoin de pesticides, est très économique et fournit un régime équilibré pour le jardinier et sa famille.

Cette méthode culturale a été pratiquée dans plusieurs régions d’Europe, et notamment dans le Sud-Ouest de la France [2]. Dans le sud de la France les arbres support étaient souvent des arbres fruitiers : abricotiers en Lot et Garonne, cerisiers en Gironde, pêchers de vigne en Charentes, pruniers d’Ente en Périgord.

Malheureusement, l’agriculture intensive, le remembrement et la mécanisation à outrance au cours du XXème siècle ont eu raison de ce beau modèle agricole. Ainsi que la Politique Agricole Commune paradoxalement, car un cultivateur ne peut déclarer, s’il veut toucher les subventions, qu’une seule et même parcelle est à la fois, cultivée en verger, vigne, maraîchage ou pâturage.

La joualle redécouverte

Poussée par l’intérêt grandissant aujourd’hui pour l’agriculture biologique et l’agroforesterie, la joualle renait peu à peu sous diverses formes dérivées, dans nombre de régions d’Europe. Une expérience menée par Evelyne Leterme au Conservatoire végétal d’Aquitaine tente d’actualiser ces techniques de compagnonnage botanique traditionnelles dans un cadre novateur [3].

Vers un verger agroforestier ? – Evelyne Leterme, conservatoire végétal d’Aquitaine from Asso Française Agroforesterie on Vimeo.

Le Conservatoire végétal régional d’Aquitaine propose ainsi une nouvelle forme de verger, de type agroforestier en systèmes associés (diversité spécifique, étages végétaux, développement de la diversité microbiologique tant aérien que dans le sol). Ce système amène à réduire au minimum les interventions phytosanitaires, à protéger les sols et à réduire les apports en eaux.

Créez une joualle chez vous ! Mode d’emploi

Vous avez un jardin, un verger, une vigne et souhaitez tester l’association des cultures chez vous ? Le principe est simple, mais il faut des muscles, un terrain bien ensoleillé, de préférence au sud de la Loire, et beaucoup de patience, sans oublier la fameuse main verte !

On plante ou on utilise des arbres fruitiers déjà plantés en rang, espacés de 5 ou 6 mètres, et on met entre eux des vignes ou des haies arbustives tous les un mètre. Le conservatoire d’Aquitaine utilise des arbres fruitiers comme le néflier, le cognassier, le figuier ou le noisetier, qui acceptent une taille sévère tous les ans.

La technique de Leterme consiste à buter, c’est-à-dire à monter une butte horizontale très enrichie en engrais naturel et bien arrosée, et de planter les arbres, vignes ou arbustes dans celle-ci. Les rangées seront plantées à 5 mètres les unes des autres et on utilisera l’intervalle pour mettre son jardin maraîcher.

La biodiversité qui se créera naturellement dans cet environnement maintiendra une bonne humidité et permettra de contrôler les parasites sans avoir recours aux produits phytosanitaires. Le sol sera naturellement enrichi par l’apport d’engrais verts.

Le milpa : la science Maya de l’association des plantes

Les premiers habitants d’Amérique étaient d’extraordinaires agriculteurs. Non seulement les deux tiers des légumes cultivés aujourd’hui en Europe nous viennent d’eux, mais ils ont aussi développé un mode de culture unique, appelée milpa [4], système de compagnonnage botanique proche de la joualle

Une milpa est en effet un champ où on fait pousser un grand nombre de légumes différents ensemble : maïs, avocats, haricots, courges, tomates, piments, melons, etc. Cette pratique persiste encore aujourd’hui dans le sud du Mexique et certains essaient [5] de l’importer en Amérique du Nord.

Mayas de Mexique, cultivateurs occitans du XVIIe, et jardiniers ou agriculteurs du XXIème siècle, même combat ! Joualle, ou Milpa, essayez vous aussi ce compagnonnage botanique étonnant qui nous est parvenu à travers les siècles et par-delà les océans, pour des cultures plus respectueuses de l’environnement.

____________________________________________

Notes :

[1] Dérivée de « jouelle » forme féminine de l’ancien français du xve siècle « jouau, une pièce de bois servant à attacher la vigne », elle-même issue du latin « jugum, la jugulaire, le joug ».

[2] L’agroforesterie à l’ancienne était appelée, selon le pays et la technique :l’oulière, la canche, la joualle, un hautain, des plantades ou l’arial : voir Agroforesterie : des arbres et des cultures, Christian Dupraz et Fabien Liagre, Editions France Agricole, 2008.

[3] On peut lire sur ce sujet le beau livre Les fruits retrouvés : patrimoine de demain, E. Leterme et J-M Lespinasse, Editions du Rouergue, 2008.

[4] Le mot milpa vient de l’expression Nahuatl mil-pa « au champ » (Nahuatl mil-li « champ » + -pa « vers »).

[5] Consulter le site themilpaproject.com pour des renseignements sur cette expérience américaine.

consoGlobe

Au-delà d'Internet : Tor, Darknet, Bitcoin et surveillance de masse
Bernard Friot : Le salaire à vie

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu