Plein ecran

Porc à la cantine d’Arveyres (33) : le maire retrouve sa voiture dégradée (MàJ)

Mar
2013

Comme à Arveyres (Gironde), de nombreuses communes décident de ne plus servir de plat de substitution lorsque du porc est au menu des cantines scolaires.

[...]

Visiblement peu sensible à la pression de l’administration, monsieur le maire ne semble pas, depuis, franchement décidé à remanier sa carte. « Arrêtons avec cette affaire de protéines, il n’y en a pas que dans la viande. Et puis, on ne s’en sort plus de ces histoires : il y a quelque temps, un enfant s’est régalé d’une crêpe au jambon sans se soucier de sa religion. Figurez-vous qu’il a quasiment fallu ensuite lui faire un lavage d’estomac. »

Tandis que, contrairement à ce qui se passe à l’armée, aucun texte n’impose en France un menu de substitution dans les cantines, sans doute va-t-il falloir s’habituer à ce genre de querelles. Car si d’autres municipalités décident, à l’inverse, de supprimer le porc à l’école, elles sont nombreuses à appliquer la recette d’Arveyres. À commencer par les villages voisins de Saint-Germain-du-Puch et de Saint-Quentin-de-Baron, où certains parents d’élèves ont promis hier d’entrer en résistance.

Sud-Ouest

———————

Addendum 6/3/13 : Le maire retrouve sa voiture dégradée…

« Des individus se sont introduits chez moi durant la nuit et ont dégradé mon véhicule. Je m’en suis rendu compte ce matin vers 8h30″, explique Benoît Gheysens qui a déposé plainte à la gendarmerie.

Deux pneus crevés et des rayures sur la carrosserie que l’élu juge « inadmissible » : « Ils viennent empiéter sur ma vie privée. Je ne vois pas l’intérêt de poursuivre mon engagement dans la vie publique dans ces conditions. Je terminerai mon mandat mais je ne suis pas sûr de me représenter ». [...]

Sud-Ouest

Il y a 28 enfants juifs ou musulmans qui ne mangent pas de porc.

5/03/13 – Une commune de Gironde supprime les plats de substitution pour les enfants qui ne mangent pas de porc à la cantine.

La mairie de cette commune de 1900 habitants dans le Libournais (Gironde) en a informé les parents d’élèves par courrier fin janvier. Et la mesure s’applique depuis le 1er mars. Hier par exemple, au centre de loisirs, pas d’alternative au rôti de porc.

Dans sa lettre aux parents, le maire assure que les enfants auront suffisamment à manger, malgré tout ces jours là. Il met en avant des soucis d’économie, de lutte contre le gaspillage et d’organisation de la cantine. Sur 180 inscrits à la cantine, 28 enfants sont concernés par cette mesure. Les parents sont pris au dépourvu.

France Bleu et Le Figaro

(merci à Dany et Montblanc)



Cliquez pour accéder au site