Affaire Snowden : le président bolivien empêché de survoler la France et le Portugal (MàJ)

Juil
2013

Addendum

Paris rejette la demande d’asile d’Edward Snowden
Paris a rejeté jeudi une demande d’asile d’Edward Snowden, le consultant de l’Agence américaine de sécurité nationale (NSA) qui a révélé un programme de surveillance des communications mondiales, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

«La France a reçu, comme beaucoup d’autres pays, par l’intermédiaire de son ambassade à Moscou, une demande d’asile de Edward Snowden. Compte tenu des éléments d’analyse juridique et de la situation de l’intéressé, il n’y sera pas donné suite», indique dans un communiqué laconique le ministère.

Libération

Manuel Valls défavorable à l’asile politique pour Snowden

« Les Etats-Unis c’est un pays ami, nous sommes aujourd’hui le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine »

Manifestation à Caracas (Vénézuela)

Marine Le Pen (FN) a dénoncé aujourd’hui « le refus français du survol de notre territoire national par le président bolivien Evo Morales, sous prétexte qu’Edward Snowden aurait trouvé place dans son avion », y voyant « un asservissement honteux de la France aux États-Unis ».

« Caniche de Washington sous Nicolas Sarkozy, au point de revenir dans le commandement intégré de l’OTAN, le gouvernement français continue sous François Hollande d’abaisser la France en obéissant systématiquement aux désidératas de Washington », dénonce la présidente du parti d’extrême droite et eurodéputée dans un communiqué.

« La France qui interdit son espace aérien à un chef d’État, Evo Morales, n’est pas la France éternelle que nous aimons et que nous défendons. Sa voix n’est pas celle de la France libre et indépendante, mais la voix d’une caste UMP et PS qui depuis des années n’est pas capable de vivre sans se donner un maître : Berlin le matin, Bruxelles le midi, Washington le soir« , fustige encore Marine Le Pen.
La présidente du FN dit prendre l’engagement de « rompre avec cette politique de soumission » et réitère sa demande de voir Paris accorder l’asile politique à Edward Snowden.

Le Figaro

Communiqué de Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la Republique :

La position préférée de François Hollande : COUCHEE !
(…)
Cet épisode est symptomatique de l’attitude de nos Présidents depuis quelques années. Ils sont couchés ! Couchés devant l’Union européenne, couchés devant les Etats-Unis, couchés devant les puissances d’argent…

Depuis les révélations de l’affaire d’espionnage, François Hollande ne fait pas exception à la régle. Hier il a limogé de son gouvernement une pauvre Delphine Batho qui s’est contentée de dire sa vérité. Et dans la même journée il s’est empressé d’obéir aux recommandations du géant américain. Un tel comportement ne le grandit pas mais surtout abaisse la France qui peut s’enorgueillir d’avoir toujours été une terre d’asile.

J’appelle aujourd’hui les hauts-gradés militaires qui ont été chargés de mettre en œuvre l’ordre présidentiel à sortir de leur réserve et à dénoncer le degré de soumission extrême de la France à des intérêts étrangers.

Nicolas Dupont-Aignan

———————-

L’ambassade de France attaquée

Une centaine de manifestants ont brûlé mercredi des drapeaux français à La Paz, et jeté des pierres contre l’ambassade de France en Bolivie, en réaction au refus de la France de laisser le président Evo Morales franchir son espace aérien. [...]

Hebergeur d'image

Le Figaro

_______________________________

La Bolivie va déposer une protestation officielle devant l’ONU :
Selon l’ambassadeur de la Bolivie auprès de l’ONU, Sacha Llorenti, « une procédure pour dénoncer ces faits devant le Secrétaire général de l’ONU » a été lancée Pour la Bolivie, il ne fait « aucun doute » que « les ordres sont venus des Etats-Unis ».

Metronews

Quelques réactions en Amérique du Sud :

« C’est un attentat contre la vie du président Morales », a déclaré le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Elias Jaua, dont le pays est l’un des principaux alliés de la Bolivie.

En déplacement à Minsk, en Biélorussie, où il accompagne le président Nicolas Maduro en visite officielle, le ministre a également fustigé sur la chaîne publique vénézuélienne VTV « une agression grossière, brutale, impropre et non civilisée » de la part « de gouvernements d’Europe et des Etats-Unis » qui « mettent en danger la vie d’un président ».

Le ministre des Affaires étrangères de l’Equateur, Ricardo Patiño, pays où le jeune Américain a également envisagé de se réfugier, a estimé que « cela semble une terrible offense au président Morales », lors d’une conférence de presse à Quito.Notre temps
———————
Vive réaction de La Paz après le refus de la France et du Portugal de laisser l’avion d’Evo Morales survoler leur espace aérien ce mardi.  

Le président bolivien rentrait d’un forum de pays exportateurs de gaz et son avion devait effectuer une escale technique au Portugal. D’après le ministre bolivien des affaires étrangères, les deux pays européens auraient émis ce refus car ils soupçonnaient la présence d’Edward Snowden dans l’avion, qui a du finalement atterrir en urgence en Autriche. [...] Le ministre de la Défense a dénoncé les «menaces, intimidation et pressions » des Etats-Unis sur Paris et Lisbonne.

Cet épisode intervient quelques heures après qu’Evo Morales ait déclaré que son pays était prêt à examiner une éventuelle demande d’asile de l’ancien agent de la CIA. RFI

Dans une intervention télévisée (video ci-dessous), le vice-président bolivien, a qualifié les Etats-unis d’« empire prostitué et décadent, qui a recours à la terreur, à la peur et au contrôle policier de sa propre population». Concernant l’Europe, il a ajouté: «Soumis à l’arrogance impériale, certains pays européens se sont couchés et obéissent aux décisions de puissances étrangères. Les pays colonisés sont aujourd’hui en Europe. » (source)

Hier 2 juillet, sur le perron de l’Elysée, François Hollande déclarait ne pas avoir reçu de demande d’asile émanant de Snowden :

Espionnage : Hollande recommande une « position…

Le président de la République française François Hollande avait affiché une grande fermeté, lors de son premier commentaire public sur cette affaire, lundi 1er juillet :