Rixe entre supporteurs de Marseille et Lyon sur une aire d’autoroute: 16 blessés (MàJ)


Un élu PS apporte son soutien aux hooligans marseillais

 



 

 

 

 


Après une «intimidation marseillaise», plusieurs supporters lyonnais seraient descendu des véhicules. Dans des circonstances non précisées, le mini-bus aurait avancé vers eux, en renversant plusieurs. «Ce ne sont pas des blessures légères» ajoute cette source. «Des personnes se sont fait rouler dessus.» Selon la police, seize personnes ont été conduites dans des hôpitaux de la région, quatorze légèrement blessées, deux plus sérieusement touchées.

L’Equipe


Une bagarre entre supporteurs de l’OM et de l’OL a fait 16 blessés samedi dans le Vaucluse en marge de la 37e journée de L1, signe que «le football est encore malade» selon le ministère de l’Intérieur qui a renforcé la sécurité de certains matches, cinq jours après les incidents du Trocadéro.

L’affrontement est survenu de manière «fortuite» au niveau du péage de Bollène sur l’autoroute A7, où des supporteurs de l’Olympique de Marseille, qui se rendaient à Saint-Etienne, ont croisé ceux de l’Olympique lyonnais qui allaient à Nice.

(…) Une bagarre «violente» a alors éclaté entre les supporteurs de ces deux clubs rivaux, «des canettes, des battes de baseball et divers autres objets» ayant été utilisés, selon la même source.

Selon un bilan du ministère de l’Intérieur, 16 supporters ont été blessés, dont 14 légèrement et deux plus sérieusement. L’un à une main touchée par une arme blanche, l’autre a été renversé par une voiture qui accompagnait les supporteurs marseillais, a précisé la source proche de l’enquête, ajoutant que parmi les blessés, évacués vers des hôpitaux de Vaucluse et de la Drôme, figure un seul supporteur de l’OM.

(…)

La mairie de Bollène a vivement dénoncé ce nouvel épisode de violence dans le football dans un communiqué intitulé «Bollène n’est pas le Trocadéro», en référence aux violents incidents survenus lundi à Paris lors de la fête du titre de champion de France du Paris SG.

«De faux supporters de foot, mais, en revanche, de vraies racailles de cités ont cru bon de considérer le péage de Bollène comme leur terrain de jeux, ou plutôt comme terrain de bagarre», a déploré la commune.

(…) 20minutes.Fr

Commentaires (108)