Plein ecran

Suisse : Le franc flambe, les marchés paniquent

Jan
2015

Addendum du 19/01/2015 : Les collectivités locales rattrapées par le franc suisse fort

Le vice-président du conseil général en charge des finances, Christophe Greffet, estime que la suppression du cours plancher du franc suisse aura de lourdes conséquences pour les finances départementales. Elles pourraient être de 1,8 à 2, 8 millions d’euros. En effet, trois emprunts structurés (autrement appelés « emprunts toxiques ») sont indexés sur la parité entre l’euro et franc suisse.

Même chose à Lyon, où les emprunts du même type contractés par le conseil général du Rhône (environ 238 millions d’euros). Avec la hausse du franc suisse à parité avec l’euro, les intérêts remboursables pourraient être doublés voire triplés.

France TV Info

En décidant de laisser le franc flotter, la Banque centrale suisse a affolé les Bourses et les marchés monétaires. Les exportateurs helvétiques s’inquiètent, notamment dans le secteur de l’horlogerie.

Le cours de 1,20 franc suisse par euro, c’est fini. « La décision, jeudi 15 janvier, de la Banque nationale suisse (BNS) d’abandonner son taux plancher a pris tout le monde de court« , constate Le Temps, à Genève. Cette annonce a provoqué une onde de choc sur les marchés. Jeudi, la Bourse de Zurich a connu un krach historique, s’effondrant de 13,75 % avant de clôturer en baisse de 8,67 %.

La panique s’est aussi emparée des Bourses d’Europe de l’Est, notamment en Croatie et en Pologne. Dans ces pays, « de nombreux ménages ont souscrit des emprunts immobiliers en francs suisses et se trouvent pris au piège par la décision de la BNS de laisser le franc s’apprécier« , ajoute le quotidien de Lausanne 24 heures.

« En Pologne, cela concerne 700 000 familles qui ont fait face au décrochage de 20 % du zloty face au franc.Dans ce pays, près de 40 % des crédits immobiliers sont libellés en francs. » L’euro est tombé à 0,8517 franc suisse jeudi dans la matinée – son niveau le plus faible depuis l’introduction de la monnaie unique, en 1999, avant de se redresser un peu. Vendredi midi, 1 euro valait 1 franc suisse.

Volte-face

Le taux plancher avait été instauré en septembre 2011 pour stopper l’appréciation du franc, qui était désastreuse pour les exportateurs et risquait de plonger la Suisse dans la déflation. Pourquoi la BNS a-t-elle fait volte-face ? Visiblement, elle a préféré prendre les devants.

« On s’attend à ce que la Banque centrale européenne lance la semaine prochaine un programme de rachat d’obligations souveraines afin de relancer la croissance et d’éviter à la zone euro de sombrer dans la déflation« , explique le Financial Times. Si c’est effectivement le cas, cette injection massive d’euros « provoquera une forte demande de francs suisses, une devise perçue comme l’une des plus sûres au monde« , poursuit le quotidien britannique.

Cela signifie que « la Banque centrale suisse aurait eu du mal à maintenir son cours plancher« . Elle aurait en effet dû acheter beaucoup d’euros, comme elle le faisait déjà depuis trois ans. Fin décembre, précise le Financial Times, « ses réserves de devises atteignaient 495 milliards de francs, soit l’équivalent de 80 % du PIB du pays« .

La Suisse était ainsi devenue le premier créancier de la zone euro. Elle a donc décidé de dire stop, avant que cela ne lui coûte encore plus cher. D’autant qu’avec la baisse de l’euro ses réserves de change se dévalorisent mécaniquement.

Naïveté coupable

Cette « anticipation risque de coûter cher à l’économie suisse« , déplore Le Temps, qui dénonce la « naïveté coupable » de la BNS. Certes, ajoute Le Matin, « les consommateurs pourront, un temps, réserver des vacances à bon compte ». Mais après ? « La Suisse pourrait souffrir de sérieux maux de dos. Car c’est sa colonne vertébrale qui est touchée. Ce sont toutes les entreprises, petites ou grandes, qui font sa richesse en vendant leur savoir-faire à l’étranger : horlogerie, chimie, pharmacie, machines-outils« , conclut le quotidien de Lausanne.

L’Hebdo est toutefois moins alarmiste. « Le pari de la BNS peut paraître à la fois simple et prodigieusement osé, analyse le magazine de Lausanne. En rendant sa liberté à sa monnaie, elle lui permet de s’ajuster à sa vraie valeur.” Car si la Suisse représente traditionnellement un refuge, son économie sera toutefois affaiblie par un franc trop cher.

Elle sera donc “moins attractive pour les placements. Ce qui devrait amener les investisseurs étrangers et les spéculateurs à choisir d’autres cibles que la Suisse. Le tout provoquera une baisse de pression sur le franc, qui, mécaniquement, s’affaiblira. »

Courrier International

Alain Finkielkraut : "la France black-blanc-beur n'était pas là" le 11 janvier (Màj vidéo)
Quitter la ville pour la campagne : Ils sont 100.000 à tenter l'aventure chaque année

Commentaires

Accueil
Menu
X