Plein ecran

« Elle » accusé de faire la promotion d’une combattante ukrainienne néonazie

Déc
2014

 Le magazine « Elle » dupé. Le 14 novembre dernier, l’hebdo féminin publiait dans ses colonnes un reportage à la gloire des combattantes ukrainiennes anti-séparatistes.

(…) Parmi les photos, celle d’une combattante appelée Sveta, « 19 ans, secrétaire et engagée volontaire dans un groupe d’autodéfense », avait été placée en ouverture du reportage.  (…) Problème, des photos de cette même Sveta montrant sa proximité avec le néonazisme ont resurgi depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Plusieurs internautes ont ainsi accusé « Elle » de faire la promotion des néonazis ukrainiens.

Face à la polémique grandissante, le magazine a réagi par communiqué, confirmant que la jeune Sveta était en fait une « activiste d’extrême-droite ».

 

« Suite à la publication le 14 novembre dernier dans notre magazine d’un reportage (…) traitant du rôle de femmes au parcours très divers dans le conflit à l’est de l’Ukraine, nous avons appris, fin décembre, qu’une des jeunes femmes, interviewée et photographiée, était une activiste d’extrême-droite, diffusant sur les réseaux sociaux des photographies faisant l’apologie du néo-nazisme » explique la rédaction de « Elle ». L’hebdo féminin se justifie : (…) aucun élément, aucun signe extérieur distinctif, aucune parole dans l’interview, ne laissait comprendre ce jour-là que cette jeune femme était néo-nazie ». Puis ajoute :

« Le reportage s’est partiellement déroulé auprès d’une unité du Bataillon Aidar, une formation paramilitaire nationaliste d’environ 600 membres, rattachée au ministère de la Défense ukrainien, qui comprend dans ses rangs des combattants d’origine et d’obédience politique très diverses ».

« La rédaction de ELLE a été choquée »

Le communiqué conclut en condamnant « toute idéologie prônant la xénophobie, l’antisémitisme ou l’apologie du nazisme ». « La rédaction de ELLE ainsi que les deux journalistes ayant réalisé le reportage, ont été choqués d’apprendre, à posteriori, le véritable profil idéologique de cette jeune femme, et condamnent bien entendu toute idéologie prônant la xénophobie, l’antisémitisme ou l’apologie du nazisme », rappelle ainsi la rédaction de l’hebdomadaire.

Source

Strasbourg : Quand la France construisait sa première cité
Le magazine de l'Etat Islamique évoque "l'attaque contre la police française du moudjahid Bertrand Nzohabonayo"

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu