Plein ecran

Dexia : Une note salée de 120 à 200 milliards d'euros

Oct
2011

Les gouvernements français, belge et luxembourgeois ont annoncé dimanche à la mi-journée qu’ils avaient trouvé une solution concernant la banque Dexia, en passe d’être démantelée. En clair, ils sont tombés d’accord sur un partage équitable de la note à payer par chaque État.

Image de prévisualisation YouTube

France 3, édition nationale du 9 octobre 2011

Il faudra de toutes façons payer l’addition. Reste à savoir comment la partager… Les gouvernements français, belge et luxembourgeois ont annoncé dimanche à la mi-journée qu’ils avaient trouvé une solution concernant la banque Dexia, en passe d’être démantelée. [...]

Il s’agit en fait de trouver une solution entre chaque partie afin de partager le lourd passif de la banque, étranglée par ses prises de position sur le marché de la dette souveraine grecque. En l’occurrence, côté belge, c’est l’État qui va devoir payer. En France, ce sont la Caisse des dépôts et la Banque postale qui devraient s’acquitter d’une note salée. [...]

[...] Une réunion s’est tenue en fin de matinée à Bruxelles entre le Premier ministre français François Fillon, son homologue belge, Yves Leterme et une délégation luxembourgeoise comprenant le ministre luxembourgeois des Finances, Luc Frieden. Il s’agissait de tenter de finaliser le démantèlement de la banque Dexia, première victime de la crise de la dette en Europe.

[...]La débâcle de la banque franco-belge Dexia a des conséquences importantes en Allemagne, où une filiale de l’établissement est en très mauvaise posture après avoir accordé d’importants crédits aux pays d’Europe du Sud. Cette filiale, Dexia Kommunalbank Deutschland AG, a octroyé des crédits de 5,4 milliards d’euros à la Grèce, à l’Italie, au Portugal et à l’Espagne, indique l’hebdomadaire, qui qualifie ces créances de « risques énormes eu égard au faible capital » de la filiale. Der Spiegel rappelle par ailleurs que l’autorité bancaire allemande (BaFin) avait demandé par deux fois, en 2010 et 2011, à la maison mère de renflouer sa filiale, et d’émettre de plus des garanties de 1,2 milliard d’euros pour couvrir les pertes liées aux créances en Grèce de Dexia Kommunalbank Deutschland AG.

TF1 News

Coût du premier renflouage de Dexia en 2008 : 6,4 millards

Image de prévisualisation YouTube

C politique du 9 octobre 2011

(Merci à Quentin & à Nicolas)

X