Plein ecran

« Toutes les Françaises sont des putes » : le violeur récidiviste « anti-Français » d’Evry condamné en appel à 30 ans de prison (MàJ)

Juin
2017

02/06/17

Jugé en appel par la cour d’assises des mineurs de Melun, un jeune homme de 20 ans a été condamné ce vendredi à 30 ans de réclusion criminelle. En 2014, avec trois complices, l’accusé alors âgé de 17 ans avait violé et torturé une jeune femme qui sortait de la gare d’Evry-Courcouronnes (Essonne) sur fond de racisme anti-français.

En garde à vue, le meneur avait notamment indiqué : « Quand je sortirai, je niquerai la France ». Un complice avait pour sa part reconnu s’en être pris à cette jeune fille « parce qu’elle [était] Française et qu’il [n’aimait] pas les Françaises ». L’avocate de la victime nous confirme ces éléments.

Le Figaro


31/05/17

« Cette affaire est tellement horrible qu’elle m’a fait pleurer pour la première fois en 23 ans d’exercice. » Sandra Kayem, avocate au barreau d’Evry, s’apprête à défendre à nouveau une jeune femme qui avait été victime d’un viol collectif, de tortures, d’actes de barbarie et de racisme anti-blanc le 30 mars 2014, à la sortie de la gare d’Evry-Courcouronnes (Essonne). « Ce n’est pas professionnel, mais mes larmes coulaient toutes seules lorsqu’elle m’a raconté le calvaire qu’elle a vécu », avoue l’avocate.

Grâce à la vidéosurveillance installée à la gare, les quatre bourreaux sont identifiés et interpellés. Face aux enquêteurs, cette bande avait avancé des motivations racistes « anti-français », en admettant avoir demandé à la victime ses origines. À l’époque, le procureur d’Evry avait choisi de dire que ces éléments étaient « faux », car la famille souhaitait « éviter toute récupération politique ». Mais le meneur avait notamment indiqué en garde à vue : « Quand je sortirai je niquerai la France. » Un complice, avait pour sa part reconnu s’en être pris à cette jeune fille « parce qu’elle est française et qu’il n’aime pas les Françaises ».

En première instance, l’accusé âgé de 17 ans au moment des faits, avait écopé de 30 ans de réclusion. En 2014, avec trois complices, ce meneur avait violé, torturé et humilié une femme sortant de la gare d’Evry-Courcouronnes. Le procès en appel s’ouvre ce mercredi.

(…) Le Parisien


21/10/15

Après trois jours d’audience pour viols, actes de torture ou de barbarie commis sur une jeune femme de 18 ans, à la sortie de la gare d’Evry-Courcouronnes puis dans le parc des Coquibus en mars 2014, les jurés de la cour d’assises des mineurs d’Evry sont partis délibérer, ce mercredi en milieu d’après-midi.

La barbarie d’un adolescent violeur récidiviste
Lors de ses réquisitions dans la matinée, l’avocat général a réclamé une peine de 30 ans de réclusion criminelle, assortie d’un suivi sociojudiciaire de vingt ans, pour l’adolescent présenté comme le meneur du groupe qui a violé et torturé la jeune fille.

Le jeune homme a déjà été condamné à quatre ans de prison, dont deux avec sursis, pour des faits de vol avec violences et de viol sur un garçon de 13 ans commis le 6 mai 2012. Il était sorti de prison le 9 septembre 2013. Etant mineur au moment des faits commis l’an dernier, il encourt cette fois vingt ans de réclusion criminelle, à moins que l’excuse de minorité lui soit retirée au vu de la gravité des faits, comme l’a demandé l’avocat général. L’accusé risquerait alors la perpétuité.

(…) Le Parisien


19/10/15

La dimension raciste du viol d’Evry non retenue !


Le Parisien


Avec trois complices, le présumé violeur est accusé d’avoir violé à plusieurs reprises et torturé une jeune femme de 18 ans, le 30 mars 2014. Le procès de ce récidiviste de 17 ans s’ouvre lundi. Si l’excuse de minorité venait à être levée, il encourt la perpétuité.

(…) BFM TV


11/06/15

Le viol raciste d’une Blanche à Evry à la une du Nouveau Detective


18/04/15

Le Parisien en a fait quelques lignes. Et ça a été relayé un peu par Valeurs Actuelles. Une jeune fille de dix huit ans sort du RER. Sous la menace d’un couteau elle est entraînée dans un terrain vague. Et pendant deux heures elle est violée et re-violée. Torturée. Battue jusqu’au sang. Il faut bien que jeunesse se passe…

Les auteurs ont été arrêtés. Des mineurs dont un multirécidiviste déjà condamné pour viol. Ils vivent dans un foyer de la région. Ils sont âgés de 11 (11 ans !) à 17 ans. Un juge les a mis en examen pour viol avec « actes de barbarie ». Interrogé par lui ils ont invoqué une circonstance atténuante : « toutes les Françaises sont des putes. » Ce qui leur a valu une inculpation supplémentaire pour « racisme ».

Alors parlons-en. Pourquoi ? Non pas pour eux : ils sont déjà perdus. Mais pour leurs copains, leurs familles, leurs amis. Pour des milliers d’autres qui doivent savoir que ce genre de sauvagerie ne sera ni accepté ni impuni. Pour des millions d’autres qui, eux, ont besoin de savoir qu’ils seront protégés et que les criminels seront punis. C’est ce qui se passerait si les journaux faisaient leur travail au lieu de s’intéresser uniquement à un notaire escroc, un conseiller municipal corrompu, ou un banquier indélicat.

On vérifiera au moment du procès des jeunes barbares la publicité accordée au verdict. Quant à Marseille un voyou tue un autre voyou à la kalachnikov ça fait du bruit. Beaucoup de bruit. Les ministres défilent les uns après les autres dans la citée phocéenne. Et même le premier d’entre eux. Mais il semblerait qu’une jeune fille violée ne vaut pas un dealer abattu…

Atlantico

09/04/15

Les voyous l’ont agressée parce qu’elle était française et que « les Français sont tous des fils de pute »

Les quatre voyous sont mineurs : deux de 13 ans, un de 15, le quatrième de 17. Trois frères turcs, un Marocain. Signes particuliers : l’aîné, 17 ans, a été rendu à la liberté six mois plus tôt après avoir purgé les deux tiers d’une peine de deux ans d’emprisonnement à la suite d’un viol commis sur le fils d’un sous-officier de gendarmerie. Libéré sans contrôle. Le voilà récidiviste. Deux autres ont déjà été interpellés pour vol avec violences. Quatre agresseurs, trois récidivistes — mineurs !

Lors de leurs interrogatoires, et sur ce que l’on a pu savoir de l’enquête, les mineurs n’auraient pas formulé le moindre remords. Au contraire, ils ont exprimé leur haine : oui, ils n’auraient pas touché la jeune fille si elle avait été turque ; oui, ils l’ont agressée parce qu’elle était française et que « les Français sont tous des fils de pute ».

Le juge qui les a fait incarcérer les a mis en examen pour viol en réunion et barbarie, mais aussi, plus rare, pour racisme.

Valeurs actuelles


01/04/15

Les enquêteurs de la PJ d’Evry ont arrêté ce lundi quatre suspects. Ils seraient âgés de seulement 17, 15, 13 et 11 ans.

Le Parisien


31/03/15

Dans la nuit de samedi à dimanche, une jeune femme a été agressé et « violemment agressée sexuellement » à Courcouronnes.

C’est un automobiliste qui découvre, quelques heures plus tard, la femme de 18 ans, toujours en vie, à moitié dénudée, le corps couvert d’ecchymoses. La victime a expliqué aux enquêteurs avoir été abordée par quatre individus devant la gare d’Evry-Courcouronnes. La menaçant avec un couteau, ils lui auraient volé son téléphone portable et ses bijoux, avant de l’entraîner dans le parc des Coquibus à Courcouronnes. A cet endroit, les agresseurs l’auraient frappé à coups de bâton et violé.

Vers 4h45 du matin, la victime est prise en charge par un automobiliste qui s’arrête la voyant errer à proximité du lac de Courcouronnes. Il la conduit directement à l’hôpital où les médecins diagnostiquent une fracture du nez et de la mâchoire ainsi que de multiples contusions sur le corps.

Les agresseurs sont toujours en fuite.

M6 (Merci à Joe le Rassis)

Irlande : l'île aura un Premier ministre jeune, métis et homosexuel
La présentatrice Kathy Griffin virée de CNN pour avoir tweeté une image de Trump décapité (Màj : l'humoriste en pleurs car elle "craint pour sa vie")

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu