Plein ecran

Terrorisme – De quoi le plan Vigipirate actuel est le nom ?

Jan
2015

Elément parmi d’autres d’un dispositif national de réponse, « le plan gouvernemental de vigilance, de prévention et de protection face aux menaces d’actions terroristes » Vigipirate (cf. ici), comme mené en l’état actuel par les 3 armées (à différencier de la notion de « forces armées »), est révélateur de plusieurs points.

1/ Atteindre les limites du modèle, sans être (partout) aux limites du contrat opérationnel

Pour permettre cette multiplication, extrêmement rapide, par 10 des effectifs militaires déployés dans le cadre du plan Vigipirate,

des unités ont dû quitter rapidement les centres d’entraînement où elles étaient entrain de se préparer à des déploiements à venir,

le dispositif d’alerte comme conçu et armé ne suffisant pas à 1ère vue pleinement pour atteindre le format visé.

Le contrat 10.000H (ce chiffre comptant uniquement les forces terrestres) en cas de crise majeure est donc aujourd’hui atteint, et impacte la bonne tenue des autres contrats comme définis dans le Livre blanc de 2013, que cela soit celui de gestion de crise (aujourd’hui quasiment dépassé pour bon nombre de capacités : hélicoptères, avions de transport, service de santé, etc.) ou de coercition (aujourd’hui non strictement déclenché mais mis à mal car servant à remplir l’autre), notamment du fait des difficultés de régénération des personnels et des matériels.

Ce contrat des 10.000 ou « combat des restes », comme il était un peu péjorativement appelé, nécessite pourtant bien une préparation (au nom de la différenciation des forces), des moyens de transport (aujourd’hui souvent loin des régiments) et du matériel (armes à moindre létalité, équipements de protection…) en nombre suffisant.

La disparité des tenues aujourd’hui constatée n’est qu’un détail très mineur si les équipements les plus anciens – FRAG, casques, etc. – sont toujours nécessaires pour équiper tout le monde.

Ce sont donc aujourd’hui les relèves prévues pour les opérations extérieures qui risquent que d’être modifiées, laissant peser des interrogations sur une rallonge des temps de déploiements des unités actuellement en RCA, au Liban ou au Sahel, et plus encore sur la capacité à garder un tel dispositif de protection dans la durée et à ce niveau.

Malgré des intentions fortes déjà évoquées en 2013 par le ministre de la Défense (soit il y a plus d’un an…), le sujet du complément des réserves dans un tel cas réapparait dans quasiment les mêmes termes, tout comme la nouvelle prise de conscience que leur disponibilité contractuelle et les possibilités de les mobiliser rapidement, avec les compétences requises, ne sont pas une mince affaire.

2/ Rappeler que l’ubiquité n’existe toujours pas, et que la quantité est une qualité

Sur les quelques 10.000 militaires déployés ce matin dans le cadre du plan Vigipirate, plus de 90% (presque 95%) sont des personnels de l’armée de Terre (de plus de 30 régiments différents). La contribution de l’armée de l’Air et de la Marine nationale (en-dehors des postures permanentes de sécurité dans les espaces aériens et maritimes) est minime (ou inexistante pour certaines composantes).

L’armée de Terre répond dans cette mission à sa vocation de contrôle du milieu terrestre, au sol et à proximité des populations. Ce contrôle nécessite des effectifs suffisants afin de rassurer, protéger et dissuader par un effet de présence. L’ordre de ces 3 termes a un sens, notamment dans le cadre du plan Vigipirate pour comprendre son sens et de la probabilité de la menace.

Malgré l’apport de moyens technologiques modernes, la quantité des hommes demeure bien une qualité en soit dès lors qu’il est nécessaire (la concentration des efforts ne pouvant pas tout) de contrôler de manière fixe ou mobile des personnes, des flux et des infrastructures. L’ubiquité n’existe pas (le trop juste niveau des moyens de transport aériens ou de l’action de l’état en mer nous le rappelant aussi).

