Polynésie : trois membres d’une famille au “comportement d’ivrognes racistes”

Une femme de 50 ans, N. T. , sa fille et son beau-frère ont été condamnés, hier, par le tribunal correctionnel, à des peines de prison avec sursis et de travail d’intérêt général pour s’en être pris à des gendarmes venus leur demander de baisser le volume de leur sono. [...]

Devant les juges, les trois prévenus n’ont pas fait amende honorable, laissant presque entendre qu’ils étaient dans leur bon droit : “Nous, les Ma’ohi, on n’est plus chez nous. On est chez les étrangers. (…) Les gendarmes, avec leur tenue, on dirait des Playmobil…”, a lancé la mère, pourtant en charge de l’accueil des touristes dans un grand hôtel de Moorea.

Des propos très moyennement appréciés par le procureur, qui a fustigé de “vulgaires comportements d’ivrognes racistes”. “La carte postale en prend un coup. (…) Quand les touristes arrivent à l’hôtel, ils sont accueillis par la réceptionniste en leur disant qu’ils n’ont rien à faire ici. J’ai envie de dire : ‘c’est la honte’”, s’est indigné le parquetier avant de tonner, alors que la mère et sa fille semblent amusées, “la plupart des gens qui se plaignent de nuisances sonores sont comme vous, et la justice ne fait pas de distinction, selon l’origine des personnes, pour assurer leur tranquillité”. [...]

La Dépêche

Merci à Lilib

Partagez cet article FacebookTwitterEmailGoogle+tumblrPinterest

Commentaires (12)