« L’histoire d’un foyer de Laon échauffe les sites identitaires » (Libé) (MàJ)

Addendum 5/07/13 : « L’histoire d’un foyer de Laon échauffe les sites identitaires » (Libé)

Des jeunes travailleurs français expulsés d’un foyer pour faire place à des demandeurs d’asile ? Comment la version partielle puis déformée d’un article de la presse locale s’est propagée sur la Toile d’extrême droite.

C’est l’histoire d’une petite affaire locale dans l’Aisne devenue le dernier «tube» des sites proches de l’extrême droite. Samedi 29 juin, le quotidien picard l’Union tient son sujet choc. «Douze personnes actuellement hébergées au Foyer jeunes travailleurs (FJT) de Clacy [à proximité de Laon] ont un mois pour quitter les lieux. Motif : il faut faire de la place pour les demandeurs d’asile.»

Dès le lendemain, un lien vers la version en ligne de l’Union est posté sur le site identitaire Fdesouche. L’article y est reproduit dans une version tronquée, sans la réponse du directeur du foyer qui évoque les solutions de relogement proposées aux jeunes. Problème, sur le site de l’Union aussi, cet encadré a momentanément disparu – un «problème informatique» dû à une mise à jour du site et aujourd’hui réparé, se justifie la rédaction du journal.

Qu’importe, la Toile brune s’enflamme à coups de copier-coller des témoignages de ces «jeunes travailleurs blancs qui doivent faire place aux sans-papiers», comme le souligne un blog nationaliste. [...]

Libération : la suite de l’article, fermé aux commentaires 
 

___________________________

30/06/13 – LAON (02). Douze personnes actuellement hébergées au Foyer jeunes travailleurs de Clacy ont un mois pour quitter les lieux. Motif : il faut faire de la place pour les demandeurs d’asile.

Publié le 29/06/2013 

Ils affichent un sourire de façade mais en réalité, le cœur n’est pas à la fête pour Laurent et ses copains du Foyer jeunes travailleurs (FJT) de Clacy-et-Thierret. « La plupart d’entre nous ne sont pas là par choix, mais nous sommes bien contents d’avoir un toit sur la tête. Malheureusement, cela ne va pas durer… », lâche-t-il amèrement. Les douze locataires viennent d’apprendre qu’ils devraient quitter les lieux le 1er août.

On a un mois pour faire nos cartons. On nous vire, nous qui payons notre loyer régulièrement, parce qu’il faut faire de la place pour une trentaine de demandeurs d’asile qui vont arriver. Et qui ne paieront rien, bien sûr. C’est dégueulasse !

Cette situation alimente toutes leurs conversations, entre colère et inquiétude pour l’avenir. Certains avaient de toute façon prévu de partir. C’est le cas de Laurent, qui vient de trouver un appartement. Cela ne l’empêche pas de se sentir solidaire d’autres, comme Alan. Lui est presque sûr de finir à la rue. « Je viens de terminer mes études et je n’ai pas d’emploi pour le moment. Qu’est-ce que je vais devenir ? » (…)

Lire la suite sur L’Union l’Ardennais

(merci à la France orange mecanique)

Commentaires mis en avant (3)

  • Bonjour à tous, je suis l’un des jeunes expulsés (ou relogé, suivant le terme que l’on veut utiliser en de telles circonstances). Ce que je peux ajouter c’est que certaines informations dans l’article de libération sont fausses voir diffamatoires, libération n’a pas donné suite à nos appels quant au démenti que nous avions prévu, qu’à cela ne tienne, nous engagerons une procédure pour diffamation.

    En ce qui concerne le « relogement » les propositions qui nous ont étaient faites sont les suivantes:

    Nous passons de studios individuels à soit une chambre en CHRS (centre d’hébergement d’urgence avec vie en collectivité) soit une colocation sur d’autres studio appartenant à l’association.
    L’un d’entre nous est parti ce week end, dépité par la proposition d’une chambre en CHRS il est parti monté sa toile de tente sur un camping de St Valérie… Ce que libération ne précise pas c’est que l’une des résidente est une maman d’une petite fille de deux ans, qui elle aussi n’a toujours aucune réponse sérieuse de la part de la direction.

    Nous ne demandions que le minimum c’est à dire des logements identiques à ceux que nous avions…

    Nous organisons lundi 08 juillet un rassemblement pacifique sur le parvis de la cathédrale de Laon entre 12h et 14h où nous brandirons nos cartes d’identité, rappelant que les citoyens Français devraient avoir au moins les mêmes droits que des étrangers.
    Si vous souhaitez venir nous soutenir ou simplement nous rencontrer n’hésitez pas.

    Merci à tous pour votre soutien, cela nous réchauffe le cœur et nous conforte à ne pas baisser les bras dans notre combat.

  • FRANCE, de ton malheur tu es cause en partie,
    Je t’en ai,par mes vers,mille fois avertie.
    Tu es marâtre aux tiens et mère aux étrangers,
    Qui se moquent de toi quand tu es en danger,
    Car la plus grande part des étrangers obtiennent les biens,qui à tes Fils,justement appartiennent.

    Pierre De Ronsard (1524-1585)

  • Même un chien foutu à la rue par ses maîtres est d’avantage protégé par la loi que nos compatriotes.

Commentaires (420)