La réflexion en cours sur les effectifs (réellement déployables), tout comme cela a pu l’être dans une certaine mesure via l’adaptation du format de l’opération Sangaris en RCA, tente de répondre enfin à ses problématiques.

La non-revue de la cible finale des déflations (non annoncée, puisque seulement le rythme pourrait être revu pour 2016 et les 2 années suivantes), ne fait que repousser la question.

La décision potentiellement prise par le chef des armées (si elle ne précède pas une décision plus forte lors de la revoyure de la LPM 14-19 prévue en fin d’année) ne peut pas être à 1ère vue considérée comme le début d’une « remontée en puissance » (mais plus comme l’arrêt ou la remise à plus tard de notre « suicide stratégique »).

Or, à budget constant (et si garanti entièrement), toutes non-économies aujourd’hui prévues à ne plus faire sur la masse salariale conduira à

devoir trouver des économies plus importantes ailleurs dans des agrégats (activités, équipements, infrastructures…) déjà sous tension.

La pérennité de notre modèle reste une vraie question.

Heureusement pour l’équation; les opérations intérieures sont relativement peu couteuses – low-cost – en soit.

11 millions d’€ sont prévus dans la loi de finances 2015, comme dans celle de 2014, pour Vigipirate, Héphaïstos contre les incendies, etc., ce chiffre pouvant être revu si jamais un tel déploiement était appelé à durer. 

Ce ne sont pas elles qui devraient creuser le déficit interne à la Défense.

3/ Entendre tout et n’importe quoi (et surtout n’importe quoi…) sur la mise en œuvre

Les militaires engagés dans cette mission intérieure (MISSINT) mettent en œuvre des techniques, des tactiques et des procédures adaptées à la spécificité de cette mission, mais qui ne sont pas totalement différents de ceux employés en opérations extérieures (OPEX). Les actes réflexes de la patrouille de 3 militaires agressée à La Défense en mai 2013 viennent rappeler cette complémentarité (réflexes de protéger le blessé, rendre compte de la situation, donner les premiers soins, etc.). L’entraînement via la répétition de ses actes avait joué tout son rôle. Ils ne partent pas désarmés.

Il en est de même quant au comportement et à l’emploi de la force (point de débat récurrent), un emploi encadré qui ne veut d’ailleurs pas dire forcément emploi des armes (létales ou non). Les principes de nécessité, de gradation (TIOR, manœuvres, emploi de moyens de défense autres que les armes à feu – batons, gazs lacrymogènes, crosse, etc. – et en ultime recours les armes) et de juste mesure dans l’application des règles de l’emploi de la force restent pertinents (cf. notamment ici). Ils ne partent pas comme des cibles ne pouvant répondre.

« La légitime défense » (et ses critères) et « l’état de nécessité », tout comme l’article 73 du Code de procédure pénale sur « le crime flagrant ou le délit flagrant » donnent (en-dehors de mesures spécifiques potentiellement décidées) un cadre juridique clair à l’action, qui encadre et protège avant d’être un frein. En effet, les militaires sont avant tout des citoyens, mais en uniforme et porteurs d’armes. L’instruction ministérielle 500 organise cette réquisition des armées sous la responsabilité des autorités civiles et sous commandement militaire, ces forces de 3ème catégorie, en complément (appui ou renfort) des forces de 1ère et 2nde catégories dès lors que ces dernières ne sont pas suffisantes. Ainsi, ce dernier aspect interroge sur la nécessité d’annoncer aussi une réflexion sur les effectifs de ces forces.
Au final, il s’agit donc bien de répondre au strict continuum sécurité nationale et défense pour la protection du territoire et de la population, où l’action des forces du dehors en nombre suffisant (et bien doté) n’est en rien séparable de l’action des forces du dedans, également en nombre suffisant, ces forces ayant de plus en plus tendance à être les mêmes.

Aidez-nous à administrer ce site

 

 


 

Abonnement mensuel

 

Abonnement hebdomadaire

Commentaires

X