Les Anglais de souche tentent-ils d’échapper à la « diversité » ?


La fuite des blancs [white flight] en Grande-Bretagne est en progression et les familles britanniques pratiquent de plus en plus l’auto-ségrégation. Les blancs sont en effet de plus en plus nombreux à fuir les zones urbaines pour s’installer à la campagne ou en très grande banlieue.

Cette tendance provoque des « gouffres ethniques » [ou des "murs ethniques"] et l’on voit des zones distantes de quelques kilomètres présenter des compositions ethniques très différentes. Certaines villes de la périphérie de Londres ont vu leur population blanche diminuer de plus d’un quart en 10 ans. A Londres , entre 2001 et 2011, la proportion de la population blanche de souche britannique est passée de 58 à 45%. – [Résumé + traduction partielle du Daily Mail du 27/01/2013]

Compléments :
1: Les prophéties sur l’immigration d’Enoch Powell (1968)
• 2 : La fuite des blancs en Angleterre (vidéo en anglais)
3 : Immigration : «Les gens se fuient mutuellement» (vidéo)
4 : Grande-Bretagne : une mère de famille ose dire la vérité sur l’immigration en direct sur la BBC

 

Commentaires mis en avant (1)

  • Rajoutez moi à la liste des exilés pour cause de diversité. Après des années sur Paris je vais m’installer en province avec comme critère principal pour mon déménagement d’éviter au maximum toute interaction avec un CPF.

    Pourtant je fais plutôt partie des privilégiés puisque j’ai quasiment toujours habité dans Paris et j’ai toujours bien évité d’avoir à sortir du périphérique.
    Au jour le jour si j’adoptais le comportement soumission / aveuglement / lunette rose je pourrais faire mine que tout va bien en prenant bien soin de ne pas observer la réalité dans mes déplacements, en allant à monoprix plutôt qu’à franprix, en allant boire un verre chez des amis plutôt que dans le bar du quartier, en partant en WE plutôt que d’aller trainer dans un parc parisien, en privilégiant la voiture plutôt que le métro.

    Seulement je ne peux plus les voir, je les vomis tous autant qu’ils sont. Intégrés ou pas, employés ou pas, « modérés » ou pas, chaque étape du quotidien me rappelle que je ne suis pas en France et qu’à la moindre étincelle ces abrutis se transformeront instantanément en hordes de zombies qu’ils sont déjà. Ce qui m’insupporte le plus ce n’est pas l’insécurité, leurs moeurs ou leur couleur mais l’avenir totalement dégénéré , décérébré, lobotomisé qu’ils nous annoncent. Ils sont l’incarnation présente de tout ce qu’il y a de plus laid en l’homme, méchanceté gratuite, jalousie, avidité, valorisation de l’idiotie, comportement de troupeau, etc. J’ai l’impression d’assister à l’invasion des « forces du mal » des films fantastiques.

Commentaires (142)