Plein ecran

Quand Delahousse interroge Hollande sur Islam et démocratie : «Une question pro-FN ?». Sihem Souid réagit. (Màj)

Juil
2013

Addendum 16.07.2013 : Sihem Souid, ancienne contractuelle du ministère de l’Intérieur qui a été recrutée par Christiane Taubira au ministère de la justice revient sur la question de Laurent Delahousse au président de la République dimanche.

Quelle mouche vous a piqué, Laurent Delahousse ? […] Vous avez plutôt voulu faire croire que les Français s’inquiètent de la création d’un parti islamiste dans l’Hexagone ? Dites-moi Laurent, ce projet existe ? Quelles sont vos sources ? Voilà un nouvel épouvantail, le parti islamiste français ou de France, vous devez avoir votre petite idée sur la dénomination parce que, j’en suis sûre, comme Marine Le Pen vous en rêvez la nuit. Pas de Marine Le Pen, bien sûr, mais de l’hydre islamiste qui étend ses tentacules jusqu’aux abords de notre classe politique républicaine.

Sur le service public, on est censé élever le débat, pas alimenter les peurs irrationnelles qui identifient des boucs émissaires comme on le fait dans les réunions locales du FN.

Le Point

François Hollande était interviewé par Laurent Delahousse et Claire Chazal ce 14 juillet. Parmi les questions, une a particulièrement dérangé le député PS Pouriah Amirashi, à propos de l’éventuelle création d’un parti islamiste fondamentaliste en France. Fallait-il la poser ? Une question qui semble avoir également beaucoup dérangé le chroniqueur du Nouvel Obs, Bruno Roger-Petit, qui dénonce et «décrypte» une «question impensée».

Elle [cette question] est impensée en ce que Laurent Delahousse se livre à tous les amalgames et les raccourcis les plus falsifiés.Tunisie, Ennahda, musulmans, Islam, fondamentalisme, France… tout cela n’a rien à voir, mais c’est pourtant en fonction de ce « gloubiboulga » idéologique et politique que Delahousse pose sa grosse question qui fait peur.

Réaction du député PS Pouriah Amirshahi :

«Lors de votre visite en Tunisie, vous avez prononcé une phrase très importante, ‘La France sait que l’Islam et la démocratie sont compatibles’. C’est un discours qui s’adressait évidemment à la Tunisie, au parti Ennahda. (Un temps) Je voulais vous poser une question. En France il y a cinq à six millions de musulmans, un tiers se déclare croyant. Si un jour, un parti islamiste, fondamentaliste, se créait en France, quelle serait votre réaction ? »

La question est d’autant plus étonnante, voire sidérante, qu’elle a surgi après une tirade de François Hollande expliquant pourquoi il était «extrêmement grave» de voir Marine Le Pen proclamer qu’elle veut faire du FN le centre de gravité de la vie politique en France. […]

Comment un journaliste, peut-il interroger le chef de l’État sur une question de science-fiction (la création d’un parti politique islamiste fondamentaliste en France) au détriment de la réalité (la création d’une formation politique de catholiques extrémistes en vue des élections européennes prochaines) ?

Delahousse, la mine tranquille et l’air assuré de celui qui pose la question essentielle, a donc osé la grosse question qui fait peur. La grosse question qui agite l’ennemi imaginaire, ce spectre que d’autres avant lui, agitent depuis des années à la télévision. «Ils » ne sont pas loin. «Ils» sont même déjà là. «Ils» sont déjà cinq à six millions. «Ils» sont pratiquants d’une religion étrange. «Ils» sont dangereux. «Ils» se préparent à prendre le pouvoir. «Ils» nous menacent.

Le Nouvel Obs (Merci à BBastion)

Gens du voyage : Dominique Raimbourg (PS) veut "prendre l'argent" aux communes qui refusent les aires d'accueil
Sécurité Sociale : Éric Brunet diffuse une chanson controversée sur RMC (màj : machine arrière toute !)

Commentaires

Accueil
Menu