Plein ecran

Nos ancêtres les Gaulois arabes 68ards…

Mar
2013

Addendum vidéo : Jean-François Kahn en promo sur LCP pour son livre « L’Invention des Français » (Fayard)…

« Au IIè siècle après JC, une grande partie du peuple gaulois c’était des Arabes !
Vous avez une grande révolte en mai 68 après JC. (…) Néron c’est de Gaulle ! »
Jean-François Kahn


(merci à Dr Bazooka)
____________________________

Les Gaulois vus par J.-F. Kahn : « des équivalents de Rachid, de Mamadou »

« Il y avait chez les Gaulois, qui d’Obélix devinrent allégrement Obélius, des équivalents de Rachid, de Mamadou, de Juan et d’Olga – lesquels, précisément, s’affublèrent de la fausse barbe du «-ix», puis de la fausse barbe du «-ius». Leurs traditions, surtout au sud de Lyon et de Poitiers, étaient tout aussi typiquement celtes que sont typiquement «de chez nous» le couscous et la paella. »

L’Invention des Français. Du temps de nos folies gauloises, de Jean-François Kahn, Fayard

[...] Au final, il ne reste pas grand-chose d’Alésia (une bataille très surestimée par César pour les besoins de sa propagande à Rome) et de Vercingétorix (un putschiste auquel Kahn nous fait préférer Vindex, qui ne luttait pas pour sa tribu, mais pour la liberté). Et, surtout, le bilan des fameux Gaulois n’apparaît pas très brillant. Ces brutes chevelues, s’enivrant et s’ébrouant bruyamment en «tumultes», cruelles avec leurs ennemis, obsédées par la hiérarchie et dont les chefs s’entouraient de cultureux parasites, ont beaucoup gagné à être colonisées par les Romains. Car c’est l’une des conclusions de l’Invention des Français : le Gaulois n’était qu’un ingrédient, le rôle du Romain fut primordial dans l’avènement du Français.

Les Romains sortent en effet réhabilités de ce livre renversant : ces colonisateurs furent des bienfaiteurs. Contrairement à la colonisation française de gauche à la Jules Ferry, ils savaient, eux, offrir leur nationalité et leurs droits en même temps que leur civilisation, savaient intégrer comme leurs égaux leurs colonisés qui pouvaient devenir chefs. Pour Kahn, la part romaine dans la naissance du Français est bien supérieure à la part gauloise, et il s’en félicite : «Heureusement que l’on est romain dans les têtes et gaulois dans les pieds.» [...]

Marianne

(merci à Zatch)