Tunis. Les Femen s’excusent en appel. Màj : « Nous avons été tabassées et humiliées, mais nous ne regrettons rien (…) si c’était à refaire on le referait ! »

Addendum : 28 juin : Nous avons été tabassées et humiliées, mais nous ne regrettons rien.

La Femen allemande, Joséphine Markma, à déclaré : « Nous avons présenté nos excuses lors de cette audience en appel parce qu’on ne savait pas que les feux des projecteurs étaient braqués sur nous et que des médias du monde entier avaient suivi de près notre affaire.
C’était vraiment l’enfer, nous avons donc décidé de prendre cette mesure, d’exprimer nos regrets parce que nous avions peur qu’au bout de 4 mois, nous ne pourrions plus jamais être des Femen. Nous voulions sortir en tant que Femen, c’est-à-dire libres et fortes. Nous savions que si nous devions passer plus d’un mois dans ces prisons-là, cela nous aurait détruites. Nous avons exprimé nos regrets, mais bien entendu Femen ne regrette jamais ! Nous sommes très heureuses d’être ici, nous sommes très heureuses d’être libres et je terminerais en disant que Femen ne regrette jamais ! »
Quant aux deux Femen françaises, elles ont précisé : « Il faut que vous compreniez ce qu’on a enduré et les raisons qui nous ont poussé à tout faire pour en sortir le plus vite possible, avant d’être complètement détruites (…) Après notre arrestation devant le Palais de justice de Tunis, nous avons été emmenées et enfermées dans une pièce sombre où nous avons été tabassées par les policiers et insultées ( …)
Nous avons connu deux prisons en Tunisie, la première s’appelle geôle, c’est une sorte de garde à vue, où les prisonnières tunisiennes passent cinq jours normalement. Nous avons eu la chance de n’y passer qu’un jour. On nous a dit, méfiez-vous c’est une prison mixte, vous pouvez y être frappées ou violées » (…)

Pour toutes ces femmes, on ne regrette rien et si c’était à refaire on le referait !

»

(…) BusinessnewsMerci à BOMAP

Addendum 27 juin : Les femen libérées.

Les trois militantes européennes de Femen emprisonnées en Tunisie ont été condamnées, mercredi en appel, à une peine avec sursis et devraient très vite être de retour en France. Peu avant 1 heure du matin ce mercredi soir, elles ont quitté leur prison. Selon leur avocat Me Patrick Klugman contacté par Le Parisien, les Femen devraient poser le pied sur le sol français ce jeudi.

(…) Le Parisien

————————————–

Addendum 26 juin :

Les trois militantes féministes emprisonnées depuis le 29 mai pour avoir montré leurs seins en Tunisie seront libérées dans les heures à venir. Les Femen viennent d’être condamnées à de la prison avec sursis en appel.

France Info

————————–

Les Femen expriment des excuses devant la cours d’appel.

Trois Femen européennes, condamnées à quatre mois de prison pour une manifestation seins nus en Tunisie, ont exprimé des excuses et promis de ne pas recommencer, lors d’une audience de leur procès en appel mercredi à Tunis. « Je regrette cet acte et je m’en excuse« , a dit l’Allemande Josephine Markmann au juge Moez Ben Frej, qui lui faisait remarquer en français que « le droit musulman interdit de tels actes. »

« On ne pensait pas choquer les Tunisiens à ce point, il est hors de question pour nous de recommencer » a répondu à son tour la Française Pauline Hillier, drapée comme ses co-accusées et comme de coutume pour les femmes jugées en Tunisie, du safsari, le voile traditionnel blanc les recouvrant de la tête au pied.

(…) Le Parisien

———————————————-

Addendum du 12/06 : Tunisie: les Femen condamnées à 4 mois de prison ferme
Le juge a condamné les trois activistes, deux Françaises et une Allemande, à une peine de prison ferme pour « atteinte aux bonnes moeurs et à la pudeur » après avoir manifesté seins nus à Tunis en soutien à Amina.

BFM

Quelques précisions sur Pauline, une des FEMEN impliquée

Au moment de son arrestation, ses parents, qui habitent La Roche-sur-Yon (Vendée) ignoraient que Pauline était en Tunisie. « C’est sa sœur qui l’a vue aux infos, à la télé », explique sa mère, ancienne élue socialiste, à Ouest-France. Danielle Hillier dit comprendre que leur action ait « pu provoquer un choc visuel violent dans un pays arabo-musulman. Je ne sais pas si elles l’ont bien analysé ».

[...]
Si elle est présentée par le quotidien du soir comme faisant partie « du noyau dur du mouvement », son adhésion au mouvement est récente. Pauline a rejoint les Femen après les violents incidents survenus le 18 novembre 2012 avec les extrêmes-droites de Civitas.

Depuis, elle a participé à plusieurs opérations marquantes des Femen, détaille l’organisation sur sa page Facebook, dont notamment l’action à Notre-Dame-de-Paris pour « fêter » la démission du pape.
Avant les Femen, Pauline était déjà une jeune femme militante. « Au moment des dernières élections » selon son père, elle avait pris sa carte au parti socialiste à Bordeaux. Elle s’était inscrite également au comité de soutien de Michèle Delaunay lors des dernières législatives.

Sud-Ouest

———————–

Les trois militantes féministes Femen emprisonnées dans la capitale tunisienne depuis le 29 mai vont devoir passer encore quelques jours en détention provisoire. Les Françaises Pauline Hillier et Marguerite Stern (27 et 23 ans), ainsi que leur comparse allemande Joséphine Markmann(19 ans), étaient jugées au tribunal de Tunis ce mercredi pour «outrage public à la pudeur» et «atteinte aux bonnes moeurs».

Mais l’audience a été interrompue en début d’après-midi, après l’intervention de plusieurs avocats extérieurs au procès, représentant des associations, notamment islamistes, qui ont réclamé le droit se constituer parties civiles. Le parquet a finalement décidé de reporter l’audience.

(…) Le Parisien

(Merci à Quidam)

Commentaires mis en avant (3)

  • Après avoir montré leurs seins, les femens baissent leur froc. :-)

    Pauvres tunisiens, rien ne leur aura été épargné…

  • Danielle Hillier dit comprendre que leur action ait « pu provoquer un choc visuel violent dans un pays arabo-musulman

    par contre le choc visuel dans la cathédrale, elle s’en branle la socialo..

Commentaires (404)