De grandes oreilles à la chancellerie

Fév
2013

La messagerie de l’ordinateur de permanence de la Direction des affaires criminelles et des grâces était « reroutée » vers le porte-parole de la chancellerie.

Il y avait eu la « perquisition informatique », il y a désormais le reroutage des e-mails. Après nos révélations du 27 septembre 2012 sur des ordinateurs de la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) inspectés par le cabinet du garde des Sceaux, Le Point.fr est en mesure de révéler que la messagerie électronique de l’ordinateur portable de permanence de cette direction a été « reroutée » vers le porte-parole de la chancellerie.

Les magistrats de la DACG reçoivent les rapports adressés par les parquets généraux sur des ordinateurs de permanence. Après analyse et propositions, un compte rendu est fait au cabinet. Selon nos informations, c’est à l’occasion d’un échange direct entre Pierre Rancé, le porte-parole du ministère de la Justice, et un procureur général que les magistrats se sont rendu compte que la messagerie de l’ordinateur portable de permanence était « reroutée » sur la boîte du porte-parole. À la fois pour les messages entrants et pour les messages sortants. Ce qui a été perçu par certains fonctionnaires comme un acte de défiance.

Secret de l’instruction

L’émoi a été d’autant plus vif au sein de la DACG que le porte-parole de la chancellerie n’est pas un magistrat soumis au statut de la magistrature ni un élu qui a une légitimité politique.

« Si les faits sont avérés, c’est une affaire grave », réagit Emmanuel Poinas, secrétaire général du syndicat FO-magistrats. Et de s’interroger : « Comment peut-on permettre au porte-parole qui n’est pas magistrat de recevoir des informations qui sont pour certaines couvertes par le secret de l’instruction ? » (…)

Le Point