Plein ecran

Comment rester soi-même à l'ère de la connexion généralisée

Mai
2013

Dans son dernier ouvrage, Rémy Oudghiri considère que la possibilité de se connecter à Internet depuis les téléphones portables crée des dépendances maladives qui ont pour conséquence un oubli de la présence des autres, un état de distraction chronique, voire un manque de présence au monde.

Regardons autour de nous. Le dos voûté, les individus déambulent dans les rues le nez collé aux petites machines qui les connectent au monde entier. Foule anonyme mais connectée. Foule solitaire mais connectée. C’est la silhouette la plus familière de notre époque : passants penchés à l’écoute, mais de quoi ?

Le temps est venu d’apprendre à vivre avec les nouvelles technologies. Un mouvement en faveur de la «déconnexion» est en train d’émerger dans nos sociétés. Ici et là, des individus commencent à ralentir le rythme. Ils n’hésitent plus à «débrancher» temporairement leurs appareils électroniques. Leur objectif ? Reprendre le contrôle de leur vie.

S’appuyant sur ses lectures, de Sénèque à Thoreau, en passant par Sylvain Tesson et tant d’autres, Rémy Oudghiri pense que cette déconnexion salutaire est une possibilité de se retrouver soi-même et de remettre les livres et l’esprit au coeur de nos vies.

Qui a dit que la polygamie ne succéderait jamais au mariage pour tous ? (Màj n°2)(photo)
Histoire : La question épineuse de l'origine de l'islam

Commentaires

Accueil
Menu