Plein ecran

Recul de mauvais augure des ventes au détail dans la zone euro

Nov
2009

Les ventes au détail ont baissé dans la zone euro en septembre, un recul inattendu et inquiétant, une faiblesse persistante de la consommation risquant de pénaliser la reprise économique.

La baisse des ventes au détail dans les 16 pays utilisant la monnaie unique a été de 0,7% selon les statistiques publiées jeudi par Eurostat, soit la plus forte baisse d’un mois sur l’autre depuis octobre 2008. Sur un an, leur recul atteint 3,6%.

Les économistes et analystes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de 0,2% sur un mois et un repli limité à 2,4% sur un an.

Si l’on en croit ces chiffres, la consommation des ménages n’aura donc joué qu’un rôle secondaire dans le retour annoncé à la croissance de la zone euro au troisième trimestre, après la pire crise qu’ait subie la région depuis la Seconde Guerre mondiale.

« Ces chiffres sont cohérents avec l’idée selon laquelle la reprise sera modérée au cours des prochains trimestres », a commenté Nick Kounis, économiste en chef de Fortis.

Pour les économistes, le retour à la croissance de la zone euro est surtout à mettre au crédit des dizaines de milliards d’euros de dépenses publiques engagées par les gouvernements et à celui de la reconstitution des stocks des entreprises.

La Commission européenne a déclaré mardi que la zone euro était sortie de la récession au troisième trimestre avec une croissance estimée à 0,5%. Au quatrième trimestre, la hausse du produit intérieur brut (PIB) des 16 devrait retomber à 0,2%, l’effet des plans de relance commençant déjà à s’estomper.

Au deuxième trimestre, le PIB de la zone s’était contracté de 0,1%.

La contraction devrait atteindre 4,0% sur l’ensemble de 2009 et 2010 devrait se solder par un rebond limité à 0,7%, selon les dernières prévisions de la Commission.

Le chômage, qui a atteint 9,7% en septembre dans la zone euro, son plus haut niveau depuis janvier 1999, reste le principal frein à la reprise. Or il devrait continuer d’augmenter jusqu’à la fin de l’an prochain, avec des conséquences sensibles sur le pouvoir d’achat des ménages.

« Un chômage élevé et en hausse dans l’ensemble de la zone euro, une croissance des salaires probablement faible au cours des prochains mois, la fin des dispositifs de prime à la casse automobile et une hausse modeste de l’inflation pendant un bon moment vont sans doute limiter la remontée des dépenses de consommation », estime ainsi Howard Archer, chef économiste Europe d’IHS Global Insight.

Si la consommation a augmenté en septembre en France (+2,3% pour les produits manufacturés), les ventes au détail ont reculé de 0,5% en Allemagne, première économie d’Europe.

Pour l’ensemble de l’Union européenne, les chiffres d’Eurostat montrent une baisse de 0,4% sur un mois et de 2,5% sur un an.

Les pays les plus touchés sont les Etats baltes, avec une chute de 20,8% sur un an en Estonie, de 30,9% en Lettonie et de 25,7% en Lituanie.

Reuters

Appel : Education nationale & Gauches
Mission sur le racisme confiée à Patrick Lozès

Commentaires

Accueil
Menu
X