Plein ecran

Richard Heinberg : "2012, la fin de la croissance"

Fév
2013

Sous-titré « s’adapter à notre nouvelle réalité économique », ce livre est paru aux USA en 2011. Il commence par cette citation qui résume notre réalité actuelle : « Quand le dernier arbre aura été abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson pêché, alors vous découvrirez que l’argent ne se mange pas » (proverbe du peuple amérindien Cri).

L’idée générale du livre est que la croissance réelle, cumulée et moyenne est derrière nous, même si nous verrons encore des taux de croissance positifs ponctuels dans quelques régions du monde. Pas plus que n’importe quel autre pays, la Chine n’est en mesure de soutenir une  croissance illimitée. La seule incertitude concerne le moment où l’économie se contractera. Mais quand la Chine régressera, l’inexorabilité de la décroissance globale commencera à devenir évidente pour tout un chacun. Voici quelques extraits du livre de Richard Heinberg…

La fin de la croissance

Des barrières infranchissables s’opposent à présent à la poursuite de l’expansion économique. Désormais l’économie mondiale joue un jeu à somme nulle, les gagnants le sont au détriment des perdants.

Trois facteurs interviennent, l’épuisement des matières premières, les impacts négatifs sur l’environnement, l’incapacité de nos systèmes économiques à absorber les dettes accumulées.

Cette analyse n’est pas nouvelle, selon le rapport de 1972 The Limits to Growth, la fin de la croissance surviendrait probablement entre 2010 et 2050. Nous devons sérieusement envisager la possibilité que des centaines de millions – voire des milliards – de personnes ne connaissent jamais le style de vie consumériste dont ont profité les habitants des nations les plus industrialisées. Tous les discours de nos dirigeants, axés sur la poursuite vaine de la croissance, ne sont que dénis de la réalité. En l’absence de mesures appropriées, le processus d’adaptation pourrait bien devenir la plus grande tragédie de l’histoire.

La plupart des organismes cessent de grandir à l’âge adulte. Si cette interruption n’était pas programmée génétiquement, les animaux et les végétaux seraient confrontée à des contraintes pratiques : imaginez les difficultés à se nourrir que rencontrerait un oiseau-mouche d’un kilo. De la même façon, il arrivera nécessairement un moment où la « nourriture » et « l’oxygène » de l’économie commenceront à manquer. L’économie humaine n’existe qu’au sein de la nature, et dépend entièrement d’elle. Mais beaucoup d’économistes ne voient pas les choses de cette façon, ils s’appuient sur les dernières décennies de croissance et se contentent de projeter ce modèle sur l’avenir.

Les insuffisances de la substitution et de l’efficience

Les premiers penseurs économiques identifiaient les ingrédients de base de l’économie comme étant la terre (les ressources naturelles), le travail et le capital technique. Puis les économistes se mirent à considérer la terre comme sous-catégorie du capital. Ce point de vue, partagé par tous les théoriciens néo-classiques, revient à assimiler l’environnement naturel à un ensemble inépuisable  de ressources, in fine remplaçables par l’argent ou la technologie. Avec les mécanismes de substitution et d’efficacité, les économistes ont bâti des théories ignorant les limites naturelles.

Bien évidemment l’âge de pierre n’a pas pris fin à cause du manque de pierres, mais par la découverte de métaux. Par comparaison, nous avons tendance à tenir pour acquis que l’ère du pétrole s’achèvera par la découverte de nouvelles sources d’énergie. Souvenez-vous : nous n’avons pas de pétrole, mais nous avons des idées ! Mais dans le monde réel, certaines ressources n’ont pas de substituts, ou ceux-ci sont trop chers, ou ne se comportent pas aussi bien. L’énergie, l’eau et la nourriture comptent parmi les ressources essentielles pour lesquelles il n’existe pas de substituts. De même le phosphate, essentiel pour maintenir la fertilité des sols, n’a pas de substituts.

Améliorer les rendements énergétiques revient à produire davantage avec moins. Or pour Adam Smith, la division du travail qui accroît l’efficience économique mène à la « mutilation mentale » chez les travailleurs. De toute façon l’efficacité suit la loi des rendements décroissants : les premiers gains d’efficacité sont bon marché, chaque gain supplémentaire à tendance à être plus onéreux. Dans les pays anciennement industrialisés, il n’y a guère de progrès à attendre en matière de spécialisation : nos sociétés sont largement compartimentées et hiérarchisées. Aujourd’hui, une grande partie de l’efficacité  est due à l’externalisation de la production vers des pays qui utilisent, à notre place, l’énergie nécessaire. La Chine brûle son charbon pour exporter des biens, tandis que les Etats-Unis voient croître leur PIB sans pour autant augmenter leur consommation énergétique. De plus les différences de rendement d’une source d’énergie à une autre relativisent l’espérance d’une dissociation entre consommation d’énergie et croissance économique : le déclin du rapport entre consommation d’énergie et PIB est liée au remplacement du charbon par le pétrole. Enfin l’effet rebond augmente la demande au fur et à mesure de l’augmentation de l’efficacité énergétique. Seuls les publicitaires pourront nous convaincre des « améliorations » apportées à tel ou tel produit.

La loi de Moore est évoquée pour illustrer l’évolution constante de la technologie. Mais les progrès sont limités au domaine de l’informatique. Quand on se penche sur les besoins vitaux que constituent l’alimentation, l’eau, l’énergie et le transport des personnes, peu de choses ont évolué de façon radicale. Car nos infrastructures se conforment à la loi de Murphy, selon laquelle tout ce qui peut se détériorer va tôt ou tard se détériorer.

La montagne de la dette et la réalité

Dans un système dans lequel l’argent est créé par les banques par l’intermédiaire de prêts, il n’y a jamais assez de monnaie en circulation pour rembourser l’intégralité des dettes et de leurs intérêts. Un tel système dépend entièrement de sa croissance perpétuelle.

Par conséquent, qu’advient-il des montagnes de dettes quand la croissance s’arrête ? Nous assisterons certainement à des faillites qui aboutiront finalement à l’anéantissement de la dette. Aux Etats-Unis, l’équivalent de 12 000 milliards de dollars du patrimoine des ménages a disparu en 2008 à cause de l’éclatement de la bulle immobilière. D’une façon  générale, la contraction du crédit à l’échelle mondiale devrait nous inciter à examiner avec attention le bien fondé des grands projets de développement d’infrastructures. On peut s’interroger sur la pertinence de la construction d’immenses autoroutes. La solution keynésienne, bâtie sur la dette, ne mène nulle part, d’autant plus que les pays industrialiser ont passé un cap fondamental, caractérisé notamment par l’épuisement des ressources fossiles.

L’énergie n’est pas simplement une matière première, mais l’apport préalable nécessaire à toute forme d’activité humaine : sans énergie, pas d’économie. Sans les ressources fossiles, nous vivrions encore dans une société agraire semblable à celle qu’ont connue nos ancêtres au XVIIIe siècle. Dans mon livre Blackout : Coal, Climate and the Last Energy Crisis, je démontre que le pic de production mondiale de charbon peut survenir dans les toutes prochaines années. La qualité et le potentiel énergétique du minerai ne cessent déjà de décroître. Il n’existe aucun scénario dan lequel les énergies alternatives peuvent se substituer totalement aux énergies fossiles. Notre civilisation a atteint les limites de sa croissance, et ces limites ne sont pas négociables.

En principe, il est possible d’obtenir du pétrole brut de synthèse à partir de n’importe quel matériau organique, charbon, gaz naturel, vieux pneus ou détritus. Cependant les processus de transformation peuvent consommer davantage d’énergie que nous n’en obtiendrons du combustible de synthèse final. Même lorsque nous utilisons des sources d’énergie renouvelable, telles que l’éolien ou le solaire, nous avons besoin d’acier pour les turbines des éoliennes et de terres rares pour les cellules photovoltaïques. Et pour extraire ces ressources, il nous faut toujours plus d’énergie, qui nécessite davantage de ressources, etc.

La nécessité d’un changement

Les pays que l’on qualifie habituellement de « développés » sont en réalité surdéveloppés ; de même les pays « émergents » sont en fait essentiellement en voie de surdéveloppement. Les objectifs de « développement » tel que nous l’entendons aujourd’hui ne sont clairement pas tenables.

L’Histoire nous apprend que les sociétés tendent à devenir toujours plus complexes, jusqu’à ce que cette complexité les condamne au déclin, voire à l’effondrement. Malgré leurs avantages économiques immédiats, la spécialisation et la mondialisation ont contribué à réduire notre adaptabilité. Les contraintes économiques et démographiques seront sources d’agitations sociales croissantes. Les gouvernements auront tendance à adopter des mesures toujours plus répressives.

Les restrictions budgétaires imposées aux services publics risquent d’exacerber le ressentiment envers les immigrés. Il est relativement simple de mesurer le PIB d’un pays, mais il est plus difficile d’évaluer quantitativement la cohésion des familles et des communautés.

La situation est paradoxale. Les stratégies que nous devons mettre en oeuvre afin de nous préparer aux crises systémiques qui s’annoncent – à savoir freiner notre consommation, nous désendetter et devenir plus autonomes – vont globalement à l’encontre de ce dont le système économique actuel a besoin pour éviter de s’enfoncer plus avant dans la récession. Autrement dit, les intérêts à court terme de l’économie entrent en conflit avec les intérêts à long terme de la majorité de la population. Il est regrettable que le principe du contrôle des naissances soit souvent mal perçu, et ses partisans ostracisés, considérés comme élitistes, voire pire encore : eugénistes. C’est tragique, car le problème n’a que trop longtemps été éludé, et ce sont les plus pauvres, notamment les femmes et les enfants, qui paieront le plus lourd tribut. Toutes les solutions à nos problèmes liés à la croissance passent par une certaine forme d’auto-modération, y compris en matière démographique.

Que la contraction économique survienne aujourd’hui ou plus tard, qu’elle engendre le chaos ou que l’on parvienne à garder le contrôle de la situation, une simplification radicale de l’économie est inévitable, car un système basé sur l’énergie bon marché et la croissance économique ne peut que se heurter aux limites environnementales. Une nouvelle économie émergera des décombres, mais en termes de PIB elle correspondra à l’économie mondiale d’il y a 50, 100 ou même 150 ans (soit 1860).

Un avenir possible

Une économie résiliente repose sur trois principes fondamentaux :

–  Les ressources naturelles ne doivent pas être consommées plus rapidement qu’elles ne se renouvellent naturellement.

–  Les ressources non renouvelables doivent être recyclées autant que possible.

–  Les déchets doivent nourrir l’écosystème ou nos processus de production.

Les mêmes forces économiques qui ont démantelé notre secteur industriel et recouvert de bitume des terres fertiles, lorsque le pétrole était abondant et bon marché, ces mêmes forces économiques sauront nous obliger à faire machine arrière. En l’absence d’énergie bon marché, il redevient plus rentable de recourir au travail manuel et localisé. C’est ainsi que l’épuisement des ressources fossiles serait susceptible de générer une contre-tendance, que l’on pourrait nommer la généralisation – à savoir que nous serions contraints d’acquérir des connaissances et de développer des compétences dans un plus grand nombre de domaine. Ces dernières années, des « éco-communautés » ont vu le jour. Un film documentaire récent, The Economics of Happiness, laisse entendre que la relocalisation de l’économie, de la politique et de la culture est bénéfique au Bonheur National brut.

Nous nous tournerons vers des technologies « appropriées ». Selon l’approche défendue entre autres par E.F.Schumacher, il s’agit d’une technologie qui s’appuie sur les ressources disponibles sur place – et privilégie le développement de compétences locales – plutôt que la dépendance envers des matières premières, des ressources énergétique ou des produits finis importés.

Les gouvernements devraient soutenir et faciliter l’émergence de monnaies d’échange locales. Dans un contexte récessioniste, tandis que la création monétaire en devises nationales se contracte en même temps que l’économie, les monnaies complémentaires peuvent prendre le relais et permettre aux échanges commerciaux de se poursuivre.

Notre priorité absolue est de maintenir la cohésion sociale. Si je n’avais qu’une seule recommandation à donner à ceux qui m’interrogent quant à leurs perspectives d’avenir, ce serait celle-ci : apprenez à connaître les gens qui vivent près de chez vous, établissez un climat de confiance. En cas de nécessité absolue, ces personnes pourraient être celles sur lesquelles vous aurez besoin de compter. Nous avons besoin de développer un esprit coopératif et de nous enraciner dans des cultures locales. Pour peu que les uns et les autres disposent d’un jardin, chacun trouvera sans peine matière à discuter de la taille des arbres fruitiers ou des différents procédés de compostage des déchets. Encouragez vos enfants à jouer avec les enfants du voisinage plutôt que de les transporter en 4×4 à des matchs de foot ou des cours de musique. Adhérez aux mouvements locaux des « Transition Initiatives ». Si nous comptons seulement sur nos gouvernements, ce sera trop peu et trop tard ; si nous agissons individuellement, cela ne sera pas suffisant ; mais si nous agissons en tant que communautés, cela pourrait peut-être suffire.

Tout ce qui ira dans le sens d’un plus grand respect de l’écosystème de notre planète – notre unique refuge – sera le bienvenu.

Certaines sociétés ont su préserver leur capital culturel et naturel génération après génération ; pour cela, elles ont dû apprendre à consommer avec parcimonie, et même parfois élever la pauvreté volontaire au rang de vertu… Les peuples considérés comme « sous-développés » et dont la population est essentiellement rurale (et pour une large part autosuffisante) pourraient bénéficier d’avantages dans un monde que la croissance a déserté.

Richard HEINBERG : La Fin de la croissance (S’adapter à notre nouvelle réalité économique)

 BIOSPHERE

Commentaires

X