Plein ecran

Calais (62) : l’extrême-gauche s’indigne car les migrants vivent trop loin du centre-ville

Mai
2015

Le ministre d’Intérieur est à Calais ce lundi après-midi. Il rencontrera les associations d’aide aux migrants, visitera le nouveau centre de surveillance urbaine (CSU) à Calais cœur de vie et le centre d’accueil de jour Jules-Ferry. Des militants ont profité de l’occasion pour dénoncer la mise à l’écart des migrants de la ville.

Une vingtaine de personnes se sont réunies ce lundi à midi devant le parc Richelieu, à Calais. Des militants qui soutiennent les migrants ont en effet choisi la venue du ministre de l’Intérieur pour faire passer leur message aux habitants de Calais plus qu’aux autorités. Ils revendiquent « le droit à la ville » pour tous. « Nous, Calaisiens refusons d’être séparés. Depuis des années, certains passagers qui vont au Royaume-Uni sont bloqués à la frontière et se retrouvent dans les rues de Calais. Au fil des années, ils font partie de notre vie et de notre ville. Aujourd’hui, les autorités veulent concentrer ceux et celles d’entre nous dans un espace à l’écart de la ville, dans un bidonville d’État. (…) Nous refusons cette ségrégation. »

(…) La Voix du Nord

Yann Barthès raconte comment l'équipe du Petit Journal "a été tabassée par des militants FN" (vidéo)
Le Billet de Charline : "Chez les Le Pen, ça sent la fin de Reich"

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu