Plein ecran

Une vidéo confirme que Clément Méric a agressé Esteban Morillo par derrière (MàJ)

Août
2013

Addendum 03.08.2013 :

Clément Méric, victime d’un coup monté ?

Un certain nombre d’indices convergents semble attester que l’affaire « Clément Méric » serait bien un coup monté, planifié à l’avance avec la complicité de la police et de ses services de Renseignement intérieur. La thèse, qui n’est pour l’instant qu’une hypothèse, semble énorme. Pour l’étayer, il nous faut répondre à plusieurs questions : pourquoi ?, comment ?, quels sont les faits ?, à qui profite le crime ?

Pourquoi organiser médiatiquement la mort de Clément Méric de Bellefon ?

Une constante sociologique bien connue, notamment en Histoire des religions mais aussi des courants politiques, stipule que la fabrication d’une martyrologie est un passage obligé pour lancer un mouvement idéologique à partir de rien. Il est entendu que les mouvements d’idées ne naissent pas tous de rien, ex nihilo : certains expriment une vraie nécessité populaire ancrée dans le réel et leur émergence est spontanée. Ils se diffusent ainsi de façon quasi naturelle, mémétique, par le bouche à oreille, et leur succès est indépendant du Pouvoir en place. À l’opposé, « l’antifascisme » spectaculaire qui essaye d’exister dans les médias dominants depuis quelques mois est un phénomène hors sol, sans ancrage dans la population et sans référent objectif dans le réel ; cet « antifascisme » ne relève que d’une bulle spéculative virtuelle, celle des « remue méninges » et des brainstormings des salles de rédaction et des think tanks de consultants où s’élaborent les scénarios et les virus mentaux que l’on tente ensuite d’inoculer au peuple (le storytelling). Lionel Jospin interviewé par Alain Finkielkraut avouait un jour que la « menace fasciste » dont on nous cause en France depuis les années 1980 était entièrement fictive et que l’antifascisme n’était que du théâtre. Notre ex-premier ministre sait de quoi il parle, ayant été lui-même un acteur de premier rang de cette mise en scène étalée sur des décennies. Dans ces conditions, il n’est guère étonnant que le couple « menace fasciste + antifascisme » ne rencontre aucun écho dans la population française. Mais le Pouvoir dispose de gros moyens et ne ménage pas ses efforts pour répondre à la question : « Comment faire exister en représentations quelque chose qui n’existe pas dans le monde réel ? »
La suite sur Scriptoblog
Addendum 01.08.2013 : Giuseppe Di Bella*, historien, «citoyen engagé», n’apprécie pas l’interview de Serge Ayoub par Dieudonné.

Trente longues minutes entrecoupées d’extraits de vidéos où les militants antifacistes d’extrême-gauche sont présentés comme des ennemis de la démocratie, de la liberté. […]
Des propos indigestes qui ont vraiment du mal à être digérés pour quiconque ayant un minimum d’intelligence, de bon sens.[…]

Dieudonné va trop loin. Il salit la mémoire de Clément Méric et laisse le beau rôle aux véritables ennemis de notre démocratie : l’extrême-droite la plus abjecte et ses groupuscules violents. L’humoriste qui ne fait plus rire grand monde – à part un noyau dur de fans fidèles – se roule allègrement dans la fange et semble s’y complaire. C’est certainement là qu’est sa véritable place…

Le Nouvel Obs
*Giuseppe Di Bella
Ma bio
Je suis engagé dans la lutte contre l’homophobie (mais pas que…). Ex-responsable, ex-chroniqueur d’un important relais d’informations gay et lesbien. Vous pouvez également me retrouver chaque mardi, à partir de 21 h, dans l’émission « Egalité », en compagnie de Cyrille et Christophe, sur Lyon Radio. L’émission n’est pas diffusée en juillet-août, rendez-vous à la rentrée pour une nouvelle formule.
Historien, j’ai longtemps collaboré au BMD (Bulletin Mensuel de Documentation) de feu S.M. le roi Norodom Sihanouk du Cambodge.

Addendum 30/07/13

Affaire Méric : interview de Serge Ayoub par Dieudonné :

Addendum 01/07/13

Dans son émission « On est pas couché » du 29 juin dernier, Laurent Ruquier a évoqué le traitement médiatique et politique idéologique et partisan de l’affaire Méric, dans sa rubrique des « Top Flops » :

[Pour la 1ère fois à notre connaissance, France Télévision fait bloquer une vidéo sur Youtube] :

Heureusement, nous l’avons trouvée sur Rutube :

(Merci à Panoramix)

Addendum 28/06/13

Le « non-violent » Clément Méric était déjà impliqué dans une bagarre le 1er mai.

Lors de la manifestation du 23 juin en hommage à Clément Méric, une femme témoigne au porte-voix de l’engagement de celui-ci, et rappelle que déjà le 1er mai, il avait pris part à une bagarre, et fini à l’hôpital…

1er mai 2013 à Paris : échauffourées en marge d’un hommage à Brahim Bouarram :

Plusieurs personnes ont reçu des coups, dont une a été conduite à l’hôpital se faire recoudre une blessure au cuir chevelu, a-t-il précisé.
Une source policière a confirmé que les militants avait été agressés par une quarantaine d’individus » lors d » »échauffourées » qui ont duré « quelques minutes », les agresseurs s’étant dispersés après l’arrivée des forces de police. Il n’y a pas eu d’interpellation et le blessé du collectif n’a pas déposé plainte.

Une enquête est en cours, a ajouté cette source policière, précisant qu’il y a a priori des images de vidéoprotection qui pourront être étudiées.
BFM

Vidéo HD des échauffourées de Saint-Michel du 1er mai entre l’Action Antifasciste Paris-Banlieue (à gauche) et ultras du PSG (à droite). En tête des antifas, deux barmen du Saint Sauveur, dont l’un armé d’une matraque.

Rappelons que Clément Méric est aussi directement impliqué dans l’attaque d’un bar de l’est parisien par une bande armée.

___________________

En recevant Marine Le Pen hier soir, deux désinformations dans la présentation de l’affaire : une première de Ruth Elkrief, qui parle de « coup de poing au visage » donné par Méric, alors qu’il a frappé Esteban par derrière, et le bandeau en bas de l’écran indique « Une vidéo de la RATP accrédite la thèse de l’homicide volontaire » (à partir de 27 sec.), alors que c’est précisément cette vidéo qui confirme la thèse de l’accident.

Capture d’écran :

___________________

Communiqué de presse du ministre de l’Intérieur du mardi 25 juin 2013

La dissolution de l’association « Troisième voie » et des « Jeunesses nationalistes révolutionnaires », annoncée aujourd’hui par leur responsable Serge Ayoub, intervient en réaction à la notification par le ministre de l’Intérieur de l’intention du Gouvernement de dissoudre ces deux entités dans les plus brefs délais.

Cette manœuvre, dont le seul objet est de contourner la procédure de dissolution administrative en cours, est vaine. Elle ne saurait en effet ni dissimuler, ni mettre un terme à la réalité de l’activité de ces deux entités, l’une et l’autre dédiées à la propagation de l’idéologie d’extrême droite, appelant à la haine et à la discrimination et soutenant la violence.

Manuel Valls a entamé aujourd’hui, à la demande du Premier ministre, la procédure de dissolution d’une des plus anciennes formations d’extrême-droite, « l’Œuvre française », ainsi que celle des « Jeunesses nationalistes », toutes deux prônant une idéologie ouvertement xénophobe et violente.

C’est avec fermeté que le Gouvernement entend lutter contre les groupuscules d’extrême droite qui ont pour moteur la haine de l’autre et qui ont pour ennemi la République.

En aucune circonstance, il ne peut y avoir de place pour la violence politique dans notre pays.

Ministère de l’Intérieur (Merci à zalmox)

Réaction d’Yvan Beneditti, président de l’Œuvre française (26/06/13)

___________________

Addendum 26/06/13

- La vidéo ne vient pas de la RATP. Le Figaro

————————

« Communiqué de l’Action Antifasciste Paris-Banlieue et de Solidaires Etudiant-e-s »

Meurtre de Clément : halte aux mensonges !

Depuis ce matin, l’ensemble de la presse en ligne reprend une information de RTL, au sujet d’une vidéo de la mort de notre camarade et ami Clément, sans la vérifier. A l’instar des journalistes qui diffusent ces calomnies nous n’avons pu visionner cette vidéo. Nous rejetons toutefois formellement l’interprétation qui en est faite. Les camarades présents avec Clément le 05 juin maintiennent leur version :

-oui il y a eu des échanges verbaux à l’intérieur du magasin devant les
messages ouvertement racistes et tombant sous le coup de la loi arborés
par les skinheads

-l’agression physique survenue à l’extérieur du magasin est le fait des
skinheads qui se sont approchés, ont encerclé nos camarades puis les ont agressés. Les militants néonazis étaient armés de coups de poing américains et ont tué Clément Méric.

Il est donc impossible que des images montrent Clément se précipiter vers
son agresseur pour lui porter un coup dans le dos. C’est au contraire
Esteban qui a quitté le centre de la rue pour se diriger vers Clément. Les militants d’extrême droite eux-mêmes n’ont jamais prétendu que Clément se soit précipité vers eux pour les frapper par derrière.

Les mensonges relayés dans la presse ne font qu’ajouter à la douleur de
ses proches.

Paris, le 25/06/13

Communiqué de l’Action Antifasciste Paris-Banlieue, le 25 juin 2013

 

Meurtre : Un meurtre est un homicide volontaire. Il s’agit généralement de l’infraction la plus grave dans le droit comme dans la morale. Wikipedia

———————-

- Un « coup involontaire » selon Direct Matin

- Le corps de Clément Méric a été incinéré et ses cendres ont été dispersées dimanche à Brest.

La cérémonie s’est déroulée dans l’intimité. Sa famille, quelques amis. Ses cendres ont été dispersées dimanche à Brest, où il avait grandi. Libération

- Si l’on se résume, et toujours selon la police, Clément Méric et ses amis, cornaqués par un antifa dur-à-cuire réputé pour sa pratique des sports de combat, étaient venus spécialement à la vente privée de la rue Caumartin pour en découdre. C’est-à-dire que s’il y a eu préméditation, elle était de leur côté. Dans la boutique même, ils commencent à prendre à partie des skins peu soucieux d’en venir aux mains qui en appellent à la sécurité. Celle-ci expulse les chasseurs de skins qui, têtus, se postent en bas, dans la cour, en attendant leur proie.

Quand celle-ci arrive, une deuxième fois elle requiert les services des videurs qui éloignent à nouveau Clément Méric et ses camarades. Et c’est quand les skins, rassurés, se dispersent que, dissimulée un peu plus loin dans la rue, la bande d’extrême gauche tombe à bras raccourcis sur l’un d’eux. Les autres, alertés, rappliquent : une bagarre d’une « violence extrême », selon la police, se déclenche. La tragédie se noue : alors qu’Esteban Morillo lutte contre deux assaillants, Clément Méric tente de le frapper par derrière. Morillo se retourne et lui assène deux coups en pleine figure mais, et les images le confirment, c’est sans poing américain. D’ailleurs, quand les policiers perquisitionneront chez lui, il en découvriront deux, l’un vert fluo qui serait parfaitement identifiable sur une vidéo, l’autre clouté, dont les marques auraient été trouvées sur le visage de Méric s’il avait servi. Un Méric qui, toujours selon nos informations, portait pour sa part un protège-dents, accessoire peu usité quand on est en mode shopping. [...]

Selon nos informations toujours, le juge d’instruction saisi de l’affaire serait si impartial qu’on lui aurait dépêché un adjoint pour réenquêter à charge, un adjoint sûr de ne pas figurer sur le mur des cons. Il faut bien que les méchants paient. [...]

Causeur

———————

Appel lecteurs : Reconstitution vidéo de la bagarre (en images de synthèse). Merci.

Jean-Jacques Bourdin donne la parole à Camille*, militante d’extrême-gauche et amie de Clément Méric. Sans surprise, elle reprend mot pour mot l’article de Libération qui prétend que la vidéo ne montre rien.

* pseudonyme
Conférence de presse de Serge Ayoub , leader de Troisième Voie, suite aux révélations de la vidéo de la RATP :

25/06/13

Une de Libé…


JT 20H France 2

« Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence. »
Arthur Schopenhauer

C’est une bagarre générale qui a été captée par cette caméra, qui n’a pas seulement filmé des pieds et des chaussures, mais des corps en mouvement et des visages. Son objectif n’enregistre pas au ras du bitume, mais va jusqu’à environ 1 mètre 50 de hauteur. Les images reflètent bien ce qu’avaient déjà décrit des témoins, c’est-à-dire une bagarre violente, confuse, où les acteurs, des deux côtés, se rendent coup pour coup. – RTL

______________________________

Clément Méric:la vidéo de la RATP a parlé – 25/06 par BFMTV

Le jeune militant de gauche apparait donc très agressif. On le voit en effet se précipiter dans le dos d’Esteban Morillo afin de lui porter un coup à la tête alors que ce dernier est aux prises avec deux autres assaillants.

(…) les images conforteraient le juge dans son idée qu’aucun lynchage du militant de gauche à terre n’a eu lieu. Enfin, il semblerait que ce nouvel élément aille donc dans le sens du juge qui n’a jamais cru à l’hypothèse du meurtre, penchant plus pour une mort accidentelle.

Tugdual de Dieuleveult RMC

_____________________________________

D’après le vigile qui a assisté à la montée en puissance de l’altercation, « Clément Méric voulait vraiment en découdre ».

« Il semblait vraiment haïr ces gens », affirme-t-il sur le procès-verbal de son audition. [...]

Toujours selon des témoignages concordants, les skins quittent le magasin en sortant à gauche afin de ne pas croiser les militants d’extrême gauche. Malheureusement, la bouche de métro est située sur la droite. Et c’est près d’elle que les jeunes gens se croisent et que tout dégénère. Selon nos informations, un certain Samuel (un des skins mis en examen) reçoit le premier coup. Les mêmes témoignages affirment : « Les mecs d’extrême droite ont cherché à échapper à l’affrontement, n’ont fait que se défendre, puis ont répliqué. » [...]

Le Point.fr est en mesure de révéler que les enquêteurs disposent de captures d’écran de sites internet « anti-fachos », notamment Vigilance Végane Antifasciste, très proche de la mouvance de Clément Méric, sur lesquels apparaissent dès le 2 décembre 2012 les photos d’Esteban et sa compagne Katia, au-dessus desquels figure la mention « Besoin d’identification please ». Méric et ses amis les avaient-ils reconnus ? Ce qui changerait considérablement la donne… À noter que ces photos étaient encore accessibles sur le site mardi 25 juin à 11 heures !

Le Point

_______________________________

Esteban Morillon, l’un des skinhead, qui dit avoir été agressé en premier ce jour-là par la bande à Méric, est à la lutte avec deux amis du jeune gauchiste. Clément Méric, chétif, se précipite dans le dos de Morillo pour lui asséner un coup à la tête.

Son contenu est révélé bien tard, trois semaines après les faits, survenus le 5 juin. Alors que la vidéo a été saisie très rapidement. «Sans doute fallait-il attendre que le pression retombe autour de cette affaire, avant de pouvoir dévoiler cet élément troublant», spécule un fonctionnaire de police parisien de haut rang. [...]

Le Figaro

_______________________________

Trois semaines après l’agression mortelle de Clément Méric le 5 juin, la police judiciaire parisienne vient de mettre la main sur les toutes premières images de la bagarre.

Hebergeur d'image

Les experts de la police technique et scientifique ont travaillé pendant plusieurs jours sur ces images pour les faire parler. Elles permettent de se faire une idée précise de la scène, jusqu’alors uniquement racontée par des témoins.

On y voit notamment Clément Méric se précipiter vers Esteban Morillo, le meurtrier présumé, alors de dos, semble-t-il pour lui asséner un coup. Le skinhead se retourne alors et le frappe avec son poing en plein visage.

L’image ne permet pas de dire de façon formelle si Esteban Morillo donne un deuxième coup, ni s’il a ou non un poing américain. Le militant d’extrême-gauche, en tout cas, tombe immédiatement au sol, inconscient. Il n’est pas lynché une fois par terre. [...]

Ces images permettent de confirmer l’identité du meurtrier. Elles excluent l’hypothèse d’un lynchage, montrent un Clément Méric provocateur et confortent la thèse du juge sur une mort accidentelle à la suite de coups donnés.

Source: RTL

____________________________________


L’hommage de l’Assemblée nationale à Clément Méric par LCP

Revoir, l’interview du mentor :

« Maintenant, si nous reconnaissons effectivement des invectives verbales, par contre la responsabilité de la bagarre revient clairement au groupe d’extrême droite qui s’est jeté sur nous avec des armes. » – « Romain » super mentor de Clément Méric

L’Humanité, 11 juin 2013 (« témoignage » repris aussi par Libération)…

Jean-Luc Mélenchon n’appréciait guère d’être repris par Jean-Jacques Bourdin alors qu’il affirmait avec force qu’il s’agissait d’un assassinat.

A peine quelques heures après le drame, la larme à l’oeil, Alexis Corbière (Front de gauche) parlait d’assassinat sur RMC sans connaître grand chose de l’affaire.

Olivier Besancenot, le soir du 6 juin à la fontaine Saint-Michel, évoque « deux policiers » qui auraient été au courant que les skinheads étaient armés : il n’en dit pas plus…

Macé Scaron : un « assassinat politique »

 Qui sont les antifascistes ? diffusé le 16/06/2013
Autre vidéo avec Mohamed Slimani : le lendemain des faits, il affirme qu’Esteban serait proche de 3e Voie, puis accuse l’extrême-droite de ficher ses opposants.

Sur BFM, le 7 juin, Mohamed Slimani, membre du « collectif antifa » de Clément Meric, parle de poing américain et de « 5 skins qui leurs sont tombés dessus » :

Rappel : la présentation de l’affaire, lorsqu’elle a éclaté :

Le matin même où on apprenait la nouvelle, Clémentine Autain semblait en savoir long sur les circonstances de l’affaire :

Serge Ayoub, également le 6 juin, sur I>Télé, avait un tout autre point de vue sur les responsables de l’agression :

Je tiens à dire que ce n’est pas un fait divers : c’est un fait politique, c’est un crime de nature politique – Clémentine Autain le 11 juin 2013 

la 1ére minute suffit