Plein ecran

En 2011, Rokhaya Diallo déclarait : « il n’y a pas lieu de s’apitoyer sur les journalistes de Charlie Hebdo »

Jan
2015

En 2011, lorsqu’un cocktail molotov avait été lancé sur les bureaux de Charlie Hebdo, Rokhaya Diallo avait signé l’appel « Pour la défense de la liberté d’expression, contre le soutien à charlie hebdo ! »

Le collectif des 20 signataires de ce texte était composé de : Saïd Bouamama, Youssef Boussoumah, Houria Bouteldja, Henri Braun, Abdelaziz Chaambi, Ismahane Chouder, Olivier Cyran, Christine Delphy, Thomas Deltombe, Rokhaya Diallo, Sébastien Fontenelle, Nawel Gafsia, Laurent Lévy, Hassina Mechaï, Ndella Paye, Faysal Riad, Arielle Saint Lazare, Karim Tbaili, Pierre Tevanian, Sylvie Tissot, et Najate Zouggari

Lire l’intégralité de cet « appel » en cliquant ici

Extrait du texte :

Il n’y a pas lieu de s’apitoyer sur les journalistes de Charlie Hebdo, les dégats matériels seront pris en charge par leur assurance. Le buzz médiatique et l’islamophobie ambiante assureront certainement à l’hebdomadaire, au moins ponctuellement, des ventes décuplées, comme cela s’était produit à l’occasion de la première « affaire des caricatures » – bref : ce fameux cocktail molotov risque plutôt de relancer pour un tour un hebdomadaire qui, ces derniers mois, s’enlisait en silence dans la mévente et les difficultés financières.

(capture écran ci-dessous)

Amedy Coulibaly, le récit d'une dérive
Attentats : Une cyber-guérilla gangrène le Web (Màj vidéo)

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu