Plein ecran

« L’Europe ne veut plus de ses jeunes »

Juil
2013

« Je n’ai plus d’espoir ». Qu’ils s’appellent Javier, Vasilis ou Sarah, qu’ils soient espagnols, grecs ou allemands, le sentiment de résignation est partout le même. Alors que le taux de chômage des jeunes Européens varie de 8,1 % en Allemagne à 59,2 % en Grèce, installant une moyenne de 22,6 % dans l’Union européenne, ce sont les mêmes mots qui reviennent.

« Le futur n’attend que toi : il est brillant, il t’appartient. Tu as un diplôme ! Tu auras un bon travail, une vie agréable, ironise le Grec Argyro Paraskeva, 29 ans, dans un appel à témoignages publié par le Guardian et relayé par Le Monde. Et puis là, tu te rends compte que ce n’est pas vrai.« 

Multiples diplômes, chômage long et pas de première expérience

Argyro dénonce une situation désespérée : titulaire d’un master en biologie moléculaire, il n’a pas trouvé d’emploi fixe cinq ans après l’obtention de son diplôme. Sans expérience, il ne bénéficie pas des aides de l’État et dépend ainsi des 30 euros que lui donnent ses parents chaque semaine. Et le cercle vicieux ne s’arrête pas là : sans premier emploi, au chômage de longue date, il lui est quasi impossible de trouver un travail dans le domaine qui l’intéresse. « J’accepterai n’importe quel travail maintenant, je n’ai plus le choix », dit-il.

>> Lire : Les jeunes, victimes surexposées du chômage

Même constat pour Javier, 28 ans, et Nerea, 21 ans, tous deux espagnols, qui dénoncent les attentes surréalistes des employeurs. Javier, bardé de deux masters et d’un doctorat spécialisé dans l’agriculture de précision, est trop diplômé pour travailler comme vendeur. Nerea manque d’expérience pour être embauchée comme infirmière.

« Créer des quotas de diplômés »

Alors, comme l’Italienne Gaia, 29 ans, au chômage depuis trois ans, ou le Français de 21 ans, Ed, au chômage depuis deux ans, ils enchaînent les stages non ou peu rémunérés et les jobs étudiants, dépendant encore largement de la solidarité familiale.

>> Lire : « Le dilemme cornélien des petits boulots »

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé ailleurs : Ed au Royaume-Uni, Gaia un peu partout dans l’UE. La seule chose qui retient encore Jesus, 26 ans, en Espagne, « c’est l’orgueil ». « L’Europe ne veut pas de ses jeunes », lâche Gaia.

>> Lire : « Chômage des jeunes dans l’UE : diplômés du Sud cherchent emploi au Nord »

Il n’y a pas que la jeunesse méditerranéenne qui est pessimiste. « Chercher un travail en Allemagne est extrêmement frustrant parce que les médias n’arrêtent pas de dire à quel point notre économie est en bonne santé, raconte un jeune anonyme de 26 ans. Mais, en réalité, aucun de mes amis diplômés ne trouve de travail décent ni même de travail simplement rémunéré. » Rare témoignage positif, celui de la Danoise Jenny, 24 ans, qui espère que « quelque chose finira bien par arriver ».

Big Browser

Permaculture, auto-suffisance, climat nordique et chauffage au compost dans les collines du Vermont (Rediff.)
Des jeunes juifs orthodoxes refusent d'être surveillés par des femmes au brevet des collèges

Commentaires

Accueil
Menu
X