Plein ecran

« Nègre pendu » : La liberté violée lors du débarquement en Normandie

Déc
2014

Ouvrage de fiction qui s’appuie « sur un socle historique sans s’inspirer de faits réels précis« , Nègre pendu ne revient pas seulement sur les viols commis par les GI lors de l’opération Overlord, en Normandie. Il ausculte également le fonctionnement de cette armée de libération (qui fut parfois « pire que les nazis« ) et, au-delà, celui d’une société américaine ségrégationniste qui se putréfie dans son racisme institutionnalisé.

[…]L’historien d’origine ivoiro-algérienne revient sur la destinée des soldats « coloured du 320e bataillon du débarquement« , qui établit son camp près de Colleville-sur-Mer, dans le Calvados, à la mi-septembre 1944. Réduits à l’unité de soutien logistique (ils ne combattent pas en première ligne), les Noirs sont cantonnés à part. D’un côté, le réfectoire et les tentes des Blancs, de l’autre, l’univers de ces êtres qu’on « exclut » « de l’espèce humaine ». Corvéables à souhait et parfaits boucs émissaires, ils sont entraînés dans leur déchéance par le lieutenant-colonel Wallace et ses hommes.

Chaque soir, l’officier blanc organise des virées dans la campagne normande, à la recherche de femmes à violer, « récompense » due aux libérateurs. « Alors après le repas du soir, filer se perdre dans la région. Les villages, les petites rues, les champs, les abords de fermes, les fermes, les coins perdus. Tout ça déborde de matière à se divertir. Tous les soldats d’Overlord sont de sortie la nuit. »

Tout est savamment planifié. Des soldats noirs sont enrôlés et ont pour mission d’aller kidnapper ces « médailles de chair » dans les fermes environnantes pour les apporter aux GI blancs planqués. Ces derniers leur feront subir les pires sévices. Les victimes ne retiendront que le visage de leurs ravisseurs, qui, pour la plupart, finiront la corde au cou après une parodie de justice devant la cour martiale. Ou une balle dans la tête, sans autre forme de procès. Mais les réprouvés se font également bourreaux et partent eux aussi en quête de femmes blanches – l’interdit tant fantasmé – et commettent l’irréparable.

Nègre pendu est un monologue haletant. L’un de ces engagés raconte, entre souvenirs, divagations et hallucinations, le quotidien de ces hommes qui ont un fantasme : approcher – voire toucher – une femme blanche. […]

Extrait :

« Le camp s’échauffe toujours après le dîner. C’est pendant la digestion que la Normandie perd son masque de terrain de guerre. Et fait clignoter dans l’esprit des soldats les petites lumières du lupanar. Où va-t-on se dégorger ce soir ? À Colleville. Non, pas Colleville encore ! On y était hier soir. À Sainte-Honorine-des-Pertes alors ? Faut éviter Sainte-Honorine. La petite fermière a trop souffert l’autre fois. Sûr qu’il y a trop de méfiance à cet endroit désormais. Et puis les gendarmes sont en patrouille dans le coin à la nuit tombée.

Bayeux, pourquoi pas Bayeux ? C’est vrai qu’à Bayeux, il y a de la denrée. Mais Bayeux est saturée par la plupart des unités d’Omaha Beach. On y va au pif, alors ? Si on en chope une, on se partage le gâteau. Une ! T’es léger. Il en faut au moins trois. Trois, t’es gourmand. Par les temps qui courent, les Normandes sont une marchandise d’exception. Elles se cachent. Se terrent. Se planquent de nous plus qu’elles ne se planquaient des nazis. Si c’est pas un comble ça, tout de même ! Allez, au pif. Dans l’arrière-pays. Ne pas oublier les nègres. Évidence ! Évidence ! En prélever au moins cinq pour être tranquille. Nous n’étions pas tranquilles. La majorité des soldats blancs à la barrière. Cigarettes et goulots aux lèvres. Se saouler avant de monter à l’assaut. Assaisonner l’ivresse avec du LSD. Si ce cocktail n’a pas d’emprise diabolique sur ta libido, essaie autre chose. Vin et cocaïne, par exemple.« 

Jeune Afrique

(Merci à Erwinn)

Mulhouse : Hachem le "tout-puissant" aime les mineures
À Dresde, "antifascistes" et "anti-immigration" sur le pied de guerre

Soutenez Fdesouche

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire




Solution 2 : S'abonner avec paypal


Option A : paiement mensuel



Option B : paiement hedomadaire




Solution 3 : Faire un don par chèque


Chèque à l'ordre d'Esprit de Clocher
Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France



Solution 4 : Faire un don en Bitcoin


Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4



Commentaires

Accueil
Menu
X