Plein ecran

Pourquoi le végétarisme ne sauvera pas le monde

Août
2014
Il est important de s’interroger sur la base même de ce qui construit notre vie, au fondement de la pyramide de Maslow, à savoir: l’alimentation. En effet, depuis des années, des débats passionnés ont lieu, où les camps ne semblent pas réellement définissables, voire à l’inverse de ce que l’on pense être de notre régime – quel qu’il soit.

Rencontre avec l’ex-végétarienne extrême, écrivaine, Lierre Keith, pour une interview sur ce sujet très controversé. Le débat pourrait commencer ainsi: d’une part, un steak cultivé localement, d’une vache élevée sur de la bonne vieille herbe et sans hormones. D’autre part, un hamburger de soja hautement transformé qui a été cultivé quelque part très loin, avec beaucoup d’ingrédients imprononçable.

Si on vous dit cela, même avec ces options avancées, le choix aurait été facile en tant que végétarien. Le hamburger de soja est assurément le choix « moral » – en s’appuyant sur le moins de souffrance animale, le moins d’utilisation de carbone/eau, et la meilleure façon pour beaucoup de dormir la nuit.

Mais après avoir lu Lierre Keith et son livre particulièrement piquant sur « Le Mythe Végétarien », vous pourriez ne plus être sûr de rien.

Ian Mackenzie, auteur de l’article original, se pensait comme un « mangeur » averti et bien-informé. Il a lu les travaux de l’activiste alimentaire Michael Pollan et Jonathan Safran Foer. Ian a aussi visionné Food Inc. (ou Les Alimenteurs) et Le Discours Le Plus Important De Votre Vie de Gary Yourofsky.

Et pourtant, dans son manifeste réellement concis et poétique, Lierre, ex-vegan (végétalienne), fait valoir que les végétariens et les végétaliens ont été égarés. Elle ne nous dit pas que nous pouvons avoir une existence « libéré du meurtre », et que le chemin est pavé de régimes entièrement « végés ». Mais que c’est là où réside le mythe :

La vérité est que l’agriculture est la chose la plus destructrice que les humains aient fait pour la planète, et ajouter plus [d’agriculture] ne nous sauvera pas. La vérité est que l’agriculture nécessite la destruction massive d’écosystèmes entiers. La vérité est aussi que la vie n’est pas possible sans la mort, que, peu importe ce que vous mangez, quelqu’un doit mourir pour vous nourrir.

Suite à ce message fort et après que le journaliste ait lu le livre, il a été décidé d’interviewer l’auteure afin de savoir comment réellement nourrir le monde.

Pourquoi était-ce si important pour vous que ce livre soit écrit ?

La raison principale est que la planète est en train d’être détruite par cet arrangement social appelé civilisation. Et l’agriculture est l’activité fondatrice de cette civilisation. Elle est, en fait, la chose la plus destructrice que le peuple ait fait sur ce monde. Le pire est que ceux qui se charge de veiller sur la nature – les environnementalistes – n’identifient pas l’agriculture comme un problème.

Le tout devient encore plus bizarre lorsque ce sont ces aliments issus de l’agriculture qui sont promus pour sauver la planète. Donc, je voulais atteindre les personnes les plus passionnés sur son état et essayer de leur expliquer que nous avons eu tout faux sur toute une génération. Ce ne sont pas les valeurs qui sont faussées, c’est purement informationnel.

La seconde raison est que je ne voulais plus voir un nouveau groupe de jeunes gens idéalistes détruire leur santé. Le régime végétarien – et spécialement celui des végétaliens – ne prévoit pas le suivi à long terme et la réparation du corps humain. Donc, les végétariens encaissent en fonction de leurs réserves biologiques. Finalement, le bât blesse. Toute une génération d’entre nous qui a cru en ça et a essayé jusqu’à ce qu’à ce qu’il se produise des dommages irréversibles sur notre corps. Tout ça pour rien. De la souffrance inutile. Et je veux empêcher les jeunes de faire la même chose.

Vous divisez chaque type de végétarien/végétalien en trois camps : moraux, politiques et nutritionnels. Pouvez-vous (brièvement) expliquer les croyances de chacun ?

Les végétariens moraux croient que c’est possible de manger avec un régime qui n’inclut ni animaux ayant soufferts, ni animaux morts. Les végétariens politiques pensent que si tout le monde était végétarien, nous pourrions stopper une somme considérable de destruction environnementale. Et le végétariens nutritionnels tendent à croire que les aliments animaliers sont la source de tous les maux, causant loin devant le reste les maladies et les cancers.

Je tombe dans la catégorie végétarien moral/politique – dans votre livre, vous révélez comment cet « activisme » ne saura pas sauver le monde, ou produire moins de souffrance animale. Pouvez-vous expliquer cela ?

Premièrement, un style de vie n’est pas politique. La gauche (extrême gauche écologiste USA) s’est complètement effondrée en essayant de promouvoir telle ou telle style de ive, abandonnant le concept d’organisation se confrontant au pouvoir. Il n’y a pas de solutions personnelles aux problèmes politiques. Seuls les mouvements politiques peuvent se confronter aux instances injustes des systèmes de pouvoir.

Plus précisément, l’agriculture est le nettoyage biotique. Elle nécessite la prise en charge et le déblaiement de communautés vivantes entières, puis l’utilisation de la terre pour l’homme seulement. Tout cela est le façon longue pour dire « extinction ». Aucun de nous ne peut vivre sans un endroit pour vivre, sans habitat. Une activité qui a détruit 98% de l’habitat de la plupart des animaux ne peut guère prétendre être à vocation des animaux.

Vous écrivez « Dominer, ce n’est pas tuer : c’est l’agriculture » (p.246) et « l’agriculture est plus ressemblante à une guerre qu’autre chose… » (p.36). Pouvez-vous expliquer comment l’agriculture est le vrai « méchant » dans nos objectifs vers un monde plus juste et un monde durable ?

Vous prenez un morceau de terre et effacez toute trace du vivant – et je veux bien dire jusqu’aux bactéries. C’est ce que l’agriculture est.. Richard Manning a cette grande phrase : « Un champ de blé est une coupe à blanc de la forêt de l’herbe ». Il a raison.

Outre l’extinction de masse, c’est fondamentalement non-durable. Lorsque vous supprimez l’éternel polyculture – la prairie ou la forêt – le sol est exposé et il meurt. Finalement, il se transforme en désert.

L’Afrique du Nord alimentait autrefois l’Empire romain. L’Irak possédait des forêts si épaisses que le soleil n’avait jamais touché le sol – personne ne se souvient aujourd’hui pourquoi on l’appelle la zone du « Croissant fertile ». Les tempêtes de sable en Chine sont si mauvaises que le sol est littéralement soufflé sur l’océan Pacifique, et au-delà, sur le continent, jusqu’à ce qu’il frappe les montagnes Rocheuses, où il est la cause de l’asthme chez les enfants à Denver.

La planète a été écorché vive. Et la seule raison pour laquelle nous n’avons pas atteint l’effondrement complet, c’est parce que nous avons été mangés par les combustibles fossiles depuis 1950. Ce n’est pas un plan avec un futur positif dans le cas où le pic pétrolier serait probablement derrière nous et où nous serions dans la pente descendante de la courbe de Hubbert.

 

Vous écrivez que « personne ne m’a dit que la vie n’est possible que parce qu’il y a la mort, que notre corps est un cadeau du monde, et que notre cadeau final est de nourrir les uns les autres ». (p.236) Pouvez-vous développer cette vérité, et comment pouvons-nous concrètement appliquer cette philosophie à nos vies et à la nourriture que nous mangeons ?

Il n’existe aucune option sans donner la mort. Les seules options dont nous disposons sont de comprendre que la mort est une partie du cycle de la vie et que c’est la mort qui détruit le cycle de la vie. L’agriculture vient après.

Si notre planète a un espoir, ce sera parce que nous réparerons les polycultures – prairies, forêts, zones humides – et prendrons place uniquement en tant que participant à ces communautés biotiques, plutôt que d’agir en tant que destructeur envers eux. C’est ce que nous avons fait durant nos quatre premiers millions d’années, nous étions participant à ces communautés de vie. C’est seulement dans les dernières 10.000 années que nous sommes devenus des monstres.

Depuis la parution de votre livre en 2009, avez-vous été surprise par les réactions de la communauté végé/vegan ?

J’ai été dans le monde végan durant près de vingt ans, mais je n’avais jamais réalisé que les végans serait en mesure de me traquer, me harceler, et capables d’agression à mon encontre. Je ne savais pas que j’avais affaire à des gens qui sont comme dans un culte et fondamentalistes dans leur mentalité. Je ne peux pas parler en public sans une garde rapprochée maintenant. Et ils m’ont fait savoir qu’ils savent où j’habite.

Ils ont, ironiquement, prouvé ce que j’avance sur la psychologie du véganisme mieux que mes mots ne pourraient jamais le faire. Je ne vais pas changer à cause d’imbéciles, et d’ailleurs, ma planète est en jeu. Donc, je ne vais pas arrêter. Mais il y a une idéologie très effrayante qui traverse cette communauté.

D’autre part, n’avez-vous pas eu des alliés impromptus qui sont arrivés par la suite et auxquels vous ne vous attendiez pas?

Je reçois des courriels tous les jours d’ex-végétaliens me remerciant de leur avoir sauvé la vie. C’est pourquoi cela en vaut la peine. Et j’ai aussi rencontré des agriculteurs qui ont abandonné les monocultures annuelles et restauré leurs terres en faveur de prairies et savanes, en partie grâce à mon livre. Il y a des oiseaux qui nichent sur des terres dont l’espèce n’a pas été vue depuis plus de cent ans. Cela en vaut vraiment la peine. Je vais prendre l’hostilité des végétaliens en échange d’un nid d’oisillons par jour. C’est incroyable de penser que mon travail a eu ce genre d’impact.

Compte tenu de votre réponse, si vous seriez revenues en arrière, auriez-vous fait autrement ?

Non.

« Afin de sauver le monde, nous devons savoir ça » (p.247). Vous écrivez tellement sur la destruction que nous infligeons au monde serait le résultat de notre déconnexion. Comment chacun de nous peut vraiment apprendre à connaître sa planète ?

Nous devons établir des relations durables avec les créatures qui rendent notre vie possible et avec qui nous partageons cette planète. Et chacune d’entre elles – les bactéries, les plantes, les insectes, les oiseaux. Pas seulement les mammifères. Tout le monde. Les animaux sont seulement 15% de la vie.

Biologiquement parlant, c’est une planète de bactéries. Ce sont les véritables gens qui mettent en place les briques de la vie. Ils maintiennent les cycles de base – cycle du carbone, cycle de l’azote,… – sans lesquels aucun animal ne serait ici. Nous devons demeurer profondément humble devant les travaux incroyables qui rendent nos existences possibles. Cette humilité doit être la base de notre culture, notre religion, notre réalité.

Vous ajoutez que « Si vous ne voulez rien entendre de ce qu’il y a dans ce lire, écoutez ceci : il n’y a pas de solution personnelle » (p.264). En outre, « la tâche d’un militant n’est pas de négocier avec des systèmes de pouvoir avec autant d’intégrité personnelle que possible – c’est de démanteler ces systèmes » (p.265). Pourquoi sentez-vous que le grand public met l’accent sur des choix de vie personnels comme la voie principale à suivre vers un avenir meilleur, et pourquoi pensez-vous que ce chemin est trompeur ?

C’est trompeur parce que c’est inutile. Le grand public s’est accaparé cette direction parce qu’elle est facile. Cela ne nécessite de prendre aucun risque. Les confrontations directes avec le pouvoir, d’autre part, nécessitent un sérieux courage.

Comme Frederick Douglass a écrit, « Le pouvoir ne concède rien sans une demande. Il ne l’a jamais fait et ne le fera jamais ». Sauver la planète demandera un mouvement de résistance très important au capitalisme industriel et, finalement, à la civilisation.

Vous dites dans votre livre que vous évitez des « réponses faciles » aux résistances complexe, mais vous offrez encore quelques directives de base. Une question intéressante que vous proposez est de se demander « Qu’est-ce qui pousse là où vous habitez ? ». Pourquoi est-ce si important ?

J’ai offert ces lignes directrices sur ce qu’il faut manger parce que je savais que c’est ce que les gens veulent savoir. Je ne les ai pas appelés à la résistance, parce qu’ils ne sont pas résistants.

La question « Qu’est-ce qui pousse là où vous habitez ? » est importante parce que pour y répondre il faut connaître l’endroit où vous habitez effectivement. Vous devez également savoir quelles activités et quels acteurs sont en train de le détruire. J’ose espérer qu’à partir de là, les gens pourraient se déplacer pour défendre leurs habitats. […]

Civilisation2

Commentaires

X