Plein ecran

Une cour égyptienne condamne une famille à 15 ans de prison pour conversion au christianisme

Jan
2013

La peine de prison de 15 ans à une femme et ses sept enfants par un tribunal égyptien pour s’être convertis au christianisme est un signe de mauvais augure, selon les militants des droits de l’homme qui se s’inquiètent et disent que le gouvernement islamiste est une mauvaise nouvelle pour les chrétiens d’Afrique du nord.

Un tribunal pénal de la ville centrale égyptienne de Beni Souef a infligé cette peine choquante la semaine dernière, selon le journal égyptien en langue arabe Al-Masry Al-Youm.

Nadia Mohamed Ali, élevée comme chrétienne, s’est converti à l’islam quand elle a épousé Mohamed Abdel-Wahhab Mustafa, un musulman, il ya 23 ans. Plus tard, il est mort, et sa veuve a envisagé de retourner au christianisme en convertissant ses enfants afin d’obtenir un héritage de sa famille.

La religion étant spécifiée sur la carte d’identité égyptienne. Elle a demandé de nouvelles cartes d’identité entre 2004 et 2006. Lorsque la conversion a été découverte sous le nouveau régime, Nadia, ses enfants ainsi que les employés de bureau qui ont préparé les cartes d’identité ont tous été condamnés à des peines de prison.

Samuel Tadros, un chargé de recherche au Centre Pour la liberté religieuse de l’Institut de Hudson (Hudson Institute’s Center for Religious Freedom), a dit :

« ces conversions comme Nadia ont été fréquentes dans le passé, mais la nouvelle constitution égyptienne basée sur la charia est une véritable catastrophe en termes de liberté de religion. »

« Maintenant que la charia est devenue partie intégrale de la nouvelle Constitution de l’Égypte, les chrétiens de ce pays courent un grand risque » a dit Jordan Sekulow, directeur exécutif du centre américain pour la loi et la justice (American Center for Law and Justice)

« Les cas augmenteront à l’avenir, » Tadros a dit. « Il sera beaucoup plus difficile pour les personnes de revenir au christianisme. »

Le président Mohamed Morsi, a été élu en juin dernier et a succédé au règne séculaire de Hosni Mubarak, lequel est maintenant en prison et a imposé la nouvelle constitution l’année dernière.

Tadros a déclaré que la constitution limite la pratique du christianisme, parce que « la liberté religieuse doit être comprise dans les limites de la charia. » Il a ajouté que la constitution stipule que la plus haute autorité sunnite devrait être considérée un interprète de la clause de la religion contenue dans la Constitution.

Kabyles.